Yuri on ice RPG

un forum de RPG basé sur l'animé Yuri on ice !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [ Terminé ] Fragile comme la glace // Viktor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Yuri Katsuki
Japon
Japon
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 30/11/2016

MessageSujet: [ Terminé ] Fragile comme la glace // Viktor   Jeu 15 Déc - 1:17

Les jours se suivent... Et se ressemblent tous.


Cela faisait près d'une semaine qu'il était rentré au Japon. Une semaine qu'il dormait mal. Une semaine que les larmes se mettaient parfois à couler sur ses joues sans qu'il puisse expliquer pourquoi. La première fois que ça s'était produit sa mère avait paniqué, lui demandant ce qui se passait, s'il avait mal quelque part. Comment lui dire qu'il avait mal au cœur ? Qu'il se sentait vide, dépouillé au plus profond de lui même. Il n'avait pas pu, il s'était contenté de pleurer dans les bras de sa mère, comme un enfant ayant besoin de réconfort. Maintenant lorsqu'il sentait les larmes arriver, il s'échappait dans sa chambre ou en sortant, tout pour ne pas être auprès de quelqu'un. Parfois ça fonctionnait, parfois non. Mais au moins, sa famille ne faisait pas de commentaire, ne lui posait plus de question. Ils se contentaient de le prendre dans leur bras et d'attendre qu'il se calme.

Yuri savait qu'il devrait leur expliquer la situation, mais poser des mots sur ses émotions lui était impossible. Il ne pouvait leur expliquer ce qui s'était passé à Barcelone. Leur parler de ce jour le forcerait à le revivre, et il ne le pouvait pas, il n'en avait pas la force. Il avait déjà bien assez de mal à supporter les cauchemars qui le hantaient. Toutes les nuits, il se réveillait en sueur, parfois pleurant, suffoquant, le souvenir de ses derniers moments avec Viktor le torturant encore et toujours. Il ne savait pas combien de temps il pourrait tenir ainsi. Déjà, le manque de sommeil commençait à se faire ressentir. Il était moins réactif, les cernes sous ses paupières se faisaient plus présentes.

Lorsqu'il était rentré à Hasetsu, seul, ses parents l'avaient juste regardé, comprenant parfaitement que Viktor n'était pas juste en retard. Ils n'avaient pas posé de questions, ils l'avaient juste aidé à monter sa valise et l'avaient laissé en paix. Mais il y avait quelqu'un qui ne le laissait pas en paix. Qui le suivait, partout où il allait, le suivant comme son ombre. Makkachin ne le quittait pas d'une semaine, que se soit le jour ou la nuit. En l'absence de Viktor, il reportait toute son affection sur Yuri, et cela le réconfortait autant que cela le faisait souffrir. Quand il fermait les yeux il pouvait s'imaginer avoir Vicchan dans ses bras, mais à chaque fois que le japonais posait les yeux sur le chien, il ne voyait que le reflet de l'absence de Viktor. Combien de temps le russe allait-il mettre pour venir chercher son fidèle compagnon et ses affaires ? Yuri ne serait jamais capable de tourner la page tant qu'il verrait ce souvenir vivant d'une relation passée à trépas.

Yuri aurait pensé que le russe se serait hâté de récupérer son chien tout au moins. Il avait toujours gardé Makkachin auprès de lui lorsqu'ils étaient à Hasetsu, ne se séparant de lui que lors des compétitions. Pourquoi mettait-il autant de temps alors ? Avait-il trouvé autre chose de mieux à faire pour le moment ? Rien que d'y penser, le cœur de Yuri se serrait. Il voulait juste oublier, pourquoi Viktor continuait-il de le tourmenter ainsi ?




Code by Wiise sur Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Viktor Nikiforov
Russie
Russie
avatar

Messages : 255
Date d'inscription : 29/11/2016

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Fragile comme la glace // Viktor   Jeu 15 Déc - 15:13


Fragile comme de la glace…
○ feat. Yuri Katsuki ○


Jamais une compétition ne lui avait parue si éprouvante. Et pourtant, ce n’était pas lui qui avait chaussé les patins et qui avait fait le plus gros du travail. Non. Lui n’avait fait que subir les émotions qui l’envahissaient au rythme des patineurs qui se succédaient. Il avait ressenti avec la même force tout le stress de Yuri. Il avait eu le même trac, la même pression, la même surprise en découvrant le programme parfait d’Otabek, la même frayeur quand la main de Yuri avait touché la glace….. Mais il avait été impuissant face à tout ça. Tout comme il avait été incapable de sauver sa place aux côtés de son protégé lorsque ce dernier lui avait fait comprendre qu’il ne voulait plus rester auprès de lui.

Une dispute. Des angoisses. Des mots perdus. Des larmes qui coulent…. Et puis le silence. Un froid intense qui l’avait soudainement envahi dès l’instant où la porte de la chambre d’hôtel s’était refermée. Un froid glacial… Un froid contre lequel on ne peut rien faire…..

Viktor avait quitté Barcelone le jour même. Il avait pris le premier vol qu’il avait trouvé pour la Russie. Une escale à Paris puis direct jusque Moscou. Un train à grande vitesse lui avait permis de rejoindre St Pétersbourg tardivement dans la soirée.

Viktor retrouva son appartement qu’il avait quitté huit mois plus tôt. Il était plongé dans l’obscurité mais rien n’avait bougé. Les plantes vertes étaient parfaitement entretenues malgré son absence prolongées et il savait qu’il devait ce miracle au passage régulier de sa mère. Elle mettait un point d’honneur à s’occuper des lieux lors des absences régulières de son fils unique.

Un long soupire s’échappa des lèvres de l’ancien patineur. Il tira sa valise à roulettes qu’il laissa en plein milieu du salon. Il était presque minuit et il n’avait ni le courage ni la force de défaire ses bagages. Il se contenta seulement de retirer ses chaussures dans l’entrée et de jeter négligemment sa veste et son écharpe sur le sofa. Il se dirigea vers sa chambre et se laissa tomber sur le lit, enfouissant sa tête dans le moelleux de son oreiller. Il était épuisé… Il était à bout de force…. Il ne cessait d’espérer que le lendemain, en ouvrant les yeux, il se rendrait compte que toute cette histoire n’était qu’un horrible cauchemar. Il espérait, naïvement, désespérément, que Yuri serait là, à ces côtés, avec son sourire timide et ses lunettes sur le bout de son nez, lui tendant la main pour l’inviter à poursuivre ensemble le même chemin

XXXXXXXXXXXXXXXX


Une semaine plus tard….


Ce matin-là encore, Viktor s’était réveillé avec un état de fatigue plus avancé que la veille lorsqu’il s’était couché. Le sommeil semblait le vouloir le fuir et laisser la place à de sombres pensées qui venaient sans cesse le tourmenter. Entre angoisse, pleurs, cauchemars et solitude, Viktor se sentait de plus en plus affaibli par cette dépression imminente qui le guettait d’un œil amusé.

Jamais Makkachin ne lui avait autant manqué. La présence de son ami à quatre pattes avait toujours était d’un très grand réconfort pour lui. Son compagnon aurait pu lui apporter un peu de compagnie et d’affection. Il aurait pu profiter de l’excuse d’avoir à promener Makkachin pour s’échapper de son appartement et prendre un bol d’air frais bien mérité. Mais au lieu de ça, le russe préférait rester enfermé chez lui, loin de l’agitation médiatique qu’avait déclenché l’annonce de la séparation entre Yuri et lui. Tous espéraient déjà le revoir sur la glace. Tous voulaient connaitre les détails croustillants et sordides de cette rupture qu’ils pourraient déformer à volonté dans les pages honteuses de leur journal de pacotilles

Pourtant, il le savait, il ne pourrait pas continuer à être cloitré chez lui comme un reclus marginal. Il lui faudrait affronter la triste réalité et il devrait lui faire face sans pouvoir se défausser. Récupérer Makkachin… Récupérer ses affaires restées à Hasetsu…. Il avait beau repousser l’échéance un peu plus chaque jour, il devrait bien s’en occuper un jour. Mais s’il faisait ça, c’était vraiment la fin de quelque chose à laquelle il se raccrochait pourtant encore et toujours. Yuri….. Tant que Yuri avait son chien, il pensait peut-être à lui…. Tant que Yuri voyait ses affaires trainer dans la chambre d’ami, il ne pouvait pas l’oublier…. Et peut-être, par la force des choses, allait-il finir par lui demander de revenir ? Mais les jours se succédaient et aucun appel ni signe de vie de son ancien protégé…. Rien…. Juste le néant….

Alors… Viktor avait fini par se résoudre à l’impossible. Il avait pris son téléphone portable et il avait composé le numéro des parents de Yuri. C’est sa sœur, Mari, qui répondit. Le ton de cette dernière était un peu froid… distant. Ou n’était ce qu’une impression ? Viktor de son côté essaya de paraitre le plus naturel qu’il soit. Il lui avait expliqué qu’il serait à Hasestu dans trois jours pour récupérer Makkachin et que des transporteurs viendraient récupérer le reste de ses affaires le jour même. Une boule s’était formée au creux de son estomac. Il avait tellement eu envie de demander des nouvelles de Yuri. Il voulait supplier de pouvoir parler au patineur japonais. Le son de sa voix… Rien que ça….. Mais Viktor ne dit rien. Il se contenta d’un remerciement succinct avant de raccrocher et de se laisser tomber dans le canapé.

Trois jours…. C’était le temps qu’il lui restait avant que la page ne soit à tout jamais tournée et que Yuri sorte de sa vie aussi promptement qu’il y été entré….

Viktor étendit ses jambes sur le sofa. Il prit une grande inspiration avant de se saisir de ses écouteurs reposants négligemment sur la table basse. Il les brancha sur son téléphone et les plaça dans ses oreilles avant de démarrer aléatoirement sa playlist. Ecouter de la musique lui faisait du bien… ça l’aidait à s’évader, à faire le vider, à remplir sa tête d’autres choses que de sombres pensées….

Une musique s’arrêta puis une nouvelle commença. Viktor se raidit de tout son corps alors que les notes de piano se déversaient dans ses oreilles, ravivant la douleur déjà si forte qui opprimait son cœur. Sur le petit écran lumineux de son téléphone, le titre de la chanson s’affichait en lettres blanches défilant lentement. «  Yuri on ice »….. Les larmes remontèrent jusqu’aux yeux du jeune homme russe. Comment entendre cette musique sans revoir Yuri interpréter son programme sur la glace. Si beau… Si sérieux… si envoutant… si….. Les larmes glissèrent sur ses joues pales et Viktor sentit son cœur se morceler encore plus lorsqu’il appuya sur le logo d’une petite corbeille.

Voulez vous supprimer cette piste ?

Sa main trembla. Il hésita, des larmes ravageant son visage au son de la mélodie qui n’en finissait plus de couler dans ses oreilles et de raviver des souvenirs aussi heureux qu’ils étaient douloureux. Un sanglot lui échappa et il appuya sur l’écran.

Suppression effectuée…..




Kuroko's Basket RPG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yurionicerpg.forumactif.com
Yuri Katsuki
Japon
Japon
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 30/11/2016

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Fragile comme la glace // Viktor   Ven 16 Déc - 3:07

Les jours se suivent... Et se ressemblent tous.


Une nouvelle journée qui commençait. Une nouvelle journée à s'occuper de Makkachin. Une nouvelle journée à tenter d'oublier les souvenirs qui le hantaient. Jusqu'ici on ne pouvait pas réellement dire que cela fonctionnait. Mais depuis quelques jours il s'était remis au sport. Oh non, il n'avait pas remis les pieds dans une patinoire depuis Barcelone, il n'y entrerait très certainement plus jamais. Mais ce n'était pas une raison pour recommencer ce qu'il avait fait la dernière fois qu'il avait perdu le Grand Prix. Hors de question qu'il engloutisse des tonnes de katsudon et prennent 15 kilos. Non, cette fois il allait prendre soin de son corps, à défaut de pouvoir faire la même chose avec son mental. Et pour dire vrai, les katsudons ne l'attiraient plus tellement. Son plat préféré, que Viktor avait fait miroiter sous son nez comme on fait miroiter une carotte à un âne pour qu'il avance. Ils s'étaient fait la promesse de manger ensemble un katsudon après chaque victoire... Encore une promesse que Yuri ne pourrait tenir.

Alors qu'il sortait de sa chambre, Makkachin le suivant, Mari l'attrapa dans le couloir pour lui dire de ne pas partir trop loin. Elle aurait besoin de son aide aujourd'hui, il n'avait donc pas le droit de disparaître, comme cela pouvait lui arriver parfois. C'était rare que Mari ou ses parents lui demandent de l'aide pour Yu-topia, ils avaient leur propre routine habituelle d'habitude. Mais puisqu'il était rentré, il pouvait au moins offrir son aide lorsque c'était nécessaire. C'était la moindre des choses après tout.

Depuis qu'il avait décidé de ne pas se laisser aller physiquement Yuri s'était mis à courir. En tant que sportif, c'était un élément essentiel de tout entraînement, maintenant c'était devenu son refuge.Certains pourraient dire qu'il courait pour essayer de laisser ses soucis derrière lui et c'était effectivement le cas. Lorsqu'il s'épuisait physiquement il n'avait plus la force nécessaire pour réfléchir. Son cerveau se vidait peu à peu, et pendant quelques instants, minutes ou heures, il oubliait tout ce qui l'entourait. Il ne restait alors que le rythme de sa course, ses pieds touchant le sol pour l'emmener toujours plus loin. Yuri ne vivait plus que pour ses moments de calme intérieur qui lui offrait fugacement la paix dont il avait besoin.

Après avoir donné à manger à Makkachin, il s'occupa en lisant un livre dans sa chambre, mais bien vite le besoin de bouger se fit ressentir. Mari avait dit qu'elle lui ferait signe lorsqu'elle aurait effectivement besoin de lui, il était donc libre de vaquer à ses occupations pour le moment. Il décida alors d'aller courir un peu. S'il n'allait pas trop loin, du moment qu'il avait son téléphone avec lui Mari pourrait le joindre. Il enfila donc une tenue de sport et sorti de sa chambre. Son ombre canine le suivait fidèlement mais le dépassa soudainement pour se précipiter au bas des escaliers. Ne s'inquiétant pas du comportement parfois excentrique de l'animal, à l'image de son maître, il le suivit sans se presser.

Il entendit le chien se mettre à aboyer alors qu'il arrivait en bas, et sortant du couloir menant à l'entrée, il assista à un spectacle qu'il ne s'attendait pas à voir. Makkachin, aux anges, sautait sans retenue sur son maitre Viktor. Yuri se figea sur place, se demandant pendant quelques instants s'il rêvait. Il avait dit à Viktor de prévenir de sa venue. Il avait dit à ses parents de le prévenir si Viktor appelait. Et pourtant, le russe était la, sur le pas de sa porte, et Yuri n'était au courant de rien. L'incompréhension se mêlait à la colère. Le russe ne suivait-il donc jamais les règles ? Il ne pouvait pas faire comme lui semblait à chaque fois juste parce qu'il était Viktor Nikiforov ! Le regret s'ajoutait aussi à l'équation. Ce serait très certainement la dernière fois qu'il verrait Viktor et Makkachin. Si le chien avait été un rappel constant de l'absence de son maître, il avait aussi était la dernière chose qui le reliait à lui. Non pas la dernière, il restait toujours leurs anneaux.

Le regard du japonais passa sur les mains du russe, mais il portait des gants, il était donc impossible de savoir ce qui se cachait dessous. Les mains de Yuri étaient libre, mais dépourvu d'anneau. Il ne l'avait pas jeté, il ne pouvait pas s'y résoudre. Le premier jour il l'avait enlevé et caché dans un tiroir de son bureau. Mais à chaque fois qu'il était dans son chambre son regard était attiré par ce tiroir, et finalement il avait récupéré l'anneau. Mais il ne pouvait se résoudre à le porter comme avant, à montrer aux yeux tous le symbole de cette promesse rompue, de cette relation terminée. Alors il avait trouvé une chaine, toute simple et y avait passé l'anneau, qui se balançait maintenant autour de son cou, caché au reste du monde par son pull. C'était le mieux qu'il pouvait faire pour le moment.

Yuri hésitait à prendre la fuite, là, maintenant, tout de suite. Il n'avait pas vu Viktor de puis Barcelone. Il avait pris soin de ne pas regarder la télévision, de ne pas aller sur les réseaux sociaux. Et le russe n'avait pas tenté de le joindre non plus. Yuri aurait préféré continuer cette danse plus longtemps. Il avait prévu d'être à Tokyo lorsque Viktor reviendrait chercher son chien, ce qui lui aurait laissé le temps de dire adieu à cet adorable compagnon canin comme il se devait. Mais si Yuri tournait les talons maintenant, encore une fois, tout comme Vicchan, il serait privé d'au revoir.

Finalement, rassemblant son courage, Yuri fit un pas en avant, baissant les yeux vers les pieds du russe.


« Viktor. Je pensais que tu aurais appelé pour prévenir... »

Non ce n'était pas ça. Ce n'était pas ce qu'il devait dire. Il ne fallait pas qu'il lance une conversation avec le russe. Il fallait qu'il garde ces retrouvailles les plus brèves possible afin de ne pas se ridiculiser une nouvelle fois. Car cette fois-ci, s'il se mettait à pleurer, ses parents, sa sœur, ainsi que les quelques clients actuels, seraient témoins de son humiliation.

« Est-ce que je peux dire au revoir à Makkachin ? »



Code by Wiise sur Never-Utopia




Dernière édition par Yuri Katsuki le Sam 17 Déc - 1:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Viktor Nikiforov
Russie
Russie
avatar

Messages : 255
Date d'inscription : 29/11/2016

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Fragile comme la glace // Viktor   Ven 16 Déc - 13:13


Fragile comme de la glace…
○ feat. Yuri Katsuki ○


Trois jours….. Ces trois derniers jours avaient été aussi longs que courts. Viktor avait attendu ce moment autant qu’il l’avait redouté. Le sommeil n’avait cessé de le fuir avec encore plus d’intensité depuis qu’il avait appelé Mari pour prévenir de son départ pour Hasetsu. Est-ce qu’il avait vraiment bien entendu ? Est-ce que la voix de Mari était réellement distante et froide ? Qu’Est ce que Yuri avait pu dire ? Comment avait-il expliqué  à sa famille l’absence du russe ? Tous devaient voir Viktor comme le seul et unique fautif de l’échec de leur héros japonais. Mais ils n’avaient sans doute pas tort de l’accabler de reproches. Viktor était responsable… Responsable de la défaite de Yuri… Responsable de ses larmes…. De son désarroi…De leur séparation…

Viktor releva le visage pour contempler le reflet que lui renvoya le miroir de sa salle de bain. Ses yeux paraissaient encore plus lumineux entourés par les cernes épaisses qui trahissaient son manque de sommeil évident. Ses joues étaient un peu plus creusées qu’avant, trahissant son manque d’alimentation flagrante. La vérité, c’est que Viktor avait le cœur au bord de lèvres en permanence. Incapable d’ingérer quoique ce soit, il était certain que la moindre nourriture finirait dans la cuvette des toilettes à peine après avoir franchie la barrière de ses lèvres.

Depuis son retour en Russie, il ne sortait quasiment pas de chez lui. Sa mère avait été à la fois heureuse de le retrouver et profondément peinée de le voir dans cet état si éloigné du caractère enjoué qu’elle connaissait de son fils. A sa façon, elle essayait de le réconforter. Elle savait à quel point Viktor haïssait le mois de décembre et elle s’appliquait chaque année à rendre cette période un peu moins difficile à supporter. Et cette année encore plus que les autres.  Elle lui préparait avec amour ses plats préférés, elle venait prendre une tasse de thé pour lui tenir compagnie et l’empêcher de ruminer. Ensemble, ils discutaient de tout et de rien… Du patinage parfois. Du marché de Noel installé sur la place de la ville… De la construction d’une nouvelle piscine… Des prochains films sympas qu’ils pourraient voir ensemble… Du chat de la voisine qui venait sans cesse déterrer ses fleurs en été… Mais pas une seule fois l’un comme l’autre n’osa évoquer le sujet épineux qui était à l’origine de toute la dépression de Viktor. Personne n’avait osé prononcer le nom tabou… Celui de Yuri Katsuki.


XXXXXXXXXXX

A Hasetsu rien n’avait changé…. Toujours la même gare, les mêmes rues, la même mer, cette même impression dérangeante de déjà vue….

Viktor n’avait nul besoin qu’on vienne l’accueillir au pied de son train. Il connaissait par cœur la route menant à Yu-topia pour l’avoir emprunté une demi-douzaine de fois. Sauf que là, c’était différent. Yuri ne marchait pas à ses côtés. Makkachin ne courrait pas devant lui… Il était seul et il trainait des pieds pour retarder l’inévitable confrontation avec la famille Katsuki. Il n’était pas assez stupide pour croire qu’il aurait la chance – ou la malchance – de croiser le patineur japonais. Le connaissant, ce dernier aurait pris soin de s’enfuir là où Viktor ne pourrait pas le retrouver…

Lorsque le russe arriva, il sonna et entra. Il n’avait reçu aucune réponse et il observa autour de lui tout en attendant un moment que l’on vienne l’accueillir. Toujours rien. Etrange, il avait pourtant bien prévenu de son arrivée tout en précisant qu’il ne resterait pas dormir et que ça ne serait qu’un rapide allé/retour pour emballer ses affaires et récupérer Makkachin.

Viktor entreprit de défaire ses chaussures alors qu’un vacarme se fit soudainement entendre. Il n’eut pas le temps de comprendre de quoi il s’agissait qu’une tornade brune venait de lui sauter dessus. Makkachin était heureux de le retrouver et il le lui faisait bien comprendre. Pour le coup, Viktor était tout aussi heureux. Il ne put s’empêcher de rire tout en faisant caresses et câlins à son compagnon.

« Hey ! Makkachin ! Oui ! Moi aussi je suis content de te revoir ! Tu as été bien gentil hein ? On va rentrer à la maison, je suis venu te chercher »


A genoux et trop occupé à apprécier ses retrouvailles avec son fidèle chien, Viktor ne s’aperçu qu’après coup que quelqu’un venait de les rejoindre. Ses yeux se posèrent sur Yuri… Et les quelques couleurs de son visage, tout comme son sourire, disparurent immédiatement. Il se releva doucement pour se remettre debout face à son ancien protégé. Viktor étira ses lèvres en un sourire poli. Il s’apprêtait à le saluer mais Yuri prit la parole en premier, lançant par la même occasion un nouveau poignard dans le cœur déjà meurtri de Viktor

« Viktor. Je pensais que tu aurais appelé pour prévenir... »

Pas de bonjour… Pas de sourire… Rien… Que du froid. Que des reproches que Viktor ne comprenait pas. Que de la distance…. Que de la souffrance. Encore… Toujours…

Prenant sur lui avec une force de caractère incroyable, Viktor adressa un sourire qu’il espérait crédible à Yuri. Il ne voulait pas lui montrait qu’il était blessé par ses mots. Et il ne voulait pas entrer dans un nouveau conflit avec lui. Le premier lui avait largement suffit

« Bonjour Yuri »

Il leva ses mains gantées et haussa les sourcils dans une mimique d’incompréhension complète

« Mais j’ai appelé il y a trois jours pour prévenir que je venais aujourd’hui. Si tu ne me crois pas, demande à Mari. C’est elle que j’ai eu au bout du file… »

Appeler pour prévenir…. Une vaste excuse.

Appeler pour s’enfuir…. Voilà la réelle raison. Viktor était loin d’être dupe et il avait parfaitement comprit les intentions du japonais cachées derrière cette volonté de prévenir son arrivée.

« Est-ce que je peux dire au revoir à Makkachin ? »

Viktor baissa le regard sur le chien qui battait la queue et qui n’en finissait plus de lui faire la fête. Un petit sourire étira les lèvres du Russe. Il entreprit alors de retirer ses gants pour pouvoir passer ses mains dans les poils frisés de du chien qui sembla apprécier la carasse.

« Bien sure que tu peux…. Je te remercie de t’être aussi bien occupé de lui. Je vais vous laisser un moment tous les deux. Le temps que je rassemble mes affaires… »

Le regard de Viktor passa furtivement sur sa main portant encore l’anneau doré autour du doigt. Il n’avait pas pu se résoudre à quitter ce bijou. Trop précieux. Trop de souvenirs. Il y tenait comme à la prunelle de ses yeux. Et Yuri ? Est-ce que c’était pareil pour lui ? Discrètement, le regard de Viktor glissa sur la silhouette du jeune garçon. Ses mains pendaient le long de son corps et aucune des deux ne portait l’anneau doré…

La. A cet instant précis…. Le monde entier aurait pu s’écrouler que Viktor n’aurait pas réagi. Rien n’aurait plus lui faire plus mal que de voir la main de Yuri dépourvue de cet anneau si particulier pour eux. Yuri avait définitivement tiré un trait sur son passé. Sur leur passé…. Sur lui…. C’était fini. A tout jamais. Terminé…

Viktor se retourna assez précipitamment. Il enfourna ses gants dans les poches de son trench avant de l’enlever. Prendre l’excuser de retirer son manteau lui permit d 'échapper un instant au regard de Yuri et de ravaler les larmes qui menaçaient de couler au coin de ses yeux. Pleurer ici ? Non ! Il refusait. Pas devant Yuri. Jamais plus !

Viktor accrocha sa veste au porte manteau, posant la sienne juste au-dessus de celle de Yuri. Il se retourna et lui fit un sourire

« Bon.. Je dois me dépêcher, les transporteurs vont bientôt  arriver… »

Il glissa une dernière fois sa main droite sur la tête de Makkachin avant de contourner Yuri et de montrer les escaliers pour aller s’enfermer dans la chambre qui, jadis, fut la sienne.



Kuroko's Basket RPG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yurionicerpg.forumactif.com
Yuri Katsuki
Japon
Japon
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 30/11/2016

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Fragile comme la glace // Viktor   Sam 17 Déc - 3:03

Les jours se suivent... Et se ressemblent tous.

Avoir Viktor face à lui alors qu'il ne s'y attendait pas du tout lui faisait perdre tous ses moyens. Il avait prévu depuis le départ de ne pas être présent, mais le destin semblait s'acharnait contre lui. Qu'avait-il donc fait de si horrible dans la vie pour être obligé de vivre le même tourment encore et toujours. Puisque Viktor était là, devait-il lui dire adieu encore une fois ? Devaient-ils répéter cette horrible scène de Barcelone ? Ou à l'inverse, Yuri devait-il ignorer l'homme qui avait partagé son quotidien pendant près d'un an et rester sur leurs dernières paroles, leur dernier échange dans cette chambre d'hôtel. Leur dernier baiser hantait Yuri depuis ce jour. Non, il devait arrêter d'y penser ! Il devait passer à autre chose !

Lorsque Viktor lui annonça qu'il avait bel et bien prévenu de son arrivée Yuri eut un sursaut, relevant les yeux vers le visage du russe. Quoi ? Non impossible. Mari le lui aurait dit ! Mais Viktor ne semblait pas mentir. Mais pourquoi ne lui avait-on rien dit alors ? Il ne comprenait plus rien.

Mais maintenant qu'il regardait Viktor, il pouvait voir les signes de fatigue évidentes sur son visage. Il avait suffisamment voyagé avec la star russe pour savoir qu'il ne s'agissait pas simplement du voyage qu'il venait d'effectuer. Viktor dormait-il aussi mal que lui ? Son sommeil était-il hanté par les mêmes cauchemars que Yuri ? Non, ce n'était pas possible. Ce devait simplement être le fait d'avoir repris le patinage. Car il était impossible pour Yuri de concevoir l'idée que le champion mondial pouvait faire autre chose que de retourner sur la glace. Il devait juste être épuisé par la création de nouveaux programmes qui lui permettraient de participer au prochain championnat. Yuri se demandait bien ce que Viktor pourrait créer cette fois-ci... Non ! Il devait penser à autre chose ! Makkachin ! Voila, il devait penser aux adieux avec la boule de poil.  


« Bien sure que tu peux…. Je te remercie de t’être aussi bien occupé de lui. Je vais vous laisser un moment tous les deux. Le temps que je rassemble mes affaires… »

Yuri haussa les épaules. S'occuper de Makkachin n'avait jamais été une corvée pour lui. C'était simplement l'absence de son maitre qui avait rendu les choses difficiles cette dernière semaine.

« Makkachin est un amour, ce n'était pas un problème. »

Le regard de Yuri se posa sur le chien qui était tout heureux d'avoir enfin retrouvé son maître adoré. Sa queue battait à tout allure, sa langue pendait, l'image même du bonheur. Viktor caressait son fidèle compagnon et sa main entra une nouvelle fois dans le champs de vision du japonais. Sauf que cette fois-ci, les gants avaient été enlevé, ce qui permettait à Yuri de voir que l'anneau que Viktor avait si facilement rejeté à Barcelone était de retour à son doigt.

Pourquoi avait-il fait ça ? Que cela signifiait-il ? Était-ce une façon pour le russe d'afficher à tous que Yuri n'avait pas su tenir ses promesses ? Il avait crié haut et fort qu'il gagnerait le Grand Prix grâce à la force de son amour. Il avait promis à Viktor qu'il décrocherait l'or et prouverait au monde la force de ses sentiments. Oh bien sur, à ce moment là, il n'aurait pas pu mettre de mots exacts sur ses sentiments pour le russe. Il n'était jamais tombé amoureux, il n'avait jamais tenu autant à une personne de sa vie, alors forcément une partie de lui était perdue. Il s'était promis d'examiner tout ça de plus près après le Grand Prix. Il avait pensé le faire avec Viktor à ses côtés..

Mais malheureusement, il était rentré seul au Japon. Mais si Barcelone lui avait bien fait comprendre quelque chose, c'était que l'on pouvait aimer quelqu'un tout en le réduisant à néant. Viktor l'avait détruit, puis lui avait déclaré son amour. La contradiction était telle que Yuri n'avait su réagir. N'était-on pas censé tout faire pour rester aux côtés de l'être aimé ? Apparemment pas pour le russe. Yuri ne doutait pas de sa sincérité envers lui. Ils ne s'étaient jamais menti, Viktor n'avait eu aucune raison de commencer à ce moment là. La conclusion était sans appel, Viktor l'aimait, mais ne voulait pas rester près de lui.

Si les sentiment du russe n'avaient pas été réciproques, peut-être Yuri aurait-il moins souffert. Mais après une seule semaine passée loin de lui, leur plus grosse séparation depuis qu'ils avaient commencé leur chemin ensemble, Yuri pouvait sans l'ombre d'un doute affirmer qu'il était éperdument amoureux de son celui qui avait été son coach. L'amour qui devait les faire avancer ensemble, n'était maintenant plus qu'une gangrène qui rongeait Yuri de l'intérieur. Le japonais regrettait amèrement l'époque où il se sentait seul, où il ne connaissait pas l'amour. Cette période, qui lui semblait désormais si lointaine, n'avait pas été aussi douloureuse que ce qu'il vivait dorénavant.  

Yuri était comme figé dans l'espace et le temps, et ce ne fut que lorsque Viktor se retourna pour poser son manteau que Yuri put respirer de nouveau. Il ne réagit même pas aux dernières paroles de Viktor avant qu'il ne quitte l'entrée. Il ne proposa pas son aide, ni celle de Mari. Il ne pouvait rien dire, rien faire. Il se laissa tomber à genoux et serra Makkachin contre lui. Le canidé semblait savoir instinctivement quand quelque chose n'allait pas, car il lui offrit une léchouille, délogeant les lunettes d'un Yuri qui était tiraillé entre l'envie de rejoindre Viktor dans sa chambre et l'envie de fuir le plus loin possible. Au final, l'instinct de fuite fut le plus fort.


« Adieu Makkachin. Soit sage avec ton maître ! Ne le laisse pas faire de bêtises, tu sais à quel point il peut être idiot parfois. Je souhaite réellement de tout mon cœur qu'il trouve le bonheur qu'il mérite. Le bonheur que je ne peux pas lui offrir... »

Après une dernière caresse pour Makkachin, il enfila rapidement ses baskets et empêchant le chien de le suivre, il passa la porte. Il allait courir le plus loin possible, jusqu'à ce qu'il ne tienne plus debout, jusqu'à ce que son esprit sombre dans le noir et l'inconscience. Il ne pouvait se résoudre à dire une nouvelle fois adieu à Viktor. Il était lâche, il le savait, mais il en avait toujours était ainsi.







Code by Wiise sur Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Viktor Nikiforov
Russie
Russie
avatar

Messages : 255
Date d'inscription : 29/11/2016

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Fragile comme la glace // Viktor   Sam 17 Déc - 9:40


Fragile comme de la glace…
○ feat. Yuri Katsuki ○


Viktor savait depuis le départ qu’aller à Hasetsu serait une épreuve douloureuse. Que Yuri soit là ou non n’allait en rien alléger sa peine. Si Yuri avait choisi de fuir, Viktor aurait la certitude qu’entre eux plus rien n’était récupérable. Leur histoire ne se résumerait plus qu’à des souvenirs perdus dans une mémoire trop fatiguée pour être capable de ne garder que les bons moments… Déjà  Viktor se perdait à ressasser inlassablement cette maudite matinée qui avait suivi le banquet. Il entendait encore les petits coups timides frappés à la porte. Il revoyait le visage fermé de Yuri. Il réentendait ses mots douloureux qui lui demandaient de venir rapidement chercher ses affaires au Japon. Sur le coup Viktor avait eu peur d’avoir mal entendu. Mais non, c’était bel et bien les mots prononcés par son précieux protégé….

Et qu’allait-il faire si Yuri ne s’était pas enfuit ? S’il était bel et bien présent à Yu-topia quand il allait arriver là-bas. Viktor ne croyait tellement pas à cette hypothèse qu’il ne s’était pas réellement posé de question sur le comportement qu’il devrait adopter. Quelle grossière erreur de sa part…. Parce que c’était bien Yuri qui était là, debout en bas des escaliers, ses lunettes sur le bout de son nez et ses cheveux noirs encadrant son visage d’une pâleur fantomatique.

Comment ne pas tressaillir ? Yuri paraissait fatigué… Epuisé….. Brisé. S’il n’y avait pas eu cette dispute à Barcelone, Viktor se serait laissé aller et il l’aurait pris dans la chaleur de ses bras pour essayer de le réconforter. Il lui aurait caressé le visage peut être. Il aurait déposé un baiser dans ses cheveux sans doute. Il aurait espéré, c’est sur, voir un sourire illuminer son visage si éprouvé…

Mais Viktor ne fit rien. Constater l’absence de l’anneau à la main de Yuri n’avait fait qu’enfoncer un peu plus le couteau dans la plaie. Yuri avait tourné la page. Il avait même changé de livre…. Il allait reconstruire sa vie loin de lui. Loin de tout ce qu’ils avaient vécu ensemble…. Il referait peut être sa vie auprès qu’une autre personne… une personne capable de le soutenir, de l’épauler, de le faire sourire, de le faire rire…. Le rire de Yuri…. Encore…. Toujours…. Il trouverait une personne qui réussirait là où Viktor avait pathétiquement échoué… Le patinage ? Non…. C’était bien au-delà de ca…. Ce que Viktor n’avait pas réussi à faire, c’était à rendre Yuri heureux, tout simplement.

Se retrouver en face de lui était la chose la plus difficile qu’il avait eu à faire durant toute la vie. Il était déchiré entre deux sentiments incompatibles qui ne faisaient que le tourmenter de plus en plus à chaque seconde qui passait. L’envie de s’effondrer à ses pieds et de lui demander d’être pardonné…. Et la colère, encore, de le sentir si froid et indifférent à son égard comme si tout ce qu’ils avaient vécu était piétiné salement et sans aucune émotion.

Ne pouvant se résigner ni à l’un ni à l’autre, Viktor préféra le contourner rapidement pour aller se réfugier à l’étage. Plus vite il plierait bagage et plus vite il pourrait quitter cet endroit. Il ne songeait plus qu’à ça. Il voulait retourner à St Pétersbourg, retrouver son appartement et s’y enfermer pour se protéger de toute l’horreur que lui faisait vivre Yuri.

Viktor monta les marches d’un pas régulier. Il se stoppa une fois arrivé sur le palier. Adossé contre le mur, il ferma les yeux et attendit quelques secondes pour tenter de reprendre le contrôle sur ses jambes flagellantes. Il s’apprêtaient à rejoindre « sa » chambre quand il entendit faiblement la voix de Yuri. Il faisait ses adieux à Makkachin…

« Soit sage avec ton maître ! Ne le laisse pas faire de bêtises, tu sais à quel point il peut être idiot parfois. Je souhaite réellement de tout mon cœur qu'il trouve le bonheur qu'il mérite. Le bonheur que je ne peux pas lui offrir... »

Les épaules voutées et sa main gauche crispée sur l’anneau qu’il portait à l’annulaire droit, Viktor suffoquait. Il retenait ses larmes qu’il refusait de laisser couler le long de son visage. Finalement, ces quelques recommandations bienveillantes que Yuri venait de faire à Makkachin étaient encore plus douloureuses que le simple adieu prononcé à Barcelone. Ne comprenait-il donc pas ? S’il tenait à ce point ç ce qu’il soit heureux il n’y avait qu’une seule et une chose à faire ! Une chose d’une simplicité absolue…. Il lui suffisait de laisser Viktor l’aimer….


XXXXXXXXXX

Viktor était de retour en Russie.

La vie avait finalement repris son court sans Yuri. La présence ce Makkachin à ses cotés rendait les choses légèrement moins douloureuses maintenant qu’il avait retrouvé un peu de compagnie et d’affection auprès de son fidèle compagnon. Il ne pouvait plus se contenter de rester enfermé dans son appartement à tourner et retourner inlassablement les mêmes sordides pensées. Makkachin lui offrait un prétexte idéal pour être obligé à sortir, à prendre l’air….

De fils en aiguille, Viktor avait lentement fini par reprendre le chemin de la glace. Est-ce qu’il envisageait sérieusement de reprendre le patinage ? Il s’était longuement posé la question. L’envie de patiner en compétition n’était plus réellement présente. La seule et unique chose qui aurait pu le motiver à patiner était la perspective de pouvoir croiser de nouveau le chemin de Yuri sur les patinoires internationales.

Ha…. Il devait certainement avoir un coté masochiste pour aimer à ce point se faire du mal… Mais entre croiser Yuri au détour d’un couloir ou ne plus jamais pourvoir entrapercevoir son regard, son visage, sa silhouette…. Le choix était fait. Viktor était prêt à vendre son âme au diable si cela lui permettait simplement de revoir une seule et unique fois Yuri… Seulement, pour ça, fallait-il encore que Yuri choisisse de poursuivre le patinage. Et le russe ignorait quels étaient les projets du patineur à ce sujet…

La patinoire de St Pétersbourg était vide. Il fallait dire qu’à cette heure si tardive, il devait bien être le seul à avoir envie de patiner… Chaussée de ses patins et d’une paire de gants noirs dissimulant l’anneau qu’il portait sans relâche, Viktor se laissait glisser sans réfléchir à ce qu’il faisait. Il laissait ses émotions dicter ses pas. Le vent venait charrier ses cheveux et caresser son visage d’une brise fraiche qui le maintenait éveillé.

Depuis son retour de Hasetsu, Viktor venait de plus en plus souvent à la patinoire pour se réfugier, pour se fatiguer, pour se changer les idées. Si certains se plaisaient à croire qu’il travaillait sur son nouveau programme, ce n’était pourtant pas le cas. Il venait juste ici pour ne pas être ailleurs. Pour ne pas être chez lui… seul… déprimé et entièrement accablé par l’absence de Yuri.

Viktor prit un peu plus de vitesse. Ses patins crissaient sur la surface gelée de la patinoire. Il prit une impulsion avant de se lancer pour un quadruple flip…. qu’il manqua. Un piaffement agacé s’échappa de ses lèvres. C’était son saut signature, celui qu’il ne manquait presque jamais et qu’il était un des seuls à réussir à passer. Celui pour lequel il avait passé tant de temps auprès de Yuri a essayé de lui enseigner… Il pensait avoir réussi… mais Yuri n’y était pas arrivé. Pas plus que Viktor qui avait beau les enchainer sans réussir à reproduire ce fameux saut qu’il connaissait pourtant par cœur. C’était à croire qu’après Yuri, c’était le patinage tout entier qui le rejetait. Il n’avait pas sa place en tant que coach. Il ne l’avait plus non plus en tant que patineur…. C’en était fini de lui. Sa vie prenait fin ici. Il ne pourrait plus reprendre la compétition…Il ne pourrait plus revoir Yuri… Jamais…

Ses jambes tremblèrent et Viktor se laissa tomber à genoux sur la glace, se cachant le visage de ses mains. A quoi bon se battre ? A quoi bon lutter quand le destin vous tourne le dos ? Ce n’était guère plus qu’un coup d’épée dans l’eau. Ca ne servait à rien de se débattre et d’espérer… Le seule chose qu’il pouvait encore faire était de se laisser sombrer…



Kuroko's Basket RPG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yurionicerpg.forumactif.com
Yuri Katsuki
Japon
Japon
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 30/11/2016

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Fragile comme la glace // Viktor   Sam 17 Déc - 18:23

Les jours se suivent... Et se ressemblent tous.

Lorsqu'il avait quitté Yu-topia, qu'il avait lâchement laissé Viktor derrière lui il avait couru pendant des heures. Il ne s'était arrêté que lorsque ses jambes avaient refusées de le porter plus longtemps et s'était effondré sur un banc. Il ne savait même pas où il était... Il avait couru le long de la digue et n'était même plus à Hasetsu. Mais il ne pouvait pas rentrer, pas avec Viktor présent. Maintenant qu'il y réfléchissait, était-ce un coup monté par Mari ? Elle ne l'avait pas prévenu de l'arrivée du russe, alors qu'elle était au courant, et lui avait même demandé de rester dans les parages. C'était trop bizarre pour que ce ne soit qu'une simple coïncidence. S'il adorait sa sœur, il refusait d'être manipulé ainsi, même par elle. A quoi avait-elle pu bien penser pour lui imposer cette épreuve ?

Car pour Yuri, revoir Viktor avait bel et bien été une épreuve. La révélation de leurs sentiments réciproques n'avaient en rien atténué la douleur que ressentait le japonais. Il n'en avait même pas parlé à Viktor d'ailleurs... Le russe avait-il toujours su ce que Yuri ressentait pour lui, même si Yuri lui même ne l'avait pas encore compris ? Viktor semblait toujours avoir un train d'avance sur lui, cela ne l'aurait pas étonné. C'était peut-être pour ça qu'il l'avait embrassé à Barcelone. Ou peut-être pas. Deviner ce que pensait réellement Viktor n'était pas facile pour Yuri qui avait déjà bien assez de mal à se comprendre lui même. Enfin, cela ne changeait rien au fait que Viktor était à Yu-topia en train de préparer ses valises, en train de disparaître complètement de la vie de Yuri. Si Yuri continuait le patinage, ils se croiseraient très certainement lors des différentes compétitions, mais même ça, Yuri ne le pouvait pas. Il n'en avait pas la force, pas le talent non plus si l'on en croyait leur dernière discussion...

Yuri secoua la tête, chassant ces idées noires. S'il se mettait à ressasser cette dernière journée à Barcelone, il risquait de se mettre à pleurer en plein milieu de la rue et cela ne faisait absolument pas partie de ses envies. Non, ce dont il avait envie c'était d'un bon bain chaud, mais Yu-topia était hors de question en ce moment... Levant les yeux, son regard se posa sur la devanture d'une petite auberge de bord de mer. A défaut des sources chaudes, il pourrait toujours y prendre un bain. Et y dormir... Il ne prendrait pas le risque de croiser Viktor de nouveau. Une fois était bien suffisante. Il envoya alors un texto à sa mère, lui indiquant qu'il passerait la nuit dans un hôtel, qu'il avait besoin d'espace. Yuri avait des parents plus que compréhensifs, et sa mère ne commenta en rien la présence de Viktor dans l'onsen. Elle lui répondit simplement qu'il pouvait rentrer le lendemain sans problème.

Viktor ne comptait donc pas rester plus longtemps que nécessaire chez eux. C'était un soulagement pour Yuri. Demain commencerait une nouvelle vie pour lui. Il pourrait enfin tourner la page. Il allait tirer un trait sur le patinage artistique pour de bon. Après tout, de nouveaux jeunes talent avaient déjà fait leur apparition, le Japon n'avait plus spécialement besoin de lui sur la glace. Il ne lui restait plus qu'à trouver sa propre voie désormais.




Code by Wiise sur Never-Utopia




Dernière édition par Yuri Katsuki le Jeu 22 Déc - 15:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Viktor Nikiforov
Russie
Russie
avatar

Messages : 255
Date d'inscription : 29/11/2016

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Fragile comme la glace // Viktor   Lun 19 Déc - 0:09


Fragile comme de la glace…
○ feat. Yuri Katsuki ○


Demain, ça serait son anniversaire. Et Jamais Viktor n’avait eu le cœur aussi lourd que maintenant. Jamais il n’avait ressenti autant de tristesse qu’en ce moment. Peut être que si Yuri avait gagné le Grand Prix ils auraient pu fêter Noël et son anniversaire ensemble. Il aurait été mentir que de dire que Viktor n’avait pas envisagé cette possibilité. Lorsqu’ils étaient ensemble sur le marché de Noël de Barcelone, Viktor s’était surprit à rêver que Yuri pourrait revenir avec lui en Russie. Il aurait pu lui faire visiter sa ville, son appartement…. Ils auraient pu fêter ensemble ce moment unique que représentait les fêtes de fin d’années.

Viktor avait toujours été une personne agréable à la vie comme à la glace. Il se prêtait de bonne grâce aux jeux des interviews, des photos et des autographes qu’on lui demandait régulièrement. Mais il y avait un sujet que Viktor s’appliquait à verrouiller : sa vie privée. Rare étaient ceux qui pouvaient se vanter de connaitre les détails de la vie du célèbre patineur. Même des détails basiques tels que ses passes temps en dehors du patinage, ses fréquentations ou ses habitudes demeuraient inconnus en dehors du cercle très fermé de ses proches

Il n’y avait qu’avec Yuri que Viktor avait envie de partager ce genre de chose…. Il n’y avait que Yuri qu’il avait souhaité faire entrer entièrement dans sa vie. Il n’y avait que Yuri qu’il avait espéré pouvoir aimer pour l’éternité…. Mais tous ces espoirs n’étaient plus que fumée. Tout c’était envolé en une fraction de seconde. Il n’avait fallu qu’une main posée et un flip raté pour faire vaciller la relation que Viktor avait – naïvement – pensé inébranlable.

C’est à contre cœur que Viktor avait accroché la laisse autour du collier de Makkachin. Ca ne serait tenu qu’a lui, il serait resté enfermé ici, allongé sur son canapé à passer en boucle toujours la même playlist mélancolique que contenait son mp3. Mais sa mère lui avait téléphoné un peu plus tôt en lui demandant s’il voulait bien l’accompagner au marché de noël situé sur la place de la ville.

Le cœur n’y était pas mais Viktor savait que sa mère était particulièrement inquiète pour lui. Elle s’appliquait tellement à faire tout ce qui était en son pouvoir pour lui rendre son sourire et alléger sa peine, qu’il pouvait bien, pour une fois, faire en sorte que ce soit elle qui ait le sourire.

A l’extérieur, le froid était piquant. La nuit enveloppait déjà toute la ville qui avait revêtit ses habits de lumière les plus merveilleux. Guirlandes éclatantes, chalets de bois recouverts d’une fine pellicule de neige et sapin étincelant. De nombreux couples se promenaient mains dans la main pendant que des enfants s’extasiaient sur les devantures des magasins de jouets toutes plus attrayantes les unes que les autres. Découvrir tout cela avec Yuri aurait pu être si romantique…. Et d’ailleurs, que faisait-il, Yuri. Est-ce qu’au Japon on fêtait noël de la même façon ? Avait-il ce regard pétillant comme lors de leur promenade à Barcelone ? Se promenait-il tout comme lui dans une ville scintillante ?

Un soupire échappa à l’ancien entraineur. Il se pencha pour caresser la tête de son fidèle chien qui marchait doucement à ses côtés.

« Tu ne connais pas tout ça toi… Je t’envie, tu ne peux pas t’imaginer… »

Encore quelques minutes de marches lui permirent de rejoindre sa mère qui l’attendait au point de rendez-vous qu’ils s’étaient fixé. Viktor se força un peu à lui sourire avant de se pencher pour l’embrasser affectueusement. Il s’agissait d’une femme plutôt âgée mais à l’allure très soignée sans pour autant être trop guindée. Mère et fils possédaient le même regard si particulier et la même chevelure argentée. Avec attention, elle s’appliqua à resserrer l’écharpe autour du cou de son grand enfant de bientôt vingt-huit ans

« Tu vas prendre froid …. »

Viktor lui sourit avant de glisser son bras sous le sien pour marcher ensemble tout en la soutenant

« Maman…Je ne suis plus un enfant depuis bien longtemps tu sais… »


Elle ignora sa remarque alors qu’ils se promenaient lentement dans les allées bordées de chalets. On y trouvait des marchandises artisanales, toutes sortes de choses appétissantes à manger et à boire, des jouets en bois, des idées de cadeaux… C’était festif. Mais pour Viktor, c’était surtout dépressif… Tout, absolument tout lui rappelait le marché qu’il avait visité avec Yuri… Même ce verre de vin chaud qu’il tenait dans la main. Il se rappelait avoir proposé de partager avec Yuri mais le patineur consciencieux qu’il était avait préféré refuser.  

Viktor porta le verre de liquide brulant à ses lèvres et il en but une gorgée. C’était bon et délicieusement épicé.

« Je veux que tu retournes au Japon, Vitya… Tu es malheureux ici. Et je peux plus supporter de te voir comme ça »

Viktor la regarda un instant avant que son regard ne se pose sur son verre qu’il tenait entre ses mains. L’anneau doré brillait encore plus intensément sous les lumières pétillantes des chalets de noël

« Tu l’aimes ce garçon n’est-ce pas ? »


Viktor ferma les yeux avant de boire un peu de son vin chaud qui avait eu le temps de tiédir

« Maman…. »

Sa mère leva sa main et la posa doucement, tendrement, sur la joue de son fils. Elle le regarda avec un petit sourire compatissant et réconfortant

« C’est lui qui ne t’aime pas ? C’est pour ça que tu es si malheureux ? »

Un silence… La réponse était tellement difficile à prononcer que Viktor était incapable de la formuler. La main de sa mère glissa sa mèche de cheveux derrière son oreille. Il esquissa un petit sourire avant de la regarder

« Je suis heureux de passer ce moment avec toi. C’est tout ce qui compte pour le moment, crois moi… »

Un sourire fendit son visage et Viktor prit la main de sa mère qu’il embrassa tendrement. Evidement qu’il n’était pas heureux, ce n’était que des paroles en l’air visant à rassurer un peu sa mère. Evidemment qu’elle n’était pas dupe non plus. Viktor savait parfaitement qu’elle n’avait pas gobé un traitre mot de ce qu’il venait de dire mais l’un comme autre semblaient trouver préférable de faire semblant d’y croire. Du moins…. Pour le moment…



Kuroko's Basket RPG

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yurionicerpg.forumactif.com
Yuri Katsuki
Japon
Japon
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 30/11/2016

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Fragile comme la glace // Viktor   Ven 23 Déc - 1:39

Les jours se suivent... Et se ressemblent tous.

L'arrivée de l'hiver n'avait en général pas la même signification pour les patineurs que pour les autres personnes. Certes, les fêtes étaient toujours là, mais le plus souvent l'esprit d'un patineur était concentré sur les compétitions à venir, et non pas sur les cadeaux à offrir pour Noël. Certes les cadeaux restaient une obligation incontournable pour beaucoup, mais le stress était moindre comparé à une finale de Grand Prix. Et sitôt la finale terminée, les esprits se tournaient vers la prochaine compétition, il n'y avait que peu de temps de répit avant la reprise des entraînements. Mais pour Yuri tout cela était terminé. La compétition n'était plus pour lui, il n'avait donc plus aucune raison de s'entraîner. Pour dire vrai, il n'avait plus touché à sa paire de patins depuis cette fameuse finale. Ils étaient restés dans son sac, celui-ci relégué au fond de son placard depuis son retour d'Espagne. Yuri n'avait aucune intention d'enfiler ses patins de nouveau, ne serait-ce que pour patiner pour le plaisir comme il avait pu le faire avant. Non ce temps là était révolu. Viktor était parti, il avait récupéré ses affaires, Yuri pouvait enfin tourner la page et tout oublier.

Et pourtant, en cette veille de Noël Yuri ne pensait pas aux cadeaux sous le sapin, il ne pensait pas au fabuleux repas que sa mère leur avait promis. Non, il pensait à la seule personne qu'il voulait désespérément oublier. Il pensait à Viktor. Viktor qui était né un 25 Décembre. Viktor qui fêterait donc son anniversaire demain. En réalité ses patins n'étaient pas la seule chose qu'il avait caché au fond de son placard. En fouillant bien on pouvait trouver une petite boite, déjà emballée, prête à être offerte. Lors de leur séance shopping dans les rues de Barcelone Yuri avait prétexté faire des emplettes pour sa famille, mais il avait aussi pris quelque chose pour Viktor. Pour son anniversaire. Leurs anneaux avaient été un symbole, une promesse pour eux mais aux yeux de tous. Yuri avait voulu quelque chose de plus, quelque chose qui ne serait qu'à Viktor. Mais après la finale il n'y avait plus pensé et l'avait retrouvé dans sa valise lorsqu'il l'avait défaite. Il n'avait pas trouvé le courage de le donner à Viktor ni de lui envoyer, ayant trop peur de sa réaction, mais il ne pouvait se résoudre à le jeter. C'était tellement stupide.

Assis sur son lit, il secoua la tête pour chasser ses sombres pensées. Il devait aller de l'avant, il l'avait promis à sa famille. Car lors de son retour après une nuit passée à l'hôtel il avait bien du expliquer la situation à sa famille. Il avait très bref sur les circonstances de leur séparation, ne dévoilant que le stricte nécessaire, le reste de l'histoire ne regardait que lui. Viktor retournait en Russie pour continuer sa route, et Yuri en ferait de même au Japon. Il n'était donc pas nécessaire pour sa famille de se mêler de quoi que se soit, et ces dernières paroles s'étaient principalement adressées à Mari, qui avait alors bien compris que ce qu'elle avait fait n'avait absolument pas été apprécié par son frère. Depuis cette entrevue personne n'avait prononcé le nom du russe ou mentionné son futur de patineur, ou du moins pas en sa présence.

Yuri devait l'avouer, il n'avait aucune idée de ce qu'il allait bien pouvoir faire maintenant. Certes il avait un diplôme d'informatique en poche, mais travailler dans un bureau ne l'attirait pas plus que ça. Il avait du choisir une branche d'étude, et l'informatique lui avait semblé le plus approprié. Il était plutôt doué avec les ordinateurs et en travaillant avec des machines il n'avait pas spécialement besoin de parler avec d'autres personnes. Cela avait plus été un choix de logique que de passion. Le patinage avait été sa passion, le reste n'avait toujours été que secondaire. Mais maintenant que la passion l'avait quitté, la raison devait se faire entendre. C'était décidé ! Il allait passer les fêtes avec sa famille et dès la nouvelle année il irait chercher du travail en ville. Il ne pouvait pas rester ainsi à ne rien faire de toute façon. Il ne pouvait pas rester à se morfondre toute sa vie sur ce qui aurait pu être, sur ce qui ne serait jamais. Il était temps !

Fort de sa nouvelle résolution Yuri porta les mains à son cou, sortant la chaine de sous sa chemise et la fit passer par dessus sa tête. Cet anneau aurait du être le symbole de sa relation avait Viktor, il aurait du être un symbole de joie, de complicité, d'amour... Il n'était maintenant qu'un poids qui lui entravait les chevilles et l'empêchait d'avancer. Il fallait faire table rase du passé pour pouvoir avancer, c'était ce que l'on disait non ? Il fallait donc qu'il se débarrasse de cet anneau. Il avait pris sa décision, il allait le faire.

Il avança vers la corbeille à papier qui était à coté de son bureau. La main tendu au dessus de celle-ci il était prêt à y lâcher cet anneau qui ne représentait plus rien pour lui, autre qu'un passé qu'il avait décidé d'abandonner derrière lui. Le Yuri d'avant devait disparaître pour faire place à un membre actif de la société japonaise, c'était ce qu'il avait décidé. Ses doigts s'entrouvrirent légèrement et la chaine commença sa lente descente vers la corbeille. Il pouvait le faire, il ne s'agissait que d'un anneau... L'image de Viktor, la main dans la fourrure de Makkachin lorsqu'il était venu le chercher s'imposa dans son esprit. Une main qui portait toujours son anneau.

Il ne pouvait pas le faire ! Ses doigts se crispèrent sur la chaine, la retenant avant qu'elle ne sombre et il tomba à genoux devant la corbeille. Ses mains se portèrent à son visage et les larmes commencèrent à couler. Pourquoi n'y arrivait-il pas ? Pourquoi était-ce si difficile ? Il ne s'en sortirait jamais ainsi.




Code by Wiise sur Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Viktor Nikiforov
Russie
Russie
avatar

Messages : 255
Date d'inscription : 29/11/2016

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Fragile comme la glace // Viktor   Sam 24 Déc - 9:03


Fragile comme de la glace…
○ feat. Yuri Katsuki ○


Viktor se réveilla dans un sursaut violent. Il se redressa assis dans le lit, la respiration saccadée et yeux écarquillés fixés sur un point invisible dans la chambre. Son corps parcourut de sueur tremblait encore de froid et de peur. Il lui fallait quelques instants pour réussir à reprendre ses esprits et à réaliser ce tout ce qu’il venait de voir n’était qu’un cauchemar. Toujours le même…. Chaque nuit durant…

Il revivait avec la même intensité effrayante cette fameuse matinée de Barcelone. Il revoyait le visage de Yuri lui demander de venir récupérer ses affaires. Dans ses songes les plus noirs, Viktor tendait la main vers lui. Ses doigts tendus se refermaient dans le vide tandis que l’image de Yuri disparaissait progressivement jusqu’à n’être plus qu’un vague souvenir

Le revoir, même en rêve, perturbait Viktor au plus haut point. Il était clair que le japonais était passé à autre chose. Viktor avait été bien stupide de penser que son protégé l’aimait. Il avait espéré que les sentiments qu’il avait à son égard étaient peut-être partagés. Après tout, Yuri n’avait jamais refusé de répondre à ses gestes de tendresses…. En huit mois, il n’avait pas été rare que Yuri pose son front contre le sien spontanément. Qu’il entrelace leurs doigts, qu’il lui prenne la main, qu’il vienne se jeter dans ses bras, qu’il lui arrache un câlin…. Pourquoi Yuri avait-il fait ça s’il n’avait pas un peu d’amour caché derrière chacun de ses actes ? Etait-il cruel à ce point ? Y avait-il un semblant d’explication au comportement alambiqué du jeune japonais ?

Viktor s’était posé la question un nombre incalculable de fois. Yuri était quelqu’un de très prude et réservé. Il n’était pas dans sa nature de se montrer tactile et démonstratif avec une autre personne. Alors pourquoi l’avoir fait avec lui ? Si c’était pour le dégager comme une vieille chaussette ensuite, Viktor aurait préféré ne jamais ces petits gestes qui lui faisaient tant plaisir autrefois n’ai lieu….

L’ancien champion du monde se laissa retomber mollement sur son lit. Ses cheveux humides collaient à son visage livide. Il ne bougeait plus, se contentant de fixer le plafond au-dessus de son lit. Il ne voulait pas chercher le sommeil… et de toute façon il savait parfaitement qu’il n’arriverait plus à se rendormir maintenant… Plus après avoir revu encore et encore le visage de Yuri. Plus après avoir entendu le claquement sinistre de la porte de la chambre d’hôtel se refermer sur leur histoire. Plus après avoir, une fois de plus, été confronté aux larmes du japonais qu’il avait été incapable de consoler….

Ça faisait mal… Tellement…. Viktor se tourna sur le côté et se recroquevilla en boule, ramenant ses genoux contre torse et arrondissant le dos dans une pathétique position de protection. Pourquoi c’était si douloureux d’aimer ? Pourquoi c’était si atroce d’être abandonné et rejeté par la personne dont a été amoureux ? Viktor en arrivait à un point où il regrettait chaque instant passé avec Yuri. Il regrettait d’avoir écouté le conseil de Mila lui disant d’aller visionner cette vidéo faisant le buzz. Il regrettait d’être tombé sous le charme du patineur japonais dès les premières secondes de la chorégraphie. Il regrettait de l’avoir pris dans ses bras, de l’avoir embrassé, de l’avoir cru quand ce dernier lui avait demandé de ne jamais le quitter et de rester à ses cotés tout le temps que durerait sa carrière. Ce n’était que des mensonges ! Du flan ! Du vent ! Des paroles que Yuri avait dit sans jamais les penser ! Quelle cruauté vraiment….

Un sanglot déchira le silence qui régnait dans la chambre. Viktor ne se reconnaissait plus. Il était loin le temps où le jeune homme arpentait fièrement le sourire qu’on lui connaissait tous. Plongé en plein cœur des ténèbres les plus sombres, Viktor n’avait plus gout à rien. Tout lui paraissait insipide et incolore…. La nourriture avait le gout du coton, toutes les boissons avaient la saveur de l’eau… Il n’y avait que Yuri qui était en mesure de changer les choses. Il n’y avait que lui pour être capable de redonner un sens à la vie du russe. Sans en avoir conscience, à des milliers de kilomètres de là, Yuri tenait la vie de Viktor entre ses mains…

Finalement, Viktor repoussa ses draps. Makkachin dormait toujours et ne semblait pas avoir envie de se réveiller. Ce qu’il pouvait être flémard quand il s’y mettait. Viktor l’enviait. Il ne savait pas la chance qu’il avait de pouvoir vivre sans le moindre tracas ni la moindre peine de cœur.

Les pieds nus de l’entraineur rencontrèrent le parquet laqué de sa chambre. Il soupira un peu puis se dirigea vers la fenêtre. A l’extérieur, St Pétersbourg paraissait toute aussi endormie que son fidèle compagnon. Un épais manteau de neige avait recouvert les routes et le toit des maisons. Seuls quelques petites lumières scintillantes arrivaient à déchirer la nuit d’encre qui enveloppait encore la ville à cette heure bien trop matinale.

Viktor prit une inspiration. Nous étions le 25 décembre, il venait d’avoir 28 ans. Dans quelques instants les enfants allaient se réveiller et sauter aux pieds de leur sapin pour découvrir leurs cadeaux par milliers… Viktor avait passé l’âge de croire au Père-Noël depuis bien longtemps. Mais cette année, avec un atome d’espoir infiniment minuscule, Viktor espérait que son Père-Noël ne l’aurait pas oublié… Il ne souhait aucun cadeau. Il ne voulait qu’une seule chose : Que Yuri puisse être présent à ses côtés… ne serait-ce que pour cette unique journée….



Kuroko's Basket RPG

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yurionicerpg.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ Terminé ] Fragile comme la glace // Viktor   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ Terminé ] Fragile comme la glace // Viktor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fragile comme la porcelaine -EM-5-
» [Terminé] Créature de Glace
» [SERIE US] THE SHIELD (série terminé)
» GLACE de Bernard Minier
» Mégami Hells contre Frédo, cœur de glace. [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuri on ice RPG  :: We were born to make history :: Asie :: Japon :: Hasetsu :: Onsen Katsuki-
Sauter vers: