Yuri on ice RPG

un forum de RPG basé sur l'animé Yuri on ice !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Terminé] Je te reconnais [PV Thomas Ackerman]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zackary Jenkins

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 28/02/2017

MessageSujet: [Terminé] Je te reconnais [PV Thomas Ackerman]   Mer 1 Mar - 9:20


Je te reconnais !



Thomas Ackerman

Honnêtement ça va, je me suis bien habitué à ma vie à Chicago. Faut dire que ça fait maintenant trois ans que j’habite ici alors si je ne m’étais pas habitué c’est qu’il y aurait un problème. Pourtant à la base ce n’était pas spécialement gagné parce que j’avais un peu les chocottes, je vais pas le nier. Entre la vie à la ville comme Chicago et la vie à la campagne comme dans mon Montana natal, il y a une grosse différence. Par de montage, de prairie verdoyante, de forêt de sapins ni de lacs majestueux. Rien que du béton et des buildings à perte de vue. Et puis je connaissais personne non plus. Mais je m’en faisais pas trop parce que voilà…. Je sais que je suis quelqu’un d’assez sympa et je n’ai jamais trop rencontré de problème pour me faire des amis. Cette fois-ci n’a pas dérogé à la règle.

Pour une question de praticité, comme beaucoup de mes camarades venant de loin, j’habite dans une chambre universitaire située sur le campus. Mais c’est la dernière année ! Dès que j’ai fini ma première année de master de droit je me paie un appartement ! Faut dire que j’en ai marre de mon colloc qui n’arrête pas de renter à pas d’heures et qui passe son temps à laisser trainer ses calbutes dans la pièce. Ca va bien, ça fait trois ans que je subis maintenant j’ai envie d’autre chose. J’ai besoin d’air. Et un air qui n’est pas pollué par l’odeur de ses chaussettes puantes dés qu’arrive l’été ! Sérieux ce mec quand il retire ses pompes chez Hiroshima dans la chambre ! J’exagère à peine, on pourrait presque voir le petit champignon nucléaire sortir de ses baskets !

Pour me payer cet appart et tout ce qui va avec j’ai trouvé un job ! En plus de mes études et du club de Hockey, je bosse donc 3 jours par semaine dans une boutique qui vend des articles de sport. Ce qui est cool c’est que la boutique est située pas trop loin du nouveau centre d’entrainement pour les sports de glace. Depuis l’ouverture du centre, on a carrément réaménagé un étage à la boutique ! Maintenant, tout le premier étage vend des articles pour les patineurs ou les hockeyeur. Et depuis l’ouverture de ce fameux étage, c’est devenu mon paradis dans lequel j’ai envie de dépenser tout mon pognon. Heureusement que le boss est super sympa et qu’il me fait une ristourne de 30 % sur les articles achetés à la boutique ! Grace à ça j’ai pu me payer une nouvelle paire de patins ! Il faudrait que je pense à changer ma crosse aussi… Mais je dois encore un peu économiser pour ça. Et songer à mon appartement ! Nous sommes début juin et si tout va comme je veux, dans un mois je serai dans mon chez moi !!!

Haaaaa le début de l’été ! J’aime cette saison ! Parce qu’il fait chaud, que le soleil c’est bon pour le moral et parce que les filles mettent des jupes qui dévoilent leurs belles jambes mises en beautés dans des chaussures à semelles compensées… J’adore… et je ne me prive pas de regarder ~

Mais l’été c’est aussi la saison des crèmes glacées ! Il y a un glacier dans une rue un peu en retrait sur le chemin entre la boutique et le campus. Je pense d’ailleurs que s’il est ouvert quand je vais quitter mon service j’irai m’arrêter pour me prendre un cornet. 3 boules ! Sorbet melon, cerise et noix de coco ! Mes parfums préférés.

Je suis dans le rayon de ma boutique, au fameux étage que j’aime bien, en train d’étiqueter et mettre en rayon les articles nouvellement arrivés. Parmi les différents cartons que je dois ranger il y a un peu de tout. Des patins, des lames, des protèges-lames, des gants, des tenues d’entrainement…. Il y a même des trucs que je ne sais pas ce que s’est… Faut dire que je suis dans la partie destinée au patineurs artistiques et que c’est pas vraiment ma spécialité. La mienne est située dans les rayons juste en face de l’allée centrale. Le hockey ! Là on peut tout me demander je suis incollable !

Non  mais en vrai j’ai hâte d’être en vacances. Comme tous les étudiants, mes cours se finissent le 30 juin et ne reprendront que le 15 septembre. Ca laisse pas mal de temps pour glander diront certains. Sauf que pendant les vacances je bosse davantage à la boutique. Mon petit contrat de 18h par semaine va ainsi monter à 25h. Le reste du temps je vais le passer à étudier à la bibliothèque universitaire et à m’entrainer au hockey. Je vais aussi me détendre bien évidemment ! Surtout au mois d’aout ! J’ai quatre semaines de vacances et je compte bien pouvoir retourner dans le Montana voire mes parents ! Pendant mon séjour là-bas je vais en profiter un max ! Je vais retrouver mon cheval, Noctali ( ouais comme le Pokémon !!! parce que sa robe est toute noire et qu’il a une tache blanche en forme de lune sur le font ). Je vais aussi retrouver les deux chiens de mes parents qui vont me faire une fête monumentale ! Ça va être des vacances trop géniales ! Maman va me préparer mes petits plats préférés et Papa voudra, encore, que je l’aide à réparer les enclos qui ont morflés pendant l’hiver. Mais je m’en fous j’aime bien faire ça.

C’est avec un sourire au livre que je range les articles dans le rayon. Allez encore deux mois à tenir avant de retrouver mon Montana adoré et notre ranch dans lequel je me sens si bien. Je suis tiré de mes pensées par une voix située juste derrière moi et qui m’interpelle. Je me retourne tout en gardant un sourire commercial et agréable.

« Oui ? Bonjour ! En quoi puis-je vous êtes utile ?»

Il s’agit d’un gamin aux cheveux bruns. Quand je me redresse je vois que je suis nettement plus grand que lui. Mais il ne fait pas gringalet pour autant. Son visage reste impassible alors que je l’écoute attentivement me faire sa demande. S’il veut un truc trop pointu sur le patinage artistique je suis pas sure de lui être d’une grande utilité. Je ferai peut être mieux d’appeler Gordon, mon collègue qui touche un peu plus que moi dans le domaine
Mes yeux ne lâchent pas le gamin. J’ai comme l’impression de l’avoir déjà vu quelque part mais je n’arrive pas à me souvenir d’où exactement. Puis il lève ses yeux vers les miens et nos regards se croisent et s’ancrent l’un à l’autre. C’est là que ça fait «  tilt » dans ma tête ! J’écarquille mes yeux d’un bleu profond puis, sans aucune politesse, je le pointe du doigt sans être capable de me retenir de m’exclamer

« Haaaan ! Tu es le Gamin-aux-yeux-verts de la patinoire !! »

Bah merde alors ! Je ne pensais pas le revoir un jour en fait ! Ça remonte quand même à presque deux mois… J’étais venu réviser à la patinoire comme à mon habitude et finalement j’avais été captivé par un gosse qui apprenait un saut auprès de son entraineur. Le gosse en question était carrément envoutant. Il avec une grâce indéniable et une détermination à toute épreuve. Quand il avait réussi son saut je m’étais levé et l’avait applaudi pour le féliciter. Par la même occasion je me prenais la plus grosse honte de ma vie mais bon…

Et voilà ! Le gosse en question était là, devant moi, ses yeux d’un vert émeraude brillant et fascinant me regardant avec tout autant de perplexité que cette fois-là à la patinoire. Un peu gêné, je me passe la main sur la nuque et hausse les sourcils pour prendre une mimique désolée

« Ha… Tu ne dois pas te souvenir de moi… mais osef ! c’est mieux comme ça ! Voila. Donc, qu’est ce que tu veux déjà ? »


(c) Kuroko's Basket RPG

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Ackerman
France
France
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: [Terminé] Je te reconnais [PV Thomas Ackerman]   Ven 3 Mar - 1:54


► Je te reconnais ! ◄
feat. Zackary Jenkins



C'était une journée ordinaire pour Thomas. Enfin... Une journée de son nouvel ordinaire. Il y avait moins d'un an, il aurait été en train de se réjouir de la proche fin des cours, des grandes vacances qui arrivaient. Mais aujourd'hui, tout cela ne le concernait plus vraiment. Après l'horrible révélation que Hans n'était pas son frère mais son cousin, que son véritable géniteur n'était autre qu'un salop de la pire espèce, leurs vies avaient été bouleversées. Olaf l'avait emmené en Allemagne, l'avait forcé à patiner pour lui, lui qui récoltait tous les lauriers, tout l'argent que son fils gagnait. Heureusement Hans était venu le chercher, mais Thomas était encore mineur. Hans n'avait officiellement aucun droit sur lui, Thomas restait sous la coupe de son géniteur. Et si Olaf les retrouvait, ils risquaient gros. Hans encore plus, il pourrait terminer en prison pour kidnapping. Alors les deux se cachaient en quelque sorte. Ils étaient parti pour les États Unis, dans ce centre que Thomas avait rêvé d'intégrer. Ils avaient demandé l'émancipation de Thomas, mais ces choses là prenaient du temps. Énormément de temps. Alors en attendant, Thomas n'allait plus à l'école, il suivait des cours par correspondance. Il ne participait à aucune compétition, de peur qu'Olaf ne retrouve ainsi sa trace. Il se contentait de s'entrainer pour la prochaine saison, espérant pouvoir y participer, espérant que leurs problèmes seraient réglés d'ici la.

C'était un jour banal dans la nouvelle vie de Thomas. Il avait passé la matinée à s'entrainer avec Lukas. Lukas... Une autre nouveauté dans sa vie. Pas que la sienne d'ailleurs. Lukas était devenu son entraineur peu de temps après son arrivée à Chicago. Il avait rencontré l'allemand à la patinoire grâce à Viktor Nififorov et Yuri Katsuki. Encore des grandes nouveautés. Parfois il n'en revenait pas de se dire qu'il côtoyait les patineurs les plus talentueux au monde. Mais surtout qu'ils le traitaient avec respect, et pas comme un simple gamin paumé. Grâce à leur aide, à leurs conseils, il progressait chaque jour un peu plus. Et avec Lukas, il pensait vraiment pouvoir atteindre les plus hautes marches des podiums un jour. En tant qu'entraineur, Thomas n'avait pratiquement rien à reprocher à Lukas. Peut être son insistance à vouloir que Thomas participe aux compétitions alors qu'on lui avait plusieurs fois spécifié qu'il ne ferait rien avant d'avoir eu l'aval de son frère. Les deux ne s'étaient pas étalés sur leur vie d'avant, et pour le moment tout ce que les gens savaient c'était que Thomas et Hans étaient frères -car c'est ainsi qu'ils continuaient de se présenter-, et que Thomas préparait sa prochaine saison. Et l'adolescent n'avait aucune intention d'en révéler plus à qui que se soit. Sa vie privée ne regardait personne. Et donc, même à son entraineur, il n'avait expliqué ce choix d'arrêter la compétition pendant plusieurs mois. Mais Thomas pouvait comprendre Lukas. Quel entraineur ne voudrait pas faire de son protégé un champion ? Il sentait que Thomas avait les capacités et faisait tout ce qui était dans ses moyens pour l'aider. C'était plutôt compréhensible.

Non, ce que Thomas reprochait à Lukas, c'était sa proximité avec Hans. Non content d'entrainer Thomas, l'allemand essayait de se faire son frère. Au début Thomas avait cru que Hans l'enverrait bouler avec toute sa diplomatie habituelle. Il avait même presque eu pitié du grand blond qui allait faire les frais de la langue acerbe de son frère. Mais les jours avaient passés, puis les semaines, et rien ne s'était passé. Les deux s'étaient rapprochés et Hans n'avait aucune intention de repousser l'allemand. La relation de son frère était comme un choc pour l'adolescent. Il n'avait jamais vu Hans accepter les avances de qui que se soit avant. Il n'avait jamais vu son frère sortir avec un homme, ou même une femme. Il ne lui avait jamais posé la question de savoir ce qu'il préférait, tout comme Hans ne la lui avait jamais posé. Parfois, lorsqu'ils n'étaient pas à la patinoire, qu'ils ne travaillaient pas, Thomas considérait Lukas comme un intrus. Il devait avouer qu'il avait un peu de mal à accepter sa présence dans le contexte de leur vie. Si Hans ne le chassait pas, ce n'était pas la place de Thomas de le faire, mais parfois l'envie ne manquait pas... Mais du coup, hors de leurs entrainements, si Hans n'était pas là, Thomas ne passait pas spécialement de temps avec Lukas. Il n'en avait pas envie. Et donc, c'est ainsi que Thomas s'aventura seul au magasin de sport. Et puis, il n'était pas idiot, il n'avait pas besoin de supervision pour acheter quelques affaires. Même si avant Hans était là pour acheter son matériel, ce n'était pas lui qui choisissait, il n'y connaissait rien. Thomas avait 16 ans, il était parfaitement autonome -et depuis bien longtemps d'ailleurs.

Le magasin de sport était situé près du centre d'entrainement, permettant à Thomas d'y aller sans avoir besoin de prendre les transports en commun. Pas qu'il soit comme son frère avec sa peur des microbes et autres joyeusetés, mais Thomas n'avait pas encore eu l'occasion de se familiariser avec les transports en commun américain. Et il devait bien avouer qu'il n'était pas le plus doué en ce qui concernait l'orientation. Il remerciait grandement l'inventeur du gps d'ailleurs, ainsi que celui qui avait eu l'idée de l'installer dans les téléphones portables. C'est justement son manque d'orientation qui força l'adolescent à demander de l'aide à un vendeur une fois dans le magasin. Il avait bien trouvé le rayon patinage, ce n'était pas bien compliqué, mais pour trouver ce qu'il cherchait, c'était une autre histoire. Sans compter qu'il ne connaissait pas le mot exact pour ce qu'il cherchait. Il avait beau parler l'anglais, l'allemand et le français couramment, certains termes -surtout les plus techniques- lui échappaient parfois lors du passage d'une langue à l'autre. Il se résigna donc à interrompre l'un des vendeurs dans son rangement pour lui demander de l'aide.

« Excusez-moi ? »

Le vendeur se retourna, sortant le speech habituel de tout employé de magasin correctement formé. Thomas se dit qu'il avait bien fait de ne pas venir avec Hans lorsque le vendeur face à lui se redressa de toute sa taille. Hans était déjà plus petit que lui, mais face au vendeur, il aurait vraiment eu l'air d'un nain, ce qui l'aurait mis de mauvaise humeur pour toute la journée. L'homme -enfin plutôt le jeune homme, il n'avait pas l'air si vieux que ça- face à lui le dépassait d'une bonne dizaine de centimètres, voir même plus. Ne prêtant pas attention au sourire purement commercial du vendeur, Thomas commença à s'expliquer.

« Je cherche les affuteurs ? Pour les patins à glace. Le truc pour aiguiser les lames manuellement. Vous savez où ils sont ? »

Sentant son regard sur lui et ne recevant aucune réponse, Thomas se décida à regarder le garçon dans les yeux, chose qu'il n'aimait pas spécialement faire. Lorsqu'il était enfant, avant qu'il ne porte des lentilles colorées, il avait été tellement complexé par le couleur de ses yeux et les remarques qu'il avait reçu, qu'il avait pris l'habitude de ne pas regarder les personnes dans les yeux lorsqu'il leur parlait. Certains jugeait cela impoli, mais au final tant qu'il écoutait et que l'autre aussi, où était l'obligation de se regarder ainsi dans le blanc des yeux ? Et puis c'était gênant. Il n'aimait pas ça, point final.

Il attendait une réponse mais lorsque ses yeux croisèrent celui du vendeur, celui-ci s'exclama en le pointant du doigt, faisant reculer Thomas d'un pas sous l'effet de la surprise. Il ne connaissait pas cet homme pourtant. À part les gens de la patinoire il ne côtoyait pas grand monde en fait, et il était certain de ne pas connaitre celui-ci. C'était bien sa veine, il était tombé sur un cinglé, et son frère n'était même pas là. Ce n'était pas qu'il ne savait pas se défendre, mais c'était toujours plus rapide de laisser Hans s'occuper de ce genre de personne. Malgré sa plus petit taille, Hans était beaucoup plus effrayant que Thomas, au grand amusement de l'aîné d'ailleurs. Il disait que Thomas avait trop une tête d'ange pour faire réellement peur.

« Ne m'appelez pas Gamin, j'ai 16 ans, j'suis plus un gosse. Et c'est très malpoli de pointer du doigt comme ça. »

Thomas ne pouvait s'empêcher de regarder le garçon face à lui. Il avait cette manie de pencher la tête sur le côté lorsqu'il ne comprenait pas quelque chose, comme un chiot, et cette fois-ci ne fit pas défaut. En le regardant sous un autre angle, peut-être que la situation s'expliquerait d'elle-même ? À force de le regarder, il se dit que le garçon lui rappelait vaguement quelque chose, même s'il n'aurait su dire quoi. Mais le brun face à lui, déclara que c'était mieux ainsi et reporta le sujet sur la quête initiale du jeune patineur. Thomas fronça les sourcils, il n'aimait pas être dédaigné ainsi.

« Pourquoi c'est mieux comme ça ? Vous êtes un pervers ? Vous vous éclatez en matant des mineurs ? Vous avez peur que j'me souvienne de vous et que j'appelle la police ? »

Hans et lui avaient peut-être regardé un peu trop de séries télé dernièrement. Mais tout de même ses questions étaient légitimes. Qui préférerait être oublié si ce n'était parce qu'ils avaient commis un méfait ? Et puis d'après ce que Thomas avait compris, il y avait beaucoup plus de pervers dans ce pays qu'en France. Si bien que les premières semaines Hans avait absolument refusé de le laisser sortir seul, ne serait-ce que pour aller au bout de la rue. Enfin, il devait avouer qu'après les évènements avec Olaf, Thomas non plus n'avait pas voulu quitter d'une semelle son ainé.

Thomas fit de nouveau un pas en arrière, saisissant son téléphone dans sa poche au cas où il aurait besoin d'appeler son frère. C'était idiot, Hans n'arriverait jamais à temps si le brun essayait de lui faire mal, mais c'était un réflexe. En même temps, ils étaient dans un magasin, et même s'il n'y avait presque pas de client se serait stupide comme tentative. Mais il paraissait que les américains étaient plutôt tarés dans leur genre...

« Vous savez quoi, j'vais plutôt chercher moi même. Ou demander à quelqu'un d'autre. »

Et il recula d'un nouveau pas, bien décidé à mettre un peu plus de distance entre eux. Il n'avait pas vraiment besoin de cet affuteur tout de suite, il pourrait aller en chercher un dans un autre magasin plus tard.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zackary Jenkins

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 28/02/2017

MessageSujet: Re: [Terminé] Je te reconnais [PV Thomas Ackerman]   Dim 5 Mar - 20:46


Je te reconnais !



Thomas Ackerman

Zack n’avait jamais accordé le moindre crédit aux stupidités débitées par les horoscopes, les voyantes et autres prédicateurs paranormaux. Il ne croyait même pas au destin ! Ou plutôt il se refusait à croire que sa vie pouvait dépendre d’autre chose que de sa propre volonté. Il n’avait rien contre la religion mais il préférait de loin être le seul maitre de son propre destin.

Toutefois, il y avait des évènements troublants dont il ne pouvait pas nier l’existence. Pourquoi n’avait-il pas pu détacher son regard du gamin-aux-yeux-verts lorsqu’il était en train de réviser sur un banc de la patinoire ? Il s’était senti hypnotisé par l’élégance que le gamin dégageait. Et puis il donnait une telle impression de facilité dans l’exécution de ses mouvements. Pourtant, Zack en était certain, les pirouettes et glissades qu’il faisait sur la glace ne devaient pas être aussi faciles que ça en avait l’air. Mais c’était là l’apanage des grands patineurs : réussir à faire oublier les efforts et captiver le public dans la chorégraphie. Autre chose qui l’avait envouté : sa détermination sans faille ! Zack l’avait vu tomber une bonne dizaine de fois. D’autres auraient jeté l’éponge ou demandé de stopper l’entrainement pour aujourd’hui. Lui, il avait continué, encore et encore et encore. Jusqu’à ce qu’il réussisse à passer son saut dont Zack ignorait tout jusqu’au nom. Il avait bien essayé de se renseigner une fois de retour dans sa chambre universitaire. Depuis Youtube, il avait lancé une recherche sur les différents sauts de patinage artistique mais à ses yeux néophytes tous se ressemblaient….

Alors oui, il y avait peut-être une force supernaturelle qui forçait deux personnes à se retrouver au même endroit au même moment. C’était peut être cette même force qui avait forcé le gamin-aux-yeux-vert à venir accoster Zack pour lui demander où trouver les fameux affuteurs dont il semblait avoir besoin. Une chance, c’était le genre d’accessoires que les hockeyeurs utilisaient aussi et donc Zack était parfaitement à même de l’information sur l’endroit où trouver l’article et lesquels étaient les meilleurs en terme de rapport qualité prix.

Combien de fois sa mère lui avait-elle dit de tourner la langue dans sa bouche avant de parler ? Kate Jenkins avait toujours été une femme d’une grande sagesse et si Zack avait davantage écouté ses conseils il n’aurait pas eu à contempler la mine énervé du gamin-aux-yeux-verts qui paraissaient s’être vexé de cette appellation.

« Ne m'appelez pas Gamin, j'ai 16 ans, j'suis plus un gosse. Et c'est très malpoli de pointer du doigt comme ça. »

Zack agitât les mains devant lui pour chercher à minimiser la susceptibilité de son client

« Ha… oui… ce n’est pas ce que je voulais dire. Désolé… Je sais que c’est malpoli. Mes parents me le disent tout le temps et pourtant ça ne m’empêche pas de faire n’importe quoi et d’être incapable de tenir ma langue…. »

Il aurait aimé pouvoir s’excuser et lui expliquer la raison de cette appellation mais cela voulait aussi dire qu’il devait revenir sur le souvenir de cette fois où il s’était tapé la honte à la patinoire. Alors c’était peut être mieux que le « gamin » - il faudrait qu’il pense à lui demander son prénom – continu d’ignorer ce souvenir misérable. Sauf que Zack n’avait pas imaginé une seule seconde que le gosse allait prendre ses mots de cette façon-là ! Un stalker ? Lui, Zack Jenkins ? Mais non quoi !!!! Il aimait juste regarder les patineurs s’entrainer en révisant ses cours ! Ça ne faisait pas de lui un hors la loi si ???

Un pervers !? Pour le coup ce fut Zack qui prit une mine vexée en écarquillant les yeux et en ouvrant légèrement la bouche sans réussir à sortir le moindre mot. Bah le moins qu’on puisse dire c’est que le gosse mâchait pas ses mots ! Il était même du genre brute de décoffrage et Zack ne s’était pas attendu à une telle franchise.

« Bah elle est bonne celle là ! Moi ? un pervers qui matte les mineurs ? J’ai vraiment une tronche de satyre ? Regarde-moi bien ! J’ai une gueule d’ange et un sourire innocent ! » il ne put s’empêcher de lui offrir son plus beau sourire pour appuyer ses dires «  T’es sérieux là ? Je vais à la patinoire pour réviser parce que j’aime bien l’ambiance et le calme…. Mais je passe pas ma vie à te stalker ! Je t’ai vu qu’une seule fois là-bas! »

Pour le coup, le naturel de Zack avait repris le dessus et il en oubliait de vouvoyer le gamin qui était pourtant son client. Un client qui paraissait tellement apeuré qu’il préférait encore demander à un autre vendeur ! Bordel ! On ne lui avait encore jamais fait celle-là ! Zack ne put s’empêcher de rire tout en regardant le gosse qui reculait déjà de quelques pas

« Non mais vraiment t’as peur de moi ? T’as rien à craindre tu sais….. »

Zack pinça un peu les lèvres. Il songeait que la meilleure façon de mettre un terme à ce quiproquo était encore de s’expliquer. Il préférait se remémorait sa honte du siècle plutôt que de passer pour un  pervers pédophile

« Je suis venu réviser un jour à la patinoire et tu t’entrainais avec ton coach. Tu essayais des sauts… Tu en chiais pas mal mais tu n’as jamais renoncé. Franchement, chapeau ! J’étais admiratif de ta motivation. Et quand tu as réussi à passer ton saut après de vaines tentatives, j’ai pas pu m’empêcher de t’applaudir et de te féliciter à haute voix..... Tu t’en souviens pas ? »

Les joues de Zack étaient devenues aussi rouges que le gilet sans manche qui constituait son uniforme. Il se mordilla un peu là lèvre inférieure tout en regardant le gosse. Il leva la main droite en l’air et se dépêcha d’ajouter

« C’est la seule fois que je t’ai vu. Je le jure ! Je ne suis pas un pervers ! Et encore moins un stalker quoi…. Je ne sais même pas comment tu t’appelles… La seule chose que je devine c’est que tu n’es pas américain. Tu as un accent assez prononcé… »

Et un accent pas désagréable du tout à entendre ! Il maitrisait visiblement la langue à la perfection mais la prononciation, elle, était loin d’être parfaite. Il fallait dire qu’au sein même de l’Amérique, différents accents existaient en fonction des Etats. Ce n’était pas une critique. Zack trouvait même ce petit accent plutôt mignon.

Toujours paré de son plu joli sourire, Zack tendit sa main en direction du gosse

« Je m’appelle Zack Jenkins. Je suis étudiant en droit et je bosse ici pour payer mes études. Je pratique le hockey sur glace et c’est pour ça que je me rends souvent au centre d’entrainement. Et non pas pour mater les beaux patineurs européens qui s’entrainent aux sauts ~ »

Il attendit de voir si le gosse acceptait ou non de lui serrer la main pour sceller leur pseudo-réconciliation

« Tu voulais des affuteurs donc…. Viens ! Ils sont juste par là. Tu cherches un modèle particulier ou tu as besoin que je te conseille ? Les affuteurs manuels c’est bien pour un entretien rapide mais tu sais, ici on propose des forfaits affutage avec une machin spécialisée qui apporte un affutage régulier et bien plus efficace qu’avec les trucs manuels…. C’est un peu plus cher c’est sûr mais ça préserve la lame que tu devras changer moins souvent. Quand on voit le prix que coute une lame… Je ne sais pas pour le patinage artistique mais pour le hockey faut compter dans les 200 dollars la lame ! et 300 dollars le patin ! Enfin je dis ça… à toi de voir »

Zack l’accompagna vers le rayon où différents modèles d’affuteurs étaient accrochés sur les gondoles

« Tu patines depuis longtemps ? Quand je te regardais patiner tu avais l’air tellement…. A l’aise. On aurait dit que tu as fait ça toute ta vie »



(c) Kuroko's Basket RPG

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Ackerman
France
France
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: [Terminé] Je te reconnais [PV Thomas Ackerman]   Mer 30 Aoû - 2:27


► Je te reconnais !  ◄
feat. Zackary Jenkins




Aller au magasin de sport n'était pas une nouveauté pour Thomas, cela faisait des années qu'il y allait. Avec Hans, avec des amis, ou seul. Il ne s'y passait jamais rien de bien passionnant. C'était un magasin de sport après tout, que pourrait-il bien s'y passer de spécial à part des soldes -75% ? Thomas n'avait pas pensé une seconde que changer de pays changerait ce fait les choses passionnantes, pas les soldes hein. Il avait tort. Et c'était donc avec toute la chance qui le caractérisait qu'il était tombé sur le vendeur le plus bizarre de l'histoire des vendeurs. C'était bien la première fois qu'il se retrouvait dans ce genre de situation. Il était passé de la recherche de matériel à la recherche de la sortie la plus proche en moins de 2 minutes. Un record. Il ne put tout de même s'empêcher d'ouvrir sa grande bouche et de traiter le vendeur de pervers. Après tout, s'il ne voulait pas qu'il se souvienne de lui alors que ce type l'avait apparemment observé c'est qu'il était louche. C'était un raisonnement parfaitement logique. Surtout quand on venait de se faire l'intégrale des Esprits Criminel avec son frère...

La réaction du vendeur ne fut pas du tout celle à laquelle il s'attendait. Le jeune homme semblait vraiment vexé d'être qualifié de pervers et commença même à tenter de se justifier lamentablement. S'il pensait vraiment qu'un sourire innocent comme il disait, suffirait à Thomas, il se trompait lourdement. Lui même avec son visage d'ange -dixit son frère- savait très bien comme il était facile de berner quelqu'un avec un simple sourire et qu'il ne fallait pas se fier aux apparences. Ce n'était pas parce qu'il était jeune qu'il était complètement idiot non plus. Et lorsque l'autre fit un pas en avant, instinctivement il en fit un en arrière, ce qui ne passa pas inaperçu.

« Non mais vraiment t’as peur de moi ? T’as rien à craindre tu sais….. »

Thomas fronça les sourcils. Ce n'était pas vraiment de la peur, juste un réflexe. Le temps passé avec son très cher père avait laissé des marques et instinctivement en voyant l'autre avancer vers lui il avait reculé. La force de l'habitude, comme dirait certains. Mais comme s'il avait à prouver quelque chose -et peut-être était-ce un peu le cas- il se planta devant le brun sans bouger.

« Peur ? De toi ? Me fait pas rire. Je sais me défendre, j'te signale. »

Au pire de chez pire, il appliquerait le premier mouvement que son frère lui avait appris en auto-défense. Viser l'entrejambe. En tant que garçon, il compatissait grandement avec ceux qui se prenaient de tels coups, mais s'il s'agissait d'un pervers, aussi angélique soit-il, il n'aurait aucun scrupule. À la guerre, comme à la guerre.  

Mais alors qu'il se préparait à faire comprendre à l'autre une bonne fois pour toute qu'il n'était pas un gamin sans défense qu'on pouvait reluquer sans conséquence, le brun lui expliqua proprement comment et pourquoi il l'avait déjà vu. Oh. Un entrainement. C'était plausible en effet. Quant à savoir de quel entrainement en particulier il parlait, c'était plutôt difficile à savoir. Il avait tendance à ne rien lâcher tant qu'il n'arrivait pas à effectuer un saut ou une figure. Souvent c'était Luka ou Hans qui devaient le forcer à s'arrêter, ce qui ne l'empêchait pas de recommencer dès qu'ils avaient le dos tourné. Quoique les gens qui se mettaient à applaudit pendant les entraînements c'était plutôt rare. Et d'un coup ça lui revint en mémoire.

« C'est toi le type qui t'es levé dans les gradins ! J'avais pas vraiment vu ton visage, je t'ai pas reconnu. Mais je me souviens oui. »

Ok, donc le brun venait d'évoluer du titre de pervers à celui du type bizarre pendant son entrainement. Un peu mieux certes, mais pas spécialement terrible non plus. En plus Luka c'était moqué de lui tout l'après midi, en lui disant qu'il avait un fan et tout un tas d'âneries qu'il avait refusé d'écouter.

Il aurait pu douter du brun, mais il voyait bien qu'il était totalement gêné de lui raconter cet épisode. En même temps si c'était lui, il aurait aussi honte d'avouer ça. Même en compétition il était rare de se faire applaudir alors pendant un entrainement, et simplement pour un saut réussi ? Ça n'arrivait jamais, sauf si bien sur les spectateurs étaient des amis ou de la famille. Les gens avaient tendance à oublier que derrière l'apparente facilité de leurs sauts et prouesses techniques, un patineur s'entraînait parfois pendant des mois pour réussir un élément de sa chorégraphie. Enfin, ce n'était pas maintenant que les choses allaient changer dans le milieu.

Le jeune vendeur continua sur sa lancée pour prouver qu'il n'était pas un pervers qui suivait ses victimes, affirmant qu'il ne connaissait même pas son nom. En même temps, Thomas ne s'était pas fait énormément d'amis depuis son arrivée. En dehors de son coach et quelques patineurs, il ne parlait pas à grand monde, ce n'était donc pas étonnant que le brun ne le sache pas, même s'il avait tenté de se renseigner, ce qui ne semblait pas vraiment être le cas.

Concluant qu'il n'avait finalement rien à craindre du garçon devant lui -et tout de même un peu reconnaissant qu'il ait remarqué ses efforts pour pratiquer son saut- il décida d'au moins lui donner son prénom. Il ne donnait son nom de famille que si c'était absolument nécessaire, de crainte qu'une simple recherche google ne fasse remonter quelqu'un jusqu'à son père. Il ne voulait pas que les gens commencent à lui poser des questions ou pire que Olaf découvre où il se trouvait. Tant que les papiers le libérant de son paternel n'étaient pas fait, il ne prendrait aucun risque.

« Je m'appelle Thomas. Et je viens d'Europe. » L'Europe c'était grand et ce n'était pas avec un simple prénom que cela aiderait.

Il accepta la main tendue de Zack, trouvant l'autre bien amical envers quelqu'un qu'il ne connaissait pas. Tous les vendeurs du magasins étaient-ils ainsi ou Zack était-il une exception ? Pour avoir une certaine expérience des vendeurs en tout genre, il penchait plutôt pour l'exception. Ça changeait des vendeurs amorphes et grincheux au moins.

« Oh donc Mr le pervers s'appelle Zack. » Son petit sourire montrait bien que cette fois-ci il plaisantait. « Je dois avouer que je ne me rappelle pas t'avoir déjà vu à la patinoire en dehors de cette fois là. En même temps, patineurs et hockeyeurs se mélangent rarement. » Il laissa passer son commentaire sur les patineurs européens, se disant qu'il ne lui était pas destiné. Quand on avait à ses côtés un Yuri Katsuki, un Viktor Nikiforov ou même un Yuri Plisetski, il y avait peu de chance pour qu'on le remarque. Après tout, il n'avait rien d'extraordinaire comparé à eux, que se soit au niveau du talent ou du physique.

Il laissa Zack l'entraîner vers les affûteurs tout en écoutant son monologue de vendeur. Maintenant qu'il était certain que le brun n'était plus une menace il était temps de trouver ce qu'il était venu chercher de base. Les abonnements étaient intéressant, mais il fallait qu'il voit avec Hans s'ils en avaient les moyens. Enfin connaissant son aîné, il ne refuserait surement pas, quitte à faire des heures supplémentaires pour payer la différence. Il verrait plutôt avec Lukas, si c'était absolument nécessaire plutôt. Même s'il avait parfois ses réserves avec le blond, celui-ci savait ce qu'il faisait niveau patinage, il serait de meilleur conseil que son frère.

« Pour l'instant je vais seulement prendre un affûteur manuel, je verrai avec mon coach pour les abonnements. » Regardant autour de lui, il se rendit compte qu'il ne connaissait pas les marques en présentation et n'avait donc aucune idée de leur efficacité. Il n'allait pas non plus prendre le moins cher et se retrouver avec une lame bousillée dans quelques mois. « J'aurais bien besoin de conseils, ce ne sont pas du tout les mêmes marques qu'en Europe. »

Regardant les différents affûteurs et leurs différentes couleurs -et s'il prenait le rose flashy ? Ça serait drôle de voir sa tête de Hans à chaque fois qu'il l'utiliserait.- il répondit à Zack. « Oh, nos patins et nos lames coûtent aussi cher en général une fois la taille adulte atteinte. Les enfants et adolescent coûtent un peu moins cher, mais on en change si souvent à cause de la croissance que ça nous revient parfois plus cher au final. »

Il s'accroupit pour saisir un affûteur qui lui semblait correct. Ni trop cher, ni pas assez -mais pas rose- et le montra à Zack.

« Celui-ci, il est bien ? Et pour répondre à ta question ça va bientôt faire 10 ans que je patine. Et contrairement aux hockeyeurs le but du patineur c'est justement d'avoir l'air à l'aise comme tu dit. Vous avez la force, nous avons la grâce. Sans vouloir te vexer, ça fait combien de temps que tu fais du hockey ? Parce que t'as pas l'air si costaud que ça en fait... »

Les rares fois où il avait vu un match de hockey à la télé, il avait eu l'impression que les joueurs étaient de vraies armoires à glace. D'accord Zack était grand -ce qui était encore plus accentué maintenant qu'il était accroupi-, mais le brun n'avait la carrure des joueurs qu'il avait vu.

« Oh à moins que tu sois goal ? C'est bien le nom ? Et comment tu fais pour supporter tout cet équipement que vous avez sur le dos ? Je serais mort de chaud avant d'enfiler la moitié de tout ça personnellement. En même temps, ça vous tient chaud. Parce que tenir sur la glace avec juste une paire de collant, ça rend peut-être bien à la télé, mais je t'assure que ça n'a rien de plaisant. »

Il se gratta la tête, considérant les affûteurs devant lui. Il aurait peut-être du demander à Lukas de l'accompagner tout compte fait.

« J'y pense, peut-être que je devrais venir te voir t'entraîner, histoire de te rendre la pareille. C'est pas très juste que tu aies vu mes gamelles à répétition et que je ne vois pas les tiennes. »

Thomas n'était pas vraiment sérieux, mais il fallait avouer qu'il s'ennuyait parfois un peu lorsque Hans n'était pas là et qu'il n'avait pas entrainement.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zackary Jenkins

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 28/02/2017

MessageSujet: Re: [Terminé] Je te reconnais [PV Thomas Ackerman]   Mar 12 Sep - 14:12


Je te reconnais !



Thomas Ackerman

Zack avait toujours eu la réputation de se faire des amis rapidement. Déjà à l’école primaire il faisait partie des élèves les plus populaires et pas seulement pour sa belle gueule et ses beaux yeux. Il était rare qu’il se départisse de son sourire enjôleur ou qu’il ignore ses petits camarades quand il remarquait qu’ils n’étaient pas en forme. Véritable élève moteur de sa classe, Zack avait toujours eut de nombreux copains dans son entourage. C’était une qualité autant qu’un défaut. Il avait appris à ses dépens qu’être trop gentil pouvait lui apporter des ennuis. C’est en grandissant qu’il avait appris à faire la différence entre ses vrais amis et ceux, plus opportunistes, qui l’utilisaient plus qu’ils l’appréciaient. Mais Zack avait gardé son naturel avenant et il était parfaitement à l’aise avec le garçon-aux-yeux-verts qu’il rencontrait pour la première fois et qui le traitait pourtant de pervers ! Zack ne put s’empêcher de rires quand ce dernier lui affirma qu’il savait parfaitement se défendre. Et le brun, même s’il en doutait un peu, préféra ne pas répliquer de peur de vexer le patineur qui avait l’air aussi susceptible qu’il était mignon !

N’empêche, c’était quand même ultra gênant de devoir lui expliquer comment il le connaissait. Il n’était déjà pas spécialement fier de s’être levé et d’avoir applaudit comme un crétin quand il avait réussi son saut… devoir l’exprimer de face à face était encore plus humiliant… A tous les coups le gosse allait le prendre pour un gros détraqué !

« C'est toi le type qui t'es levé dans les gradins ! J'avais pas vraiment vu ton visage, je t'ai pas reconnu. Mais je me souviens oui. »

Mais au moins Zack eut la satisfaction de voir qu’il avait malgré tout marqué les esprits ! Le gamins-aux-yeux-verts se souvenait de lui et Zack ne savait pas dire si ça le flattait ou si au contraire ça lui foutait les chocottes !

« Je m'appelle Thomas. Et je viens d'Europe. »

Thomas ! Voilà ! Il avait donc un prénom ce beau patineur ! Et les soupçons de Zack étaient belle et bien fondés quant à son continent d’origine. Cela dit… l’Europe c’est grand. Et Thomas semblait plutôt avare en informations. Il n’avait même pas donné son nom complet. A croire qu’il se méfait toujours de lui et qu’il était sur la défensive. Bah… C’est pas grave ! Zack n’était pas du genre à se formaliser pour ce genre de détails et puis Internet était son ami ! Et Google son meilleur pote ! Il était certain de pouvoir en apprendre plus sur ce Thomas-d’Europe-aux-yeux-verts ! Même si, en toute honnêteté, il préférait apprendre des informations sans avoir à les demander à un moteur de recherche… Après un quart de seconde de réflexion, Zack se résigna à abandonner son enquête Internet et à patienter jusqu’à ce que Thomas se confie de lui-même à lui. Parce que pour Zack, il en était certain, ils seraient amenés à se revoir prochainement !

« C’est grand l’Europe…. Je n’y suis jamais allé. J’adorerai tellement aller à Paris un jour ! C’est si… ‘ romantique’ » déclara t-il dans un français à l’accent désastreux.

Paris ! Ce n’était pas vraiment la capitale du Hockey sur glace mais Zack aurait adoré pouvoir s’y rendre pour visiter cette ville prétendument l’une des plus belle du monde. Il se demandait d’ailleurs si Thomas était français. Vu son physique, il n’était certainement pas italien ni espagnole. Zack l’imaginait assez français, allemand ou même Irlandais ! Mais si ça avait été le cas, il n’aurait pas eu cet accent si caractéristique…

« Oh donc Mr le pervers s'appelle Zack. Je dois avouer que je ne me rappelle pas t'avoir déjà vu à la patinoire en dehors de cette fois là. En même temps, patineurs et hockeyeurs se mélangent rarement. »

Zack prit une mine de chien battu quand Thomas le qualifia une nouvelle fois de pervers. Il fit mine de mettre la main sur le cœur pour mimer une souffrance intense. Ah quel comédien ! Il aurait dû faire une école d’art dramatique.

« Ouch… pervers… t’es dure avec moi… mon petit cœur fragile ne va pas supporter ces insinuations tu sais »


Il se mit à rire avant de croiser les bras sur le torse

« Bah ouais c’est vrai qu’on se mélange pas trop…. D’un autre coté ce n’est pas les mêmes bâtiments d’entrainement pour les hockeyeurs et les patineurs. Vous seriez bien dans la merde si on utilisait vos patinoires ! Faut voir les trous et les fissures qu’on fait dans la glace ! Ça pourrait être dangereux pour vous »

Faire la conversation c’était bien ! Zack aurait pu continuer à papoter patinage et hockey encore longtemps. Mais il n’oubliait pas qu’il n’était pas ici pour tailler la bavette et qu’il était censé travailler. Par ailleurs, Thomas était venu chercher un affuteur et il n’avait certainement pas prévu de passer toute son après-midi à la boutique…. Alors en tant que bon vendeur qu’il était, Zack expliqua les différentes options qui se présentaient au jeune homme sans omettre de vanter les mérites de l’affutage mécanique pratiquée par le magasin.

Accompagné de Thomas, il se dirigea vers le rayon spécialisé en affutage tout en l’écoutant parler des patins à glace spécifiques au patinage artistique. C’était vraiment cool de pouvoir échanger avec lui ! Ils avaient la même passion pour la glace et pourtant leur passion était aussi extrêmement différente. Zack avait l’impression qu’il aurait pu l’écouter des heures parler de patinage ! Mais une fois de plus, son professionnaliste du reprendre le dessus pour satisfaire les besoins de celui qui restait avant tout son client

« Celui-ci, il est bien ? Et pour répondre à ta question ça va bientôt faire 10 ans que je patine. Et contrairement aux hockeyeurs le but du patineur c'est justement d'avoir l'air à l'aise comme tu dit. Vous avez la force, nous avons la grâce. Sans vouloir te vexer, ça fait combien de temps que tu fais du hockey ? Parce que t'as pas l'air si costaud que ça en fait... »

Zack prit l’affuteur que Thomas lui tendit et il le scruta méticuleusement pour analyser les performances du petit appareil

« C’est un affuteur de milieu de gamme. Avant de passer à l’affutage mécanique j’avais exactement ce modèle-là ! J’en étais content et je n’ai jamais eut de soucis avec. Si mon patron m’entendait, il me tuerait mais entre nous, ça ne sert à rien de mettre trop cher dans un affuteur… souvent tu paies la marque plus que la qualité de l’appareil…. Non vraiment ! C’est un bon choix ! »

Il rendit l’affuteur à Thomas tout en lui souriant. Il haussa ensuite les épaules avant de se mettre à rire

« Tu ne me trouves pas assez costaud ? Tu penses que tous les hockeyeurs sont des armoires à glace ? Ça c’est une fausse image que se font les gens à cause de notre équipement ! Un peu comme les mecs du football américain ! On est pas obligé de faire 100kgs pour jouer aux hockey tu sais ! Et puis…. »

Zack se mit à dire avant de contracter ses bras un peu comme le ferait un haltérophile

« Matte moi ces biceps ! Faut pas croire ! Je fais de la muscu !! En vrai c’est toi l’asticot pas trop costaud »


Il rit de nouveau et accompagna sa tirade d’un clin d’œil et d’une petite langue tirée pour bien lui faire comprendre qu’il le taquinait plus qu’il le critiquait.

« Oh à moins que tu sois goal ? C'est bien le nom ? Et comment tu fais pour supporter tout cet équipement que vous avez sur le dos ? Je serais mort de chaud avant d'enfiler la moitié de tout ça personnellement. En même temps, ça vous tient chaud. Parce que tenir sur la glace avec juste une paire de collant, ça rend peut-être bien à la télé, mais je t'assure que ça n'a rien de plaisant. »

Zack secoua la tête de gauche à droite

« Non non non. On ne dit pas « goal » on dit «  gardien » ! Et je ne suis pas gardien ! Je suis en attaque ! Mon poste c’est ailier ! En gros je suis sur le côté du terrain et je fais principalement des allés retour entre l’arrière et l’avant pour remonter le palais et permettre les actions efficaces. J’essaie de faire en sorte que le palais n’atteigne pas le fond du terrain et j’aide mes copains au centre à foutre des points ! Mais faut pas croire ! Je marque souvent aussi hein ! »

Il se passa la main derrière la nuque en tout en regarda Thomas

« C’est vrai que l’équipement est lourd et encombrant. Mais on s’y fait ! C’est une question d’habitude en gros. Ça nous protège ! J’ai toujours admiré les patineurs comme toi qui affrontent la glace sans protection ! Quand vous tombez vous devez avoir sacrément mal ! Et ça doit bruler le frottement de la peau sur la glace ! Vous êtes des dingues sérieux !!! Je vous admire trop ! »


« J'y pense, peut-être que je devrais venir te voir t'entraîner, histoire de te rendre la pareille. C'est pas très juste que tu aies vu mes gamelles à répétition et que je ne vois pas les tiennes. »

Zack écarquilla les yeux un instant et il agita les mains devant lui

« Non  non non ! ça serait pas une bonne idée du tout du tout ça ! Parce qu’après tu vas te moquer ! » Il lui fit un clin d’œil avant de poursuivre « et puis tu n’as pas besoin de ce genre d’excuse pour prétexter avoir envie de me revoir tu sais ! »

Zack sourit et il enfourna ses mains dans les poches arrières de son jeans

« Allez, plus sérieusement si tu veux venir à l’entrainement y a pas de soucis. Je m’entraine sur la patinoire du bâtiment G tous mardi, jeudi et vendredi de 18h30 à 21h30 ! Tu peux passer quand tu veux ! »

Zack se pencha un peu vers lui, réduisant la différence de taille qui les opposait

« Mais si tu viens le vendredi je quitte à 20h….. Et je connais un super resto de cheeseburgers à se taper le cul par terre ! Du genre avec de la viande grillée au la flamme, avec du bacon croustillant et du fromage qui dégouline partout ! Je te parle même pas des frites ! Avoue que tu ne pourrais pas refuser si je t’y invitais ! »

Il se redressa tout en maintenant son sourire

« En tout bien tout honneur bien sûr ! Va pas t’imaginer des trucs, je suis pas comme ça ! Mais je trouve ça cool de parler de nos sports. Pas toi ? Ça sera ma façon à moi de te faire visiter l’Amérique ! Je ne sais pas quand tu repars en Europe mais hors de question que tu te tires sans avoir bouffer le meilleur burger de toute ta vie ! Qu’est ce que tu en dis ? »

Il marqua un petit temps d’arrêt avant de reprendre un peu plus gêné

« Euh… Je m’emballe un peu…. J’imagine que tu dois en parler à tes parents avant… si tu veux je te file mon numéro et tu m’envoie un message pour me dire quand on se fait ça… enfin.. si tes parents sont d’accord… »




(c) Kuroko's Basket RPG

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Ackerman
France
France
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: [Terminé] Je te reconnais [PV Thomas Ackerman]   Mer 13 Sep - 3:50


► Je te reconnais !  ◄
feat. Zackary Jenkins




Après avoir enfin éclairci la situation et comprit que le vendeur n'était pas un pervers dangereux mais juste un garçon parfois un peu trop enthousiaste Thomas eut beaucoup moins de mal à lui parler. Le brun était plutôt sympa dans son genre. Et ça faisait longtemps que Thomas n'avait parlé à personne en dehors de son frère ou son entraîneur. Bon il avait bien un peu parlé avec certains patineurs comme Yuri Katsuki ou Viktor Nikiforov, mais c'était assez difficile d'aligner trois phrases de suite quand l'une de vos idoles vous regardait en face. Et donc Thomas ne parlait qu'avec peu de monde et encore moins en dehors du centre d'entraînement.

Même s'il avait conclut que le jeune homme n'était pas dangereux, il préférait ne pas donner trop d'informations personnelles, par habitude. La situation avec son géniteur n'étant pas encore résolue il devait être prudent, mais de toute façon l'adolescent n'était pas quelqu'un de très extraverti de base. Il n'allait pas se dévoiler directement à une personne qu'il venait à peine de rencontrer. Il restait donc vague dans certaines de ses réponses, ce que remarqua Zack sans pour autant chercher à en savoir plus. « C’est grand l’Europe…. Je n’y suis jamais allé. J’adorerai tellement aller à Paris un jour ! C’est si… ‘ romantique’ » Thomas ne put s'empêcher une petite grimace à l'accent du brun. « Je suis désolé de te dire ça, mais ton accent est tout simplement horrible... Pitié n'essaye plus de parler français devant moi. » Son ton était légèrement moqueur, mais l'accent était bel et bien horrible. Il savait que le sien ne devait pas être terrible non plus entre le mélange des langues, mais tout de même. « Paris a ses bons et ses mauvais côtés. J'ai vu un reportage une fois, sur ces touristes japonais qui faisaient une dépression en revenant de Paris tellement la différence était grande entre l'image que l'on s'en fait et la réalité. Mais bon, c'est comme toutes les grandes villes j'imagine. Il faut savoir où aller et quelles zones éviter pour préserver la magie. » Paris manquait à Thomas. Il y avait grandit et même s'il adorait voyager, il devait bien avouer que la capitale française avait un charme indéniable. Il n'était pas attiré par le côté romantique ou mode de la ville, mais plutôt les petits bistrots, les bars, le quai de la seine, toutes ces choses typiquement française que l'on ne retrouvait nulle part au monde. Mais tant qu'il aurait Olaf sur le dos, il ne pourrait pas y retourner. Paris était certainement la première ville où son cher paternel le cherchait.

Préférant changer de sujet, Thomas se moqua gentiment du 'pervers' qui l'accompagnait ce qui amusa le-dit pervers. « Ouch… pervers… t’es dur avec moi… mon petit cœur fragile ne va pas supporter ces insinuations tu sais » L'adolescent se permit un sourire. « Aucune insinuation, juste des constatations. »

Puis Zack commenta lui aussi sur le fait que les deux groupes ne se côtoyaient pas vraiment. C'était plutôt logique en fait, le hockey était un sport violent et qui abîmait la glace, c'était donc normal que les hockeyeurs aient accès à une autre patinoire. C'était déjà assez difficile d'exécuter un saut et une réception sur une glace lisse, mais si elle était craquelé ou fissurée ce serait impossible. L'appui de la lame sur la glace était primordial dans toute la chorégraphie, il aurait été difficile de garder l'équilibre et la grâce d'un mouvement avec une glace abîmée. « Et puis au moins je n'ai pas à subir la puanteur de toute une équipe de hockeyeurs transpirant dans les vestiaires. C'est beaucoup mieux comme ça en effet. » Enfin, c'était surtout Hans que ça gênerait, avec tous ses tocs.

Thomas étant venu chercher un affûteur, ils se mirent tout de même à la recherche de l'objet en question. L'adolescent se laissa guider et prit conseil auprès du vendeur pour trouver son bonheur. Il faudra qu'il n'oublie pas de parler à Lukas de ce forfait dont Zack vantait les mérites, mais en attendant le manuel ferait l'affaire. Sachant que le jeune homme était hockeyeur lui même, cela rassura Thomas sur ses compétences. Il ne lui vendait pas simplement un produit, il savait exactement de quoi il lui parlait. Et s'il avait fait l'expérience lui même du produit, c'était encore mieux. « Ok, je vais prendre celui la alors. Et puis les marques c'est partout pareil. Le pire c'est les produits Disney... On paye une fortune alors qu'en vérité ça ne vaut pas grand chose. » D'accord, Disney n'avait aucun rapport avec le patinage, mais c'était une chose que Thomas n'avait jamais été capable d'avaler. Tout ça parce qu'il y avait le logo de la petite souris sur une étiquette, le prix pouvait tripler pour un objet qui sans cette souris n'aurait presque rien coûté. C'était le plus grand regret de Thomas en grandissant, l'impossibilité d'avoir une chambre Disney à cause des prix. Bien sûr, il n'en avait plus jamais parlé à Hans une fois qu'il avait compris que les cordons de la bourse étaient serrées. Et puis le patinage était bien plus important que Disney au final. /Ce qui n'empêchait pas qu'un jour il aurait visiter le parc et dépenserait son argent durement gagné en babioles inutiles en tout genre./

Thomas ne voulait pas vexer Zack en parlant de sa carrure, mais c'était juste l'impression qu'il s'était fait des hockeyeurs. Mais tout comme les gens se faisaient de fausses idées sur les patineurs c'était aussi le cas pour le hockey. Thomas ne put s'empêcher de rire en regardant Zack montrer ses muscles. « Oh mais ça change tout si tu fais de la musculation ! Est-ce que je dois m'évanouir devant tant de testostérone maintenant ou j'ai le temps de payer mes achats d'abord ? » Son regard se fit faussement colérique en étant qualifié d'asticot. « Je te signale que je suis élancé, c'est pas pareil. Et j'ai besoin d'être gracieux, pas de ressembler à un bodybuilder en tutu. pas que je mette de tutu non plus, mais tu vois l'image ! » En vérité, Thomas était devenu un peu trop maigre pour son âge et sa taille, surtout si l'on prenait en compte son activité physique. Mais tant que cela ne posait pas de problème il n'y avait pas vraiment de raison de s'en inquiéter.

La conversation continua sur le hockey, Thomas apprenant les termes exacts de certaines positions. Il devait avouer qu'il n'avait jamais vraiment fait attention au rôle des joueurs. En dehors du gardien /et non pas du goal, c'était donc au football ça/ il lui avait toujours semblé que tous les autres joueurs se précipitaient sur le palais à toutes les opportunités. Sauf quand ils se sautaient dessus évidemment. Il ne se retint pas de lancer une petite pique au brun. « C'est sûr qu'avec de tels muscles ce serait dommage de ne pas marquer de points... »

Quand le brun revint sur le sujet de leur équipement et le manque de protection des patineurs artistiques Thomas se contenta d'un haussement d'épaule. « C'est comme tout, on s'y fait. Au début c'est difficile, surtout quand on est gosse mais c'est une meilleure excuse encore pour rentrer et se faire servir un bon chocolat chaud. Et quand tu tombes, ça pique c'est clair. Mais c'est une motivation pour ne pas te louper justement. Et je t'avouerai que quand tu loupes un saut, c'est plus le coup que tu sens, la froideur de la glace ça passe presque inaperçu à force. Sauf si tu restes allongé à te morfondre de tes échecs, mais bon y a que les idiots qui font ça. Perso je préfère largement le froid de la glace au choc d'un type qui m'éclate la figure contre la vitre. Vous les hockeyeurs vous êtes beaucoup trop violent pour moi. » Certes, il pouvait comprendre que certains sports engendrent un contact physique, mais certains se laissaient vraiment trop aller. Il n'avait jamais été fan des sports de combats et après le temps qu'il venait de passer avec Olaf, ça ne risquait pas de changer. Voir des types se taper dessus ne l'amusait pas du tout. Et pourtant, il proposa à Zack de venir voir l'un de ses entraînements, mi sérieux, mi blagueur. Il ne s'attendait pas à ce que Zack le prenne vraiment au sérieux en fait. « Non  non non ! ça serait pas une bonne idée du tout du tout ça ! Parce qu’après tu vas te moquer ! Et puis tu n’as pas besoin de ce genre d’excuse pour prétexter avoir envie de me revoir tu sais ! » Thomas leva un sourcil interrogateur. « Je n'ai pas besoin de ça pour me moquer de toi. Et qu'est-ce qui te fait croire que j'aurais envie de te revoir ? » En dehors du fait qu'il n'avait toujours pas d'amis dans ce pays ? Les adultes qu'il fréquentait ne comptaient pas, ils ne le voyaient que comme un gosse ayant besoin d'aide. Ils ne le voyaient pas comme un égal, mais comme une petite chose à protéger et aider. Et pour être honnête Thomas ne faisait pas spécialement d'efforts pour se lier aux patineurs de son âge qu'il pouvait croiser. Entre l'esprit de compétition qui pouvait régner, Hans qui le surprotégeait et les cours à domicile, les occasions étaient peu nombreuses.

Au final, Zack lui donna tout de même les horaires d'entraînement qui étaient plutôt tard. Mais c'était assez logique étant donné que la plupart avaient les cours et parfois un travail en plus. Les horaires étaient donc aménagés en conséquence. Thomas avait la chance de pouvoir s'entraîner en journée, pendant les heures creuses, avant que le monde afflue sur la patinoire. Lorsque Lukas n'était pas libre cela n'empêchait pas Thomas de s'entraîner seul et le soir Lukas était trop occupé à draguer son frère pour lui imposer des séances tardives.

L'invitation de Zack à manger ensemble le prit un par surprise. Le brun était décidément bien amical envers un étranger. La seule chose qui lui vient en tête sur le coup fut « Ça a l'air tellement gras ce truc... » Certes il était un adolescent typique en pleine croissance, mais il était aussi un sportif depuis sa plus tendre enfance. Hans avait toujours veillé à le faire manger équilibré, et les fast-food n'avaient jamais été très tentant pour eux. Ils préféraient se faire une petit resto chinois de leur quartier quand ils n'avaient pas envie de cuisiner plutôt qu'un Mac Do.

Il fut un peu plus perdu quand Zack lui expliqua de ne pas s'imaginer des choses sur cette invitation. Comme quoi ? Il avait peur que Thomas prenne ça pour un rencart ? Il n'y avait même pas pensé. « T'en fait pas, je ne m'imagine rien, Mr le pervers. Je.. J'ai jamais mangé de vrai cheeseburger. Et je ne quitterai pas le pays avant plusieurs années au moins. Je m'entraîne pour la prochaine saison et on verra ensuite. Mais ça serait sympa oui ! Comme ça tu pourras m'expliquer pourquoi les joueurs changent tout le temps dans un match de hockey ! Je n'ai jamais rien compris aux règles en fait... » Hans et lui n'avaient pas discuté d'un plan sur le long terme, ils devaient d'abord régler certaines affaires plus pressantes comme son droit de garde, mais les deux savaient qu'il leur serait impossible de retourner en France tant que tout ne serait pas terminé. Et maintenant qu'ils s'étaient installé à Chicago, ils n'avaient de toute façon plus les moyens de déménager de nouveau. Tant que Thomas ne gagnerait pas d'argent, seul les revenus de Hans faisaient tourner leur famille et c'était assez juste. Changer de nouveau de pays était impensable, et c'était une autre des raisons qui faisait qu'Olaf ne devait absolument pas les trouver.

Maintenant qu'il avait accepté l'invitation de Zack, celui-ci sembla se rappeler qu'une autorisation parentale était peut-être nécessaire. Sauf que Thomas ne voyait pas les choses ainsi. Hans ne lui avait jamais demandé ce qu'il pensait du fait qu'il sorte avec Lukas, alors Thomas ne lui demanderait pas pour sortir avec Zack. En plus les situations n'étaient pas comparable puisqu'ils allaient simplement manger et discuter. Thomas doutait que le grand blond se contente de ça avec son frère. « Tu crois que j'ai 12 ans ? Je n'ai pas besoin d'un mot de mes parents pour aller manger un burger. Je suis libre vendredi si tu l'es. » Hans avait justement rendez-vous avec Lukas, et vu l'heure de leurs retours habituels il ne saurait peut-être même pas que son frère était sorti lui aussi. Ce n'était pas que Thomas veuille lui cacher délibérément, mais si Hans ne l'informait pas de ce qui se passait dans sa vie il n'y avait aucune raison que le plus jeune le fasse. Et puis connaissant son frère il demanderait à voir les papiers, la carte d'assurance et le casier judiciaire de Zack. Tout ça pour un simple burger... Mieux valait éviter de faire fuir le hockeyeur avant qu'il ait pu lui expliquer convenablement les règles de son sport. Il sortit son téléphone de sa poche et le déverrouilla, le tendant à Zack. « Je veux bien ton numéro quand même, au cas où. Et puis si tu changes d'avis, tu pourras toujours me prévenir comme ça. » Il fronça les sourcils, réfléchissant avant d'enfoncer légèrement son doigt dans la poitrine du jeune homme. « Et je préfère te prévenir, j'ai horreur qu'on me pose un lapin. Alors si tu ne veux pas que je vienne, dis-le moi avant que je me pointe vendredi à ta patinoire. » Il s'était fait poser un lapin une fois, en quatrième. Son premier et dernier rendez-vous en fait. Il avait trouvé ça tellement gênant d'attendre avant de se rendre compte qu'au final personne ne viendrait. Ses amis avaient ri le lendemain, mais il n'avait pas trouvé ça drôle du tout. C'était un manque de savoir vivre horrible que de faire poireauter les gens pour rien. « Aussi, j'ai un frère très doué pour casser la figure aux gens. Donc si tu me poses un lapin, il se chargera de toi. » Et avec un grand sourire, il s'écarta, son message délivré. Il devrait avoir honte de se servir de son frère ainsi, mais tant que Hans ne l'apprenait pas, il n'y avait rien à craindre. Et puis, Hans ne casserait pas vraiment la figure de Zack s'il lui posait un lapin. Uniquement parce qu'il ne saurait pas qui il était en fait. Sinon il en serait parfaitement capable...




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zackary Jenkins

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 28/02/2017

MessageSujet: Re: [Terminé] Je te reconnais [PV Thomas Ackerman]   Dim 17 Sep - 15:30


Je te reconnais !



Thomas Ackerman

Zack avait toujours cru les idéaux reçus comme quoi Paris était sans doute la plus belle ville du monde. Il s’imaginait déjà ces ruelles pavées, ces rues remplies d’artistes, de peintres et de musicien. Il voyait la Tour Eiffel, scintillantes et éblouissante qui dominait la ville. Il avait déjà vu le film «  Le fabuleux destin d’Amélie Poulain » et était tombé sous le charme de cette romance à la française qui changeait radicalement des films d’action hollywoodiens de son pays natal. S’il n’avait pas eut tant la flemme, il aurait certainement choisi d’étudier le français comme seconde langue vivante. Mais il parait que c’était une langue très complexe et sa fainéantise prodigieuse l’avait poussé à se diriger vers quelque chose de plus facile comme l’espagnol ! Ca lui saurait aussi certainement bien plus utile étant donné la concentration plus massive de personnes d’origine latine aux Etat-Unis d’Amérique. Mais il connaissait quand même quelques mots et il se risqua d’en faire la démonstration à Thomas qui ne sembla pas particulièrement apprécier le doux son mélodieux de son accent américain

« Je suis désolé de te dire ça, mais ton accent est tout simplement horrible... Pitié n'essaye plus de parler français devant moi. »

Zack se mit à rire à gorge déployée avant de poser les mains sur ses hanches pour écouter Thomas lui expliquer le choc que pouvait causer le décalage entre le Paris idéalisé par les médias et ce qu’il en est vraiment en réalité. Le brun pencha la tête sur le côté avant de prendre la parole

« J’en déduis donc que tu es français ! Ha haaaaa ! L’étau se resserre ! Doucement j’en apprends un peu plus sur toi ! »

Réalisant que cela ne pouvait faire qu’accentuer le coté stalker dont Thomas le tenait déjà pour responsable, le jeune garçon se pressa d’ajouter pour essayer de noyer le poisson

« Mais en fait c’est partout pareil ! Il y a dans chaque ville des coins sympas et des coins bien craignos ! Tiens regarde New York ! Je sais pas si tu y es déjà allé mais y a plein de monde qui adorent cette ville ! Sauf que c’est pas partout aussi beau qu’à Central Park ! Il suffit de bouger un peu ses fesses du coté Harlem ou Soho pour rapidement s’en apercevoir ! »


Il haussa les épaules et continua sur la lancée, bien content d’avoir trouvé quelqu’un avec qui papoter même si cela empiétait sur son temps de travail. Au pire, aux yeux de ses collègues, il passait pour un excellent vendeur qui conseillait son jeune client ! Sauf que s’il passait trente minutes à papoter et qu’en final le client en question n’achetait qu’un petit accessoire à moins de 20 dollars il risquait de se faire taper sur les doigts ! Mais tant pis, il voulait quand même courir le risque

« En fait il n’y a que chez moi où il n’y a rien qui craint ! J’habite dans le Montana ! Je suis venu ici pour les études et pour le hockey. Mais tu vois, je viens de loin aussi ! Faut dire que le Montana c’est la cambrousse absolue ! Tu peux te balader à l’aise sans avoir peur de prendre un coup de couteau ou une balle perdue…. Mais tu peux te faire bouffer par un ours ! Faut pas croire c’est dangereux comme coin ! »

Il lui sourit alors que la conversation retourna doucement vers le hockey et le patinage. Zack écouta son ami se vanter d’être soulagé de ne pas avoir à supporter les odeurs de transpiration des coéquipier. Il ne put que sourire et lui donner raison. Il fallait dire qu’après certain match ça reniflait sec ! Le pire c’est les chaussettes de Raph ! Le pied droit de ce mec c’est Hiroshima ! Et le gauche c’est Nagasaki ! Quand il retire ses patins on pourrait presque voir le champignon nucléaire s’échapper ! Véridique !

« Là tu marques un point… Mais l’avantage c’est que quand le coach gueule un coup c’est toute l’équipe qui trinque… toi t’es tout seul à te prendre les remontrances… pas cool….Mais bon il a l’air pas trop méchant ton coach de ce que j’en ai vu ! Au pire tu me donnes ses coordonnées je connais des potes qui seraient prés à lui crever ses pneus de voiture pour presque rien ! »

Il avait ajouté la dernière partie de sa phrase avec un air tout à fait sérieux et il regarda Thomas pour voir si ce dernier le prenait à la plaisanterie ou s’il l’avait pris au sérieux. Zack adorait ça ! Lancer quelque chose de douteux de façon sérieuse et voir les gens s’interroger pour savoir si c’était du lard ou du cochon. Finalement il donna un petit coup de coude à Thomas avant d’ajouter pour le rassurer

« Nan mais je plaisante voyons… Ils vont juste lui péter la gueule ! »

Il se mit à rire avant de reprendre son sérieux. Bon ! L’affuteur ! Fallait quand même s’en occuper de ce machin-là ! Zack avait tenu à être franc avec lui et il lui avait donc fait part de son avis personnel quant au prix de l’outils et à l’inutilité de payer trop cher pour avoir une marque

« Ok, je vais prendre celui la alors. Et puis les marques c'est partout pareil. Le pire c'est les produits Disney... On paye une fortune alors qu'en vérité ça ne vaut pas grand-chose. »

Zack ne put s’empêcher de sourire. Effectivement il fallait reconnaitre que la firme à la petite souris était passée maitresse dans l’art de vendre des choses hors de prix ! Et ce n’était pas parce qu’on se trouvait au pays de Mickey que ça rendait les choses différentes

« A qui le dis-tu ! Je suis allé une fois à Disney World avec mes parents et j’ai été sur le cul en voyant le prix du billet d’entrée et des jouets ! Je paris que c’est des petits chinois qui les fabriquent en plus ! On devrait boycotter… » il fit une petite moue boudeuse avant de reprendre «  mais c’est trop mignon quand même … et puis j’adore les film Disney ! Et t’as pas le droit de te moquer ! »

Qui n’aimait pas les dessins animé Disney ? Pas Zack en tout cas ! Lui il adorait ça ! Les seuls qu’il n’aimait pas trop étaient ceux sur les princesses…. Il n’y avait rien de macho là-dedans. Il n’était simplement pas attiré par l’aspect romantique de ces contes. Il préférait davantage les histoires d’aventure ! Peter Pan par exemple ! C’était sans doute l’un de ses préférés ! Il s’était même imaginé voler un jour ! Il se souvenait avoir trouvé une luciole et avoir imaginé que c’était Clochette ! Il avait eu beau la secouer au-dessus de sa tête pour faire pleuvoir de la poudre de fée, rien n’était arrivé…Le pauvre avait alors cruellement compris qu’il ne pourrait jamais voler… Ha ce que c’est mignon les rêves d’enfant ! Zack aurait adoré rester à cette époque insouciante

Finalement les deux garçons continuèrent leur conversation le leurs sports fétiches. Zack ne cacha pas sa surprise quand Thomas émit l’idée de venir le voir à l’entrainement et il ne résista pas à la tentation de le taquiner de nouveau.

« Je n'ai pas besoin de ça pour me moquer de toi. Et qu'est-ce qui te fait croire que j'aurais envie de te revoir ? »

Zack rit et se pencha de nouveau vers lui

« Ose me dire en me regardant dans les yeux et sans rougir ni bafouiller que tu n’as pas envie de me revoir. »

Il l’observa pour le déconcentrer puis il se redressa et sourit avant de lui faire cette étrange proposition d’aller manger ensemble le meilleur cheeseburger de la ville ! Un cheese avec plein de viande, de fromage et de bacon ! Honnêtement ça ne se refuse pas même si Thomas décréta que ça avait l’air trop gras ! Mais justement, pauvre fou ! C’est parce que c’est gras que c’est bon !!!  Enfin… pour le moment ce n’était qu’un projet cette sortie resto ! Si ça se trouve les parents de Thomas étaient du genre surprotecteur et ils n’allaient pas vouloir que leur douce progéniture mette un pied dehors un soir d’hiver pour aller faire péter son taux de triglycérides avec un inconnu amerloque !

« T'en fait pas, je ne m'imagine rien, Mr le pervers. Je.. J'ai jamais mangé de vrai cheeseburger. Et je ne quitterai pas le pays avant plusieurs années au moins. Je m'entraîne pour la prochaine saison et on verra ensuite. Mais ça serait sympa oui ! Comme ça tu pourras m'expliquer pourquoi les joueurs changent tout le temps dans un match de hockey ! Je n'ai jamais rien compris aux règles en fait... »

Le sourire de Zack répondit à cette déclaration qu’il accueilli avec joie ! C’était toujours génial de pouvoir faire de nouvelles rencontres et de nouer des liens d’amitié avec de nouvelles personnes. Zack adorait ça et les quelques minutes qu’ils étaient en train de passer à discuter confirmait ce qu’il avait pensé depuis le début : Thomas était un chic type et il avait envie de faire de lui son ami !

« T’as jamais mangé un vrai cheeseburger ??? Naaaa ! Sérieux ? On bouffe quoi dans ton pays alors ? Bah… T’en fais pas on va rapidement changer ça ! Tu verras c’est juste trop bon ! Et puis pour les règles du hockey si tu veux ouais ! Je t’expliquerais ! Uniquement si tu m’explique comment tu fais pour ne pas avoir la gerbe et le tournis quand tu fais tes pirouettes !!! »

Zack fit un « V » avec ses doigts quand Thomas annonça qu’il était assez grand pour sortir sans avoir l’autorisation de ses parents. Super ! La victoire était acquise et Zack lui adressa un clin d’œil avant de lui proposer de lui donner son numéro pour qu’ils restent en contact en attendant leur rendez-vous prévu le vendredi qui allait suivre, soit dans 2 jours !

« Par contre j’ai pas mon phone sur moi… c’est interdit pendant le travail ! Tu as le tien ? Comme ça tu enregistre mon numéro et puis tu m’envoie un sms ! J’aurai ton numéro de cette façon »

Il se pencha pour murmura au creux de son oreille

« Envoie-moi un selfi aussi ! Comme ça je pourrai te contempler avant de m’endormir et je passerai une nuit merveilleuse en pensant à toi ! »

Il se mit à rire. Mais quitte à passer pour un pervers autant jouer la carte à fond ! Et puis Thomas n’était pas stupide et il devait parfaitement savoir que Zack ne disait ça que pour le taquiner une fois encore

Le jeune vendeur attendit que Thomas dégaine son téléphone pour commencer à lui dicter son numéro. Une fois qu’il fut assuré que le numéro était bien sauvegardé, il lui fit un petit clin d’œil en l’écoutant déblatérer sur son horreur absolue de se faire poser un lapin. Zack ne pouvait qu’approuver, il avait horreur de ça aussi…

« T’inquiète Huguette ! Si j’ai un empêchement je te préviendrai. Mais n’oublie pas de m’envoyer ton numéro avant parce que sinon ça sera de ta faute si je ne peux pas te contacter ! Et puis aussi…. » il se passa la main dans les cheveux, un peu gêné «  J’ai la fâcheuse habitude d’être souvent en retard…. Mais promis ! Vendredi je ferai une exception rien que pour toi ! Et pour le cheeseburger ! »

Il lui tira la langue mais ça n’empêcha pas Thomas de se sentir obliger d’ajouter comme pour être certain que le message était bien passé

« Aussi, j'ai un frère très doué pour casser la figure aux gens. Donc si tu me poses un lapin, il se chargera de toi. »
Zack agita ses mains devant lui

« Woooh ! Cette violence ! T’en fais pas, tu peux dire à ton frérot de se décontracter du slip ! J’ai pas envie qu’on me pete la gueule. Attends, j’ai plutôt un beau visage et si on me refait le portait je vais galérer pour draguer ! Donc non ! Soit certain que je serai là et que je serai ponctuel pour une fois ! »

Il allait s’apprêtait à ajouter quelque chose quand une main posée sur son épaule le fit sursauter. Il vit alors la tête de son collègue, plus âgé et aux cheveux grisonnants, qui le regardait d’un air sérieux sans toutefois paraitre trop sévère

« Zackary… On t’attend en réserve pour déballer et pointer la commande… »

Zack se mordilla la lèvre et se frotta la nuque toujours dans ce geste nerveux qui semblait être un tic plus qu’autre chose

« Oh… j’arrive tout de suite ! Excusez-moi ! Je… j’arrive ! »

Le collègue s’en alla en direction de la réserve en question et Zack reporta son attention vers Thomas

« On discute on discute et finalement je me fais engueuler ! Enfin ! J’ai été super content de te revoir Thomas ! J’attends ton message avec impatience et puis on se voit vendredi ok ? »

Il lui adressa un signe de la main avant de reculer de quelques pas

« Et pas de lapin non plus hein !!! Je compte sur toi ! A plus ! »

Il lui fit un clin d’œil avant de se retourner pour se mettre à courir jusqu’à la réserve où il était attendu pour pointer l’arrivage de leur commande. Un sourire satisfait ne quittait pas ses lèvres.  



(c) Kuroko's Basket RPG

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Ackerman
France
France
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: [Terminé] Je te reconnais [PV Thomas Ackerman]   Lun 18 Sep - 19:07


► Je te reconnais !  ◄
feat. Zackary Jenkins



Lorsque Zack se mit à lui parler de Paris et tenta quelques mots de français, Thomas ne put s'empêcher de lui faire une remarque sur son accent et la ville elle-même. Il n'y pouvait rien, il y avait vécu toute sa vie, il savait bien que l'idée que les gens s'en faisaient était bien souvent altérée par la magie du cinéma. Zack n'y faisait pas exception apparemment et tel un détective lancé sur une piste il remarqua directement les maigres indices que laissait Thomas sur sa nationalité. « J’en déduis donc que tu es français ! Ha haaaaa ! L’étau se resserre ! Doucement j’en apprends un peu plus sur toi ! »
Thomas se contenta d'un petit sourire et d'un haussement d'épaule. « Même pas. J'y ai juste vécu pendant longtemps. » Et c'était la vérité. Officiellement il était de nationalité Allemande, et vivait juste en France. Olaf s'était fait un plaisir de contredire tout ce que Thomas avait toujours cru.

Zack enchaîna sur les autres grandes villes qui paraissaient bien plus glamour qu'elles ne l'étaient. C'était l'inconvénient des médias, on ne montrait que ce que l'on voulait, et bien souvent ce n'était que les bons côtés. « J'ai jamais été à New York encore. Peut-être un jour... »  En vérité, en dehors des compétitions Thomas n'avait jamais voyagé plus loin que l'Angleterre  pour une sortie scolaire à Canterbury et l'Allemagne pour un marché de noël. Des sorties qui n'avaient duré qu'une journée et n'avaient rien de spéciales.

Lorsque Zack se mit à parler du Montana, Thomas ne put que l'écouter et le croire sur parole étant donné qu'il ne connaissait pas du tout cet état. Il avait déjà assez de mal avec la géographie française, alors celle des autres pays c'était bien trop demandé. En dehors des grandes villes que l'on pouvait voir à la télévision, il ne connaissait pas grand chose des autres pays. Il ne put tout de même s'empêcher de lever un sourcil interrogateur à la mention des ours. Il avait assez de mal à croire que les ours se baladaient tranquillement en ville. Après si les gens allaient en forêt c'était une autre histoire. En dehors du fameux bois de Boulogne, il y avait peu de surfaces boisées sur Paris, et encore moins de forêt.

Le sujet revint au patinage et au hockey bien assez vite. Zack admis lui-même que l'odeur d'un vestiaire n'avait rien de bien sympathique, mais qu'au moins une équipe pouvait faire front face aux critiques d'un coach. « Oui mais si tu es le seul à faire une erreur, c'est normal que tu sois le seul à te faire réprimander. Sauf si ton coach est un idiot qui fait mal son boulot, mais ce n'est pas le cas de Lukas. » Autant, ses activités en dehors de la patinoire envers son frère n'étaient pas une joie pour l'adolescent, autant il ne pouvait trouver de critique sur l'entraîneur qu'était Lukas. Il savait exactement ce qu'il faisait, et ses conseils étaient toujours adaptés à la situation. Il ne critiquait jamais pour le plaisir et ses remarques étaient toujours constructives. En bref, l'entraîneur qu'il aurait aimé avoir dès ses débuts. « Si vraiment j'avais besoin de crever les pneus de quelqu'un, je le ferais moi même. Et de toute façon, j'ai jamais fait attention à sa voiture... » Il lança tout de même un regard en coin au jeune homme. « Tu proposes souvent aux gens que tu viens de rencontrer de crever les pneus de leur coach ? On a connu mieux comme approche tu sais. » Sa remarque lui fit gagner un petit coup de coude dans le bras et une déclaration qu'il ne ferait jamais ça. Ses amis se contenteraient de casser la figure du coach en question. « J'y penserai au besoin. » Un sourire étira ses lèvres à l'idée de voir Lukas face à une bande de jeunes. Il doutait que ce soit Lukas qui finisse à terre, surtout si Hans étaient avec lui à ce moment là. Il ne connaissait pas les compétences de Lukas en matière de bagarre mais celles de son frère n'étaient plus à démontrer depuis longtemps.

À la mention de Disney World Thomas ne put que regarder Zack avec de grands yeux. Il rêvait de visiter le parc d'attraction depuis toujours. Il paraissait que celui d'Amérique était bien mieux que celui de Paris en plus. Les hôtels du parcs étaient aussi bien plus animés que ceux de France si on en croyait la rumeur. Pas qu'il ait de quoi comparer mais bon. « Pour une fois je ne dirai rien. J'adore Disney depuis toujours. » Il n'avait pas honte à avouer ses préférences sachant qu'il était avec un autre fan. La plupart des garçons de son âge se seraient moqué de lui, mais Zack avait vraiment l'air d'aimer ça.

À force de parler hockey, Thomas avait envie de voir la chose en vrai et pas seulement à la télé. Et comme Zack avait déjà vu ses propres entraînements, c'était normal que Thomas voit les siens non ? Zack s'amusa, lui disant qu'il n'avait pas besoin de prétextes pour le revoir et alors que Thomas démentait la chose, Zack insistait encore. « Ose me dire en me regardant dans les yeux et sans rougir ni bafouiller que tu n’as pas envie de me revoir. » Thomas était perplexe. Pourquoi se serait-il mit à rougir ou bafouiller ? Les américains étaient vraiment bizarres parfois. « Je n'ai pas besoin de fausses excuses. » Mais dire qu'il ne voulait plus revoir le jeune homme aurait été un mensonge. Le brun était amical, il connaissait la glace tout comme Thomas, même si c'était dans un sport différent, il aimait Disney. Il était la première personne relativement proche de son âge à lui parler normalement, malgré un début de conversation assez difficile. Honnêtement, les deux pourraient même devenir amis, si Thomas se décidait enfin à sortir de sa coquille. Il finit tout de même par lâcher les yeux du jeune vendeur. Il n'était pas habitué à maintenir un contact visuel prolongé avec les gens. Il avait toujours l'impression qu'on verrait qu'il portait des lentilles et qu'on lui pose des questions dessus. « J'ai envie de voir ton entraînement. Content ? » C'était assez proche de la vérité pour ne pas être considéré comme un mensonge. Mais il fallait bien avouer que sans Zack, l'adolescent n'aurait certainement pas été de lui même à la patinoire des hockeyeurs.

Les deux convinrent d'un rendez-vous du vendredi même, soit deux jours plus tard. C'était rapide, mais Hans ayant lui même l'intention de sortir c'était la meilleure occasion pour Thomas. Il n'aurait pas besoin d'expliquer à son frère pendant des heures avec qui il sortirait et ce qu'il ferait. Sans compter qu'Hans était parfaitement capable d'annuler son propre rendez-vous avec Lukas pour aller à la patinoire avec lui. Quand Zack lui demanda ce qu'ils mangeait dans son pays pour qu'il n'ait jamais mangé de cheeseburger Thomas déclara avec un grand sourire « Des grenouilles et des escargots. » Il savait que c'étaient les deux plats qui écœuraient le plus les touristes lorsqu'ils en entendaient parler. Il fallait avouer que ça n'avait rien de très glamour niveau cuisine. Thomas avait goûté les deux, comme tout français, mais n'était pas spécialement fan des escargots. Il n'arrivait pas à s'habituer à la texture particulière de la petite bête.

Thomas enregistra le numéro de Zack puisque le jeune vendeur ne pouvait avoir son téléphone pendant le travail. Il hésita un mettre un 'pervers' à côté du nom, mais si Hans tombait dessus il poserait des questions auxquelles son frère n'avait pas envie de répondre. Mieux valait laisser un simple Zack en nom, c'était plus prudent. Il regarda bizarrement le jeune homme quand il lui murmura à l'oreille de lui envoyer un selfie pour qu'il passe une bonne nuit. Il ne put retenir un « Pervers » amusé de passer ses lèvres. Le vendeur jouait son rôle à la perfection en tout cas. Heureusement pour lui que Thomas ne le prenait plus au sérieux où il aurait pu avoir de sacrés ennuis. « Et sache que mes selfies se méritent. Je ne suis pas un garçon facile. » Sans savoir pourquoi, il se prit au jeu lui aussi.

Thomas expliqua rapidement son horreur de se faire poser un lapin /ce qui était tout à fait normal de son point de vue/ ce à quoi Zack avoua sa tendance à être en retard mais qu'il ferait un effort. « Heureux de savoir que je suis à la même importance qu'un cheeseburger. Et dis toi que si tu es à l'heure tu auras peut-être le droit à un selfie. »

Thomas préféra tout de même faire comprendre à quel point il détestait se retrouver à attendre comme un idiot en le menaçant de représailles de son frère si le brun ne venait pas. La menace fut accueillie avec humour, Zack décrétant qu'il était trop beau pour se faire casser la figure. « T'en fais pas, il paraît que les filles adorent les cicatrices. »

Les deux furent interrompu par un autre vendeur qui demanda la présence de Zack ailleurs. Thomas ne l'avait même pas vu arriver. Il s'en voulu un peu d'avoir tant monopolisé le jeune homme qu'un de ses collègues avait du venir le chercher. Le jeune homme ne semblait pas prendre la chose trop sérieusement donc cela rassura un peu l'adolescent. « Désolé, j'espère que tu ne te feras pas passer un savon par ma faute. » Techniquement c'était Zack qui avait commencé à lui parler, ce n'était donc pas vraiment de sa faute, mais tout de même. « Je t'envoie le message de suite, t'en fais pas. À vendredi. »

Il regarda le jeune homme partir avec un petit sourire et se dirigea ensuite vers la caisse pour payer son achat. Le sourire ne quitta pas ses lèvres jusqu'à l'appartement, son frère lui demandant même ce qui le rendait de si bonne humeur. Thomas ne lui avoua pas sa rencontre, se contentant de décréter qu'il avait eu une réduction sur son achat tout simplement.




[/b]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Terminé] Je te reconnais [PV Thomas Ackerman]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé] Je te reconnais [PV Thomas Ackerman]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les illustrations de Thomas Nast
» Thomas Mann
» [CASTLE] Si Loin de Toi (terminée)
» Offre terminée.
» [Belles montres] Thomas Prescher.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuri on ice RPG  :: We were born to make history :: Etats-Unis :: Chicago-
Sauter vers: