Yuri on ice RPG

un forum de RPG basé sur l'animé Yuri on ice !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bienvenue à Chicago....[ Ft. Eva Kanaline]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Viktor Nikiforov
Russie
Russie
avatar

Messages : 255
Date d'inscription : 29/11/2016

MessageSujet: Bienvenue à Chicago....[ Ft. Eva Kanaline]   Mar 7 Fév - 10:24


Bienvenue à Chicago…  
○ feat. Eva Kanaline ○


L’appel datait d’il y a une semaine seulement. Viktor Nikiforov avait rejoint Chicago avec Yuri Katsuki depuis trois semaines. L’entrainement avait repris pour le patineur japonais qui avait déjà du commencer à refaire l’achat de son matériel. Viktor n’avait pas réellement songé que Yuri se serait débarrassé de son sac et de ses patins. Mais si…. Plongé dans son chagrin et son désespoir, le sac avait été jeté dans l’océan au fond duquel il devait encore reposer tristement.

Viktor et son tout nouveau petit ami avaient ainsi emménagés ensemble dans un appart’hotel de Chicago situé à quelques centaines de mètres du prestigieux centre d’entrainement. Une conférence de presse avait permis d’annoncer au monde entier que le patineur Yuri Katsuki, quatrième du dernier grand prix et son entraineur Viktor Nikiforov étaient tous deux de retour sur la glace pour affronter la nouvelle saison de compétition. Cette fois, peu importe le résultat, Viktor et Yuri ne subiraient plus une crise aussi terrible que celle qui les avait séparés. Terminé…. C’est leur promesse informulée mais que chacun s’appliquerait à respecter.

Alors que Yuri se reposait encore dans la chambre, Viktor préparait le petit déjeuner. Les japonais avaient pour habitude de le prendre plutôt salé. Mais afin de surprendre son compagnon, Viktor avait trouvé une boutique de viennoiseries appétissantes dans laquelle il était allé acheter un petit assortiment visant à égayer les papilles de son compagnon dès son réveil.

Il était en train de préparer les boissons chaudes quand son téléphone se mit à vibrer. Le numéro était inconnu et Viktor décrocha sans trop attendre afin que la sonnerie ne dérange pas sa belle au bois dormant dans la pièce d’à côté.

«  Allo ? »

« Monsieur Viktor Nikiforov ? Ici Nikola Entski, Président de la fédération de patinage artistique russe. Je ne vous dérange pas trop j’espère ? J’ai essayé de faire attention au décalage horaire… »

Le président de la Fédé ? Ce n’était pas la première fois que Viktor en entendait parler. Il avait même eut plusieurs fois l’occasion de le rencontrer notamment lorsque celui-ci venait jusque St Pétersbourg pour le féliciter de ses résultats mettant la Russie sous le feux de projecteurs mondiaux. C’est donc plutôt avec décontraction que Viktor lui répondit

« Pas du tout ne vous inquiétez pas. Mais dites-moi ce qui me vaut l’honneur de votre appel, Monsieur le Président »

Viktor posa une tasse sous sa Nespresso toute prête. Il appuya sur le bouton de marche et la machine se mit à faire couler un liquide noir à l’odeur fort agréable. La voix dans l’appareil collé à l’oreille de Viktor se fit un peu plus grave

« J’ai un immense service à vous demander. A vrai dire… ce n’est même pas un service. C’est une mission que je vous confie. Connaissez-vous Eva Kanaline ? Une jeune adolescente prometteuse mais encore truffée de lacunes… Elle a commencé sur le tard mais elle a remporté plusieurs compétitions nationales »

Eva Kanaline… Viktor rencontrait tellement de visages qu’il lui était parfois compliqué de mettre un nom sur une tête. Eva…. Ha ! Oui ! mignonne, grande chevelure blonde, extrêmement gracieuse, d’une souplesse peu commune et d’une fluidité presque envoutante dans ses mouvements. Oui oui !!! Ca lui revenait. Il l’avait croisé la saison dernière à une compétition locale à laquelle Yurio avait participé.

« Oui je crois voir de qui il s’agit. Mais quel est le rapport avec moi ? »

Viktor attrapa la petite tasse contenant son expresso fraichement coulé. Il s’installa à table et s’assit sur une chaise vide

« Nous voyons en elle une future star du patinage féminin russe… Elle pourrait succéder à Mila. Mais elle a besoin d’être perfectionnée et nous ne voyons pas de meilleur entraineur que vous. De plus, Eva semble prête à se rendre jusque Chicago. Vous seriez, durant son séjour, son tuteur et représentant légal étant donné qu’elle est toujours mineure »


Viktor s’immobilisa sur sa chaise et haussa un sourcil. Entrainer Eva ? En plus de Yuri ? Et…. Son tuteur et représentant légal ? Lui ? C’était une lourde responsabilité d’autant plus que les seuls mots qu’il avait changé jusqu’à présent avec la jeune fille se limitaient à «  bonjour », «  enchanté »  et «  félicitation ! »…. Pas de quoi tenir une longue conversation… Mais au ton relativement autoritaire du Président de la Fédération, Viktor sentait bien qu’il n’avait pas réellement le choix. Eva serait donc sa petite protégée et plus d’être un peu comme son enfant durant le temps que durerait leur séjour ici…. Il ne savait pas laquelle des deux perspectives l’inquiétait le plus. Etre capable de faire d’elle une bonne patineuse ? Ou devoir veiller sur elle, sa santé, sa sécurité….

« Ok….. J’imagine que je n’ai pas réellement le choix n’est ce pas ? »

Encore un peu ensommeillé, Yuri venait de se lever. Ses cheveux en bataille et ses yeux encore tout plissés firent rougir Viktor. Comment pouvait-on être si mignon ? Ca ne devrait pas être autorisé ca…. Le russe fit un clin d’œil à son petit ami en l’invitant d’un signe de tête à prendre place à table ou un véritable petit festin sucré l’attendait. Au bout du fil, le président venait de lui faire comprendre qu’il avait le choix mais qu’il lui serait extrêmement reconnaissant s’il acceptait cette requête importe à la fois pour la Russie et pour Eva.

« D’accord…. Bon et bien… je vais m’en occuper. Envoyez-moi par mail tous les détails de son arrivée à Chicago. Je m’occupe de son hébergement… »

Après quelques remerciements et formules de politesse, Viktor finit par rapprocher. Il se leva, contourna la table pour rejoindre Yuri. Il lui sourit et déposa sur un baiser tendre sur son front

« Bonjour Katsu ! Bien dormi ? »

Il alla se remettre à sa place, rapprochant malgré tout sa chaise de celle de son compagnon

« C’est moi qui t’ai réveillé avec le téléphone ? Désolé… c’était un appel important de la fédé de Russie… faut que je te parle d’un truc Yuri…. »

XxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxX


C’est une semaine plus tard qu’Eva devait débarquée à Chicago. Nikola avait communiqué de nombreux mails à Viktor sur l’heure d’arrivée de la jeune fille, la mise en place de la tutelle financière à laquelle Viktor aurait accès pour les dépenses ainsi que toutes les autres formalités administratives qui l’avait occupé une bonne partie de la semaine. Viktor avait notamment réussi à réserver un studio dans l’appart’hotel où il résidait avec Yuri. Ainsi, Eva aurait sa petite indépendance tout en restant sous la surveillance constante de son tuteur. Viktor avait bien songé l’inscrire dans une sorte de foyer mais après avoir discuté avec Yurio, qui avait lui-même essayé cette option, il avait abandonné l’idée. Trop restrictif, trop éloigné de la patinoire… ce n’était en rien pratique.

Viktor jeta un coup d’œil rapide à sa montre. Eva allait arriver d’une minute à l’autre. L’aéroport était déjà surpeuplé de monde qui s’apprêtait à voyager ou qui, comme lui, venait chercher ou déposer l’un de leur proche. L’avion en provenance de Moscou avait atterri et les passagers devaient sortir dans le terminal numéro 3 devant lequel Viktor se trouvait.

Inutile de faire un petit panneau avec le nom d’Eva écrit dessus… La jeune fille connaissait parfaitement son visage et lui-même pensait être assez apte à la reconnaitre facilement. Il était toutefois légèrement nerveux. Il ne connaissait rien du caractère de la jeune fille et il espérait qu’ils allaient bien s’entendre. Si leur collaboration devait durer un certain temps, autant faire pour que ça se passe au mieux non ? Mais après tout, Viktor était un habitué du tempérament de Yuri Plisetsky et il n’y avait pas grand chose de pire que le caractère du tigron russe… Il pouvait être adorable pourtant, des fois… mais il pouvait être tout aussi détestable quand il s’y mettait.

Les portes s’ouvrirent et un premier flux de passager arriva. Viktor se redressa, tendant la tête pour essayer de l’apercevoir. Lorsqu’enfin un ruban rouge et une longue chevelure blonde firent leur apparition, il se dirigea vers elle avec un sourire

« Eva ? Bonjour, je suis Viktor ! »

Sans se défaire de son sourire il regarda la jeune adolescente. De prime abord elle n’avait pas l’air d’être désagréable, mal polie, têtue ou pénible. En d’autres termes, elle semblait être tout ce que Yurio n’était pas.

« Tu as fait un bon voyage ? Pas trop fatiguée ? »

Il regarda autour d’elle pour remarquer qu’elle paraissait assez chargée. Rien d’étonnant à cela. Elle devait rester un certain tant aux Etats-Unis. Elle avait dû prendre tout un tas de vêtements en plus de ses affaires de patinage… Lui-même et Yuri n’étaient pas venu les mains libres. En plus d’avoir emporté avec eux Makkachin. Hors de question de se séparer si longtemps de son fidèle compagnon qui d’ailleurs, était resté à la maison avec Yuri

« Donne-moi ca… je vais t’aider »
lui dit-il en s’emparant de la plus lourde des valises à roulette qu’il tira à côté de lui « Je t’ai réservé un petit studio dans le même immeuble que celui de Yuri et moi. Tu verras, il y a plusieurs autres patineurs qui logent là-bas…. Et puis tu croiseras sans doute des visages familiers au centre »

Viktor se mit à rire un peu tout en prenant le chemin de la sortie de l’aéroport

« On se croirait presque en colonie de vacances avec tous ces visages familiers ! »


Kuroko's Basket RPG

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yurionicerpg.forumactif.com
Eva Kanaline
Russie
Russie
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageSujet: Re: Bienvenue à Chicago....[ Ft. Eva Kanaline]   Sam 11 Fév - 17:26

It's a new day, it's a new life for me
Eva + Viktor
Lorsque j'avais parlé de Chicago à mon père, il avait aussitôt donné son accord avec enthousiasme. Il lui avait fallu un peu plus de temps pour convaincre ma mère, mais bon gré mal gré, elle avait fini par donner son accord, à la condition que tous les frais reviennent à Papa et que je ne me retrouve pas toute seule là-bas. Ensuite, tout était allé très vite, trop vite pour que j'ai le temps de me réjouir. Mon père avait commencé par contacter la Fédération de patinage pour leur expliquer la situation, et ils avaient accepté de trouver quelqu'un pour s'occuper de moi sur place. Puis il s'était occupé de quelques formalités administratives, et le temps que je fasse mes au revoir et mes bagages, c'était déjà le jour J.

Et voilà que je me retrouvais dans cet avion, en vol pour les États-Unis. C'était presque trop beau pour être vrai. Sans parler du fait que la personne choisie par la Fédération pour veiller sur moi et être mon coach durant mon séjour à Chicago n'était autre que Viktor Nikiforov. Oui, oui, celui qui avait été champion du monde cinq fois d'affilée et qu'on surnommait "la légende vivante de Russie". Autrement dit, exactement la personne qu'il me fallait. Grâce à lui, je m'améliorerai encore plus vite, et bientôt, le monde entier aurait les yeux rivés sur moi...  et Yuri Plisetsky ne pourrait plus ignorer mon existence. Voilà le chemin que suivait ma pensée lorsque je songeais à la perspective d'être coachée par Viktor Nikiforov. Je ne pensais qu'à l’avenir radieux qui se dressait devant moi, et Viktor représentait pour moi ni plus ni moins qu'un moyen d'atteindre cet avenir. Une vision des choses totalement égoïste... Oui, j'étais égoïste, même si je n'en avais pas vraiment conscience.

***

« Mesdames et messieurs, nous allons bientôt atterrir, » dit une voix dans les hauts-parleurs, et je clignai des yeux à plusieurs reprises. Au bout de quelques heures, l'excitation avait commencé à laisser la place à l'ennui et j'avais fini par m'assoupir. Mais à présent, plus question de dormir : j'allais enfin poser le pied sur le sol américain ! Ce n'était pas la première fois que je quittais la Russie, je m'étais déjà rendue dans plusieurs pays d'Europe, mais jamais aux USA, du moins jusqu'à aujourd'hui. Il n'en fallait pas plus pour me réjouir, et c'est les yeux brillants de gaieté que je me penchai vers le hublot pour tenter d'apercevoir quelque chose à travers les nuages. Puis je me rappelai que je n'étais pas là en touriste et que je serais probablement trop occupée avec les entraînements pour me promener à la découverte de Chicago. Un peu plus calme, j'attendis patiemment que l'avion se pose pour détacher ma ceinture et me lever. Quelques minutes plus tard, j'émergeai enfin de la foule de voyageurs, encombrée par les lourdes valises que je traînais derrière moi. Ce n'était pas excessivement lourd (en fait, il s'agissait principalement de vêtements) mais disons que je ne me sentais pas aussi légère et aérienne qu'à l'ordinaire.

Je tournai la tête de tous côtés, cherchant du regard la silhouette reconnaissable de mon nouveau coach. Mais ce fut lui qui me repéra le premier et qui vint vers moi avec un sourire.

« Eva ? Bonjour, je suis Viktor ! »

« Bonjour ! » répondis-je joyeusement. J'avais déjà croisé Viktor à une ou deux reprises, mais je n'avais jamais eu de véritable conversation avec lui. En tout cas, il semblait toujours aussi aimable que d'habitude.

« Tu as fait un bon voyage ? Pas trop fatiguée ? » m'interrogea Viktor avec sollicitude, et je secouai la tête de droite à gauche.

« J'ai dormi pendant le voyage, donc je suis en pleine forme. » Cette affirmation n'était pas exagérée. Pour l'instant, sous l'effet combiné de ma sieste et de l'enthousiasme, je me sentais pleine d'énergie, mais je savais que ça ne durerais pas longtemps. D'ici une heure ou deux, je commencerai à ressentir les effets du décalage horaire et je m'écroulerai de fatigue.

Mais en attendant, je comptais bien en profiter pour découvrir le maximum de choses sur mon nouvel environnement.

Je laissai avec soulagement l'une de mes valises à Viktor, lui adressant un sourire de remerciement avant de lui emboîter le pas en direction de la sortie. Pendant que nous marchions, il commença à me parler de l'endroit où j'allais habiter.

« Je t’ai réservé un petit studio dans le même immeuble que celui de Yuri et moi. Tu verras, il y a plusieurs autres patineurs qui logent là-bas…. Et puis tu croiseras sans doute des visages familiers au centre. On se croirait presque en colonie de vacances avec tous ces visages familiers ! » Il rit.

Des visages familiers ? Aussitôt, un visage bien précis surgit dans mon esprit, et pas n'importe quel visage : le plus beau visage au monde, celui d'un certain Yuri Plisetsky... Stop ! C'est pas le moment de s'éparpiller, Eva, m'ordonnai-je. Ressaisis-toi. C'est que j'aurais bien voulu éviter de passer pour une idiote auprès de Viktor. Il allait être mon coach au moins la durée de mon séjour à Chicago, et peut-être bien après, donc autant que nos rapports ne soient pas mauvais.

« Donc tu connais beaucoup de monde ici ? » demandai-je avec une curiosité sincère. Après tout, Viktor était tellement célèbre qu'il devait forcément connaître des gens intéressants, que ce soit parmi les coachs, les patineurs ou même les journalistes. Sans compter qu'il avait la réputation d'être quelqu'un de plutôt sociable... J'allais le côtoyer presque tous les jours, c'était l'occasion de découvrir si ce genre de rumeurs étaient fondées.

_________________
If I talk real slowly, if I try real hard. To make my point dear, that you have my heart. Here I go, I'll tell you what you already know. If you love me, with all of your heart. If you love me, I'll make you a star in my universe. You'll never have to go to work. You'll spend everyday, shining your light my way. I'll tell you what you already know.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Viktor Nikiforov
Russie
Russie
avatar

Messages : 255
Date d'inscription : 29/11/2016

MessageSujet: Re: Bienvenue à Chicago....[ Ft. Eva Kanaline]   Lun 20 Fév - 10:44


Bienvenue à Chicago…  
○ feat. Eva Kanaline ○


Se retrouver avec une gamine comme Eva sur les bras n’était pas une mince responsabilité. Viktor en prenait pleinement conscience. Les parents d’Eva et la Fédé russe comptaient sur lui pour assurer durant quelques temps sa sécurité et le bienêtre de la jeune fille. Tout en s’appliquant à perfectionner son patinage ce qui, de ce qu’il avait vu, n’était pas une mince affaire.

Depuis qu’on l’avait mandaté pour cette nouvelle mission, Viktor avait pris le temps de se renseigner sur la demoiselle qui allait être sa nouvelle protégée. De ce qu’il avait trouvé comme infos, elle était davantage connue pour ses performances de danseuse de ballet que pour ses prouesses sur la glace. Pourquoi avait-elle subitement changé de discipline ? Viktor ne se l’expliquait pas. Il faudrait certainement qu’il demande quelques explications à Eva quand il allait commencer avec elle les entrainements.

Ses lacunes étaient nombreuses. Surtout en matière de sauts. C’était toute la technique qui était à revoir ou à perfectionner. Par chance, elle avait une grâce envoutante, une légèreté admirable et une élégance peu commune. Si l’aspect technique de ses choré allaient la pénaliser dans un premier temps, elle pourrait sans doute compter sur l’aspect artistique pour combler le manque à gagner.

Dans tous les cas, elle semblait assez travailleuse, volontaire et facile à vivre. Tant mieux ! Viktor n’avait pas spécialement envie de se confronter à une tête brulée au caractère têtue comme un certain Yuri russe qu’on ne nommerait pas plus…

Enfin pour l’heure il devait aller la chercher à l’aéroport et ça serait le premier vrai contact qu’il aurait avec elle. Alors autant l’accueillir comme il se doit. Elle devait sans doute être un peu nerveuse de s’en aller si loin de son pays natal toute seule, sans personne d’autre que Viktor comme unique repère.

Lorsqu’il l’aperçut il se rendit vers elle et la salua poliment. Un salut qu’elle lui rendit avec un sourire. Il l’écouta lui expliquer qu’elle n’était pas trop fatiguée parce qu’elle avait profité du voyage pour dormir. Comme le faisait souvent Yuri… Viktor, lui, ne dormait que pour le plaisir de pouvoir se coller à son Katsu. Sinon, il trouvait toujours quelque activités pour passer le temps comme pianoter sur son smartphone, dégainer son pc portable pour bosser un peu ou mater un film ou un épisode d’une de ces nombreuses séries américaines dont il entendait parler mais qu’il n’avait jamais le temps de regarder.

Embarquant la valise d’Eva pour la soulager, il lui tira un petit topo de ce qu’était la situation. A savoir qu’elle allait vivre dans un appart’hotel situé dans le même immeuble que celui qu’il occupait avec Yuri et qu’elle n’aurait à se soucier de rien car les formalités administratives étaient déjà toutes remplies grâce à lui.

« Donc tu connais beaucoup de monde ici ? »

Viktor lui adressa un sourire tout en arrivant sur le parvis devant l’aéroport. Il leva la main pour attirer l’attention d’un taxi vide qui les conduirait jusqu’à destination

« Connaitre c’est un bien grand mot… Je pense qu’en définitive, les gens me connaissent plus que moi je ne les connais… La rançon du succès sans doute »

Il lui adressa un petit sourire désolé avant d’ouvrir la portière d’un taxi jaune venant de se stopper devant eux. Il laissa Eva s’installer tandis qu’il chargeait les bagages dans le coffre. Il sortit un morceau de papier qu’il tendit au chauffeur. L’adresse était indiquée dessus, ainsi impossible de se planter

« Mais il y a un petit noyau de personnes que je connais assez bien et qui ont décidé de venir s’entrainer ici. Yuri Katsuki, mon compagnon. Mais aussi le gagnant du dernier grand Prix, Otabek Altin, Phichit Chulanon. Il y a un ancien patineur reconverti dans le coaching mais tu es certainement trop jeune pour le connaitre. Il s’appelle Lukas Lindemann. Il entraine un jeune français qui s’appelle Thomas. Il a ton âge, vous pourriez peut-être devenir amis »

Il fit un sourire à Eva alors que le taxi avançait dans la ville fréquemment stoppé par les nombreux feux rouges

« Oh ! Et il y a Yuri Plisetsky aussi ! Lui aussi a ton âge, tu le connais un peu je crois ! Il n’habite pas notre immeuble mais tu le croiseras forcément à la patinoire ! »


Kuroko's Basket RPG

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yurionicerpg.forumactif.com
Eva Kanaline
Russie
Russie
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageSujet: Re: Bienvenue à Chicago....[ Ft. Eva Kanaline]   Lun 20 Fév - 15:09

It's a new day, it's a new life for me
Eva + Viktor
Dès que nous posâmes le pied en dehors de l'aéroport, je regardai autour de moi avec curiosité. Alors c'était à ça que ça ressemblait, Chicago... Beaucoup de gratte-ciels, beaucoup de voitures et beaucoup de gens, c'était ce qui me sautait le plus aux yeux. En tout cas, l'architecture ne ressemblait du tout à ce que j'avais l'habitude de voir... Pour moi, ce premier aperçu dégageait une impression de modernité, mais aussi d'effervescence, de désordre. Je ne sais pas comment décrire ça, mais en tout cas, c'était plutôt agréable, même si je me sentais perdue rien qu'à regarder.

Alors que je promenais les yeux autour de moi avec curiosité, Viktor fit signe à un taxi qui s'arrêta à côté de nous.

« Connaitre c’est un bien grand mot… » fit le patineur en réponse à ma question. « Je pense qu’en définitive, les gens me connaissent plus que moi je ne les connais… La rançon du succès sans doute. »

Il m'adressa un sourire désolé, et un petit rire spontané franchit mes lèvres tandis que je m'installais sur la banquette du taxi. Ce n'était pas du tout un rire moqueur, loin de là : il s'agissait plutôt d'une manifestation de gaieté. Je ne pense pas que c'était vraiment une plaisanterie, il était probablement sérieux en disant ça, mais sur le moment, j'avais simplement trouvé cela amusant. L'adolescente insouciante que j'étais ne concevait tout simplement pas la possibilité qu'il existe un revers à la médaille, un contrecoup à la célébrité. Je ne voyais que le bon côté des choses...

« Mais il y a un petit noyau de personnes que je connais assez bien et qui ont décidé de venir s’entrainer ici, » continua Viktor alors que le taxi démarrait. « Yuri Katsuki, mon compagnon. Mais aussi le gagnant du dernier grand Prix, Otabek Altin, Phichit Chulanon. Il y a un ancien patineur reconverti dans le coaching mais tu es certainement trop jeune pour le connaitre. Il s’appelle Lukas Lindemann. Il entraine un jeune français qui s’appelle Thomas. Il a ton âge, vous pourriez peut-être devenir amis. »

J'écoutai attentivement et tentai d'assimiler toutes ces nouvelles informations, tout en jetant de fréquents coups d’œil au paysage urbain qui défilait de l'autre côté de la vitre. Le nom qui capta le plus mon attention fut le premier, Yuri Katsuki. Sans doute parce que son prénom me faisait penser à un autre Yuri... Toujours est-il qu'un souvenir me revint : pendant mes nombreuses recherches sur le patinage, j'avais aperçu son nom plusieurs fois, souvent associé à celui de Viktor, qui si je ne me trompais pas, était son coach. Et apparemment, il s'agissait aussi de son compagnon. Il y avait donc de grandes chances pour que je le croise pendant mon séjour à Chicago.

Les noms d'Otabek Altin et de Phichit Chulanon m'étaient également familiers, mais celui de Lukas Lindemann ne me disait rien. Quant au français qui avait mon âge, j'aurais probablement été curieuse de le rencontrer si j'avais eu le temps de me poser la question. Mais la phrase suivante le chassa complètement de mon esprit.

« Oh ! Et il y a Yuri Plisetsky aussi ! Lui aussi a ton âge, tu le connais un peu je crois ! Il n’habite pas notre immeuble mais tu le croiseras forcément à la patinoire ! »

En entendant le nom du jeune patineur russe, je sursautai, et le rouge me monta aux joues.

« Bof, euh, oui, enfin il... je ne lui ai jamais vraiment parlé... mais je vois qui c'est, oui... » balbutiai-je, troublée. Mince ! Si je réagissais aussi fort à la simple mention de son nom, qu'est-ce que ce serait quand je me retrouverai en face de lui... Il fallait absolument que j'arrive à contrôler mes émotions. Allez, Eva, un petit effort.

« Et, euh, » fis-je d'une voix déjà un petit peu plus assurée, « tu le connais bien, non ? »

Je lançai un regard interrogateur en direction de Viktor. Même si j'étais légèrement mal à l'aise, comme à chaque fois qu'on évoquait Yuri Plisetsky devant moi, je n'allais pas laisser passer une occasion d'en apprendre plus sur lui ! Et puisqu'il avaient longtemps partagé le même coach, Viktor devait forcément bien le connaître.

_________________
If I talk real slowly, if I try real hard. To make my point dear, that you have my heart. Here I go, I'll tell you what you already know. If you love me, with all of your heart. If you love me, I'll make you a star in my universe. You'll never have to go to work. You'll spend everyday, shining your light my way. I'll tell you what you already know.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Viktor Nikiforov
Russie
Russie
avatar

Messages : 255
Date d'inscription : 29/11/2016

MessageSujet: Re: Bienvenue à Chicago....[ Ft. Eva Kanaline]   Dim 26 Fév - 23:08


Bienvenue à Chicago…  
○ feat. Eva Kanaline ○


Etre aussi connu que Viktor avait bien des avantages mais aussi des inconvénients. C’est vrai qu’il n’avait généralement pas besoin de se présenter quand il allait quelque part. on le reconnaissait de façon assez facile et ce quel que soit le pays ou la compétition où il se présentait. Ce qui était moins agréable en revanche, c’est d’être sous le feux des projecteurs même quand il ne le désirait pas vraiment. Sa vie privée en était un excellent exemple. De nombreuses rumeurs avaient été véhiculées sur la relation qu’il entretenait avec Yuri. Et quand il avait clarifié les choses en révélant au grand jour sur amour, cela n’avait pas suscité que des choses positives, bien au contraire. Certains avaient jugé la relation entre deux hommes carrément immorale. Mais Viktor n’avait jamais vu ce qu’il y avait de mal à aimer quelqu’un… Homme ou femme, quelle différence tant que les deux parties étaient heureux ?

L’un des points que Viktor avait un peu de mal à assumer quelque fois était la fascination et l’admiration dont il était l’objet. Et ce depuis bien des années déjà. Il se souvenait encore de ce témoignage dont lui avait fait preuve Christophe un jour. Viktor l’avait encouragé en lui donnant une rose en espérant qu’un jour il serait cote à cote sur un podium. Et cela avait fini par arriver. Mais quelque fois, l’engouement de certaines personnes à son égard était quelque fois lourde à assumer et Viktor, bien que pas timide pour un sous, ne savait plus trop comment gérer certaines situations.

Et puis enfin, comme il venait de le dire à Eva, il lui arrivait fréquemment de croiser des visages ou des noms qu’il ne connaissait pas alors que l’inverse n’était pas réciproque. Souvent, des gens venaient le saluer en l’appelant par son prénom alors que Viktor avait envie de leur réponse «  mais t’es qui ? » sans qu’il ne le fasse parce trop mal poli…

En dehors du petit noyau qu’il avait cité à Eva et des patineurs de sa génération qu’il croisait régulièrement en compétition comme JJ ou Christophe, il ne pouvait pas se vanter d’avoir beaucoup de contacts dans le monde de la danse sur glace….

« Bof, euh, oui, enfin il... je ne lui ai jamais vraiment parlé... mais je vois qui c'est, oui... »


Installé dans le taxi à côté de la jeune fille, Viktor la regarda avec un sourire. Les joues d’Eva s’éteint colorées d’un rouge carmin tout particulier. Est-ce que c’était le simple fait d’évoquer Yurio qui la mettait dans cet état de rougissement intense ? Bah… Yurio était un garçon charmant, pas étonnant à ce qu’il fasse chavirer le cœur de bien des filles…. Et bien des garçons….Comme il avait fait chavirer le sien… une nuit…

Il écouta la demoiselle demander des précisions sur la relation entre Viktor et Yuri. L’entraineur rit un peu avant de lui répondre

« Je le connais pas mal oui. On a beaucoup patiné ensemble par le passé. Il est même venu me rejoindre au Japon l’année dernière quand je me suis occupé de Yuri Katsuki. Il était jaloux je crois… »

S’enfonçant un peu dans le siège confortable du taxi, Viktor continua de répondre sans prêter attention au chauffeur qui leur jetait des regards soupçonneux depuis le rétroviseur central. Etait il en train de s’imaginer qu’entre Viktor et Eva il y avait une relation plus coquine qu’elle ne l’était réellement ? Le pauvre était en train de se fourvoyer complétement ! Tout aussi charmante qu’elle soit, Eva restait une enfant et il lui manquait certains attributs pour faire d’elle une éventuelle conquête du célèbre patineur russe….

«  Yuri Plisetsy a un caractère assez particulier… ne t’offusque pas s’il te rentre dans les plumes… il ne sait pas s’exprimer autrement qu’en râlant. C’est un peu usant à force mais ça fait partie de son charme »


Il lui fit un sourire avant de reprendre

« J’espère que vous serez amis. Vous avez le même âge, vous défendez tous deux les couleurs de la Russie. Et je pense que ça serait une bonne chose pour tous les deux d’avoir un ami ici sur qui compter ! »

Le taxi s’arrêta au bas d’un immeuble que Viktor désigna d’un petit signe de tête

« On est arrivé ! »


Kuroko's Basket RPG

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yurionicerpg.forumactif.com
Eva Kanaline
Russie
Russie
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageSujet: Re: Bienvenue à Chicago....[ Ft. Eva Kanaline]   Ven 24 Mar - 20:49

It's a new day, it's a new life for me
Eva + Viktor
Le taxi continuait de rouler dans Chicago, mais je ne m'intéressais plus le moins du monde à ce qui se passait derrière les fenêtres. La conversation concernait Yuri, il n'y avait pas moyen que je puisse penser à autre chose. Pour tout dire, je n'avais jamais été aussi attentive.

« Je le connais pas mal oui. On a beaucoup patiné ensemble par le passé. Il est même venu me rejoindre au Japon l’année dernière quand je me suis occupé de Yuri Katsuki. Il était jaloux je crois… »

J'ouvris de grands yeux. Jaloux ? Yuri ? Simplement parce que Viktor s'occupait de quelqu'un d'autre ? Il devait beaucoup l'aimer... Pour le coup, c'était moi qui commençai à être jalouse. Pendant un instant, j'essayais d'imaginer ce que ce serait, de voir le beau blond jaloux à cause de moi. Mais c'était stupide : jamais je ne voudrais le rendre jaloux. Et puis, pour ça, il aurait déjà fallu qu'il me connaisse. Or, cela ne risquait pas d'être le cas si je rougissais chaque fois que j'entendais son prénom. Comment est-ce que j'étais supposée lui parler, dans l'état actuel des choses ? A trente mètres de distance ? Et encore...

« Yuri Plisetsy a un caractère assez particulier… ne t’offusque pas s’il te rentre dans les plumes… il ne sait pas s’exprimer autrement qu’en râlant. C’est un peu usant à force mais ça fait partie de son charme, » continua Viktor.

Je souris en entendant sa description de Yuri. Du peu que j'avais vu, il n'avait pas tort... Lorsqu'il s'entraînait en même temps que moi chez Lilia, Yuri passait une bonne partie de son temps à râler, même s'il se faisait systématiquement remonter les brettelles. Comme disait Viktor, ça faisait partie de son charme... du moins, ça ne me dérangeait pas. Même quand il faisait la tronche, je le trouvais toujours aussi charmant.

« J’espère que vous serez amis. Vous avez le même âge, vous défendez tous deux les couleurs de la Russie. Et je pense que ça serait une bonne chose pour tous les deux d’avoir un ami ici sur qui compter ! »

« Ah, euh, oui, sans doute. »

Je me mordis la lèvre. Amis ? Une part de moi avait beau me dire que c'était mieux que rien, je n'avais pas la moindre intention de m'en contenter. C'était même en grande partie pour ça que j'étais là, et je n'étais pas du genre à abandonner si facilement. Un jour, quoi qu'il arrive, Yuri Plisetsky serait mon petit ami. Et à ce moment-là, je pourrais arrêter le patinage artistique pour reprendre la danse. Mais pas avant. Qui vivrait verrait. J'y arriverais.

« On est arrivé ! » signala Viktor.

Je jetais un coup d’œil dans la direction qu'il montrait de la tête. Un immeuble chicagolais tout ce qu'il y a de plus habituel s'y dressait. Apparemment, c'était là que j'allais habiter. Je descendis du taxi et observai le bâtiment plus attentivement, sans rien remarquer de particulier, si ce n'est qu'il était tout de même plutôt haut. Une question me traversa l'esprit.

« C'est à quel étage ? » interrogeai-je.

Qu'il s'agisse du premier ou du dixième, peu m'importait, puisque de toute façon, il y avait probablement un ascenseur. Et puis, je n'étais pas ne grande flemmarde, au contraire. Monter des escaliers ne me dérangeait pas. Mais par simple curiosité, j'avais tout de même demandé. Il suffisait que quelque chose me traverse l'esprit pour que je le dise. J'étais vraiment une petite étourdie...

Spoiler:
 

_________________
If I talk real slowly, if I try real hard. To make my point dear, that you have my heart. Here I go, I'll tell you what you already know. If you love me, with all of your heart. If you love me, I'll make you a star in my universe. You'll never have to go to work. You'll spend everyday, shining your light my way. I'll tell you what you already know.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bienvenue à Chicago....[ Ft. Eva Kanaline]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bienvenue à Chicago....[ Ft. Eva Kanaline]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bienvenue Christine
» Bienvenue chez les chtis
» Bienvenue chez les ch'tis
» Qui aime "Bienvenue au Groland" ?
» Bienvenue à notre ami Allaoua de Constantine.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuri on ice RPG  :: We were born to make history :: Etats-Unis :: Chicago-
Sauter vers: