Yuri on ice RPG

un forum de RPG basé sur l'animé Yuri on ice !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 No way back [PV Hans & Thomas]

Aller en bas 
AuteurMessage
Narcisse Käsner
Allemagne
Allemagne
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: No way back [PV Hans & Thomas]   Dim 22 Jan - 23:27

No way back

-Chez Narcisse, 6h du matin-

Voilà que sonne le réveil, de cette stridente fanfare se hissant hors des hauts parleurs de la pendule mécanique, dont l'heure, affichée de ses chiffres orangés, attaquait la rétine à peine les yeux ouverts.
Narcisse claqua le dessus du dispositif qui fracassait les tympans à coup de *Bip* répétitifs.
Grognant en se tournant, se roulant dans ses draps si confortables, le blondinet se frotta les yeux, pour chasser la douleur légère provoquée par l'éclairage bien trop puissant de son réveil matin. La luminosité était pourtant réglée au plus bas, mais le concepteur de cette machine infernale, non content de lui donner un son des plus désagréable, avait trouvé bon de créer un engin à l'heure des plus rayonnante. Grognant de nouveau, Narcisse se redressa, un soupir léger s'échappant de ses lèvres. Le jeune allemand claqua sa langue contre son palais, sa gorge horriblement sèches lui arracha une toux qui secoua ses épaules. Soupirant de nouveau, décidément pas du matin, le jeune homme se releva, se battant contre ses couvertures pour réussir à s'en dépêtrer enfin.
Se rendant à la salle de bain, il passa sa main dans sa tignasse blonde, aplatie par son oreiller.
Histoire de bien se réveiller, il prit une bonne douche. Baillant à s'en faire tomber la mâchoire, il se décida à quitter l'eau chaude, pourtant si agréable contre sa peau, pour s'habiller enfin. Un simple jean noir et haut rouge par dessus lequel il enfila sa veste noire elle aussi.
Instant coiffure, il resta un moment devant son miroir pour être présentable, avant d'avaler un rapide petit déjeuné.
Une fois l'estomac plein, l'allemand alla vérifier ses affaires.
Aujourd'hui, il avait à faire. Aujourd'hui, il y avait compétition et son webzine allait être paré de ses plus belles photos!
Son attirail enfin vérifier, Narcisse enfila ses bottes et quitta son appartement, prenant soi de fermer la porte à clef à son départ.
Na pouvant se rendre à pied là où allaient exercer les patineurs, Narcisse alla rejoindre son mentor -qui lui aussi, se devait de faire des photos- et tout deux se rendirent sur place. Narcisse vint à se dire que passer son permis ne serait pas une mauvaise idée d'ailleurs, il allait en avoir besoin tôt ou tard.
Arrivé sur place, les deux hommes se mêlèrent dans une foule de journalistes en tout genre.
Passaient les patineurs, parmi eux, Narcisse reconnu le vainqueur de la catégorie Junior du grand prix. Lui n'avait pas eut la chance de le photographier à l'époque, il était destiné à photographier d'autres participants, mais cette fois-ci, se sera différent. A lui les photographies!

Placé au meilleur endroit pour prendre ses multiples clichés, Narcisse se fit une joie de photographier les participants de ce championnat qui se déroulait en Allemagne. Le jeune Thomas ne fut pas oublié, ben entendu. Malheureusement, il ne lui été pas possible de rester jusqu'a la fin de la compétition. Son mentor avait affaire urgente à régler et Narcisse dut rentrer avec lui. Il allait rater les résultats finaux, mais tant pis pour lui.
Une fois rentré, il tria ses clichés et posta alors ses photos sur la page spécialisé de son webzine, faisant quelques pages personnalisées pour les participants présent. Les profils étaient net et bien présentés. On pouvait reconnaître chaque visage, les noms de chacun étaient aussi annoncé, accompagnant chaque photos des athlètes présent à ce jour.
Une fois terminé, il prit soin de rappeler où il pouvait être contacter, si des potentiels clients voulaient de lui pour des photos, que ce soit en compétition ou non, du moment que cela restait en adéquation avec le patinage artistique.

Käsner.Fotograf@gmail.com
Facebook Und Twitter Käsner Narcisse/@NarcisseFotografen
© 2981 12289 0

_________________
Rain start falling… Will my heart keep on beating?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Ackerman
France
France
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: Re: No way back [PV Hans & Thomas]   Lun 23 Jan - 10:27


►No way back◄
feat. Narcisse & Thomas


11 jours…..

Cela faisait exactement onze jours que Thomas a été récupéré par son père sans que je ne puisse rien faire pour empêcher l’inévitable. La police avait été claire : il était son père et en l’absence d’une procédure d’adoption plénière, il restait jusqu’à la majorité de Thomas son tuteur et représentant légal. Et moi dans tout ça ? Moi qui l’ai élevé pendant dix ans ? Moi qui ai toujours été à ses côtés dans les bons comme les mauvais moments ? Moi qui lui ai tenu la main chaque matin pour le conduire à l’école ? Moi qui ai vendu mon âme et mon corps au diable pour assurer son bonheur chaque jour durant ? Rien… Il ne me reste juste le droit de la fermer et mes yeux pour pleurer. Je n’ai aucun droit là où son connard de père à tout ce qu’il veut …

Au-delà du fait que Thomas me manque affreusement, c’est un sentiment de révolte qui m’anime en ce moment. Olaf Ackerman n’en a rien à foutre de son fils ! Seul l’argent que Thomas peut gagner avec le patinage l’intéresse. Il va l’utiliser, l’exploiter, le manipuler…. C’est pour lui que je suis inquiet. Pour mon petit frère qui va devoir subir encore et encore sans rien pouvoir faire pour se défendre. Et si en plus son père n’a pas perdu son habitude d’avoir la main extrêmement leste, je crains davantage l’état physique dans lequel je risque de retrouver mon petit frère…

L’angoisse…. La peur et la terreur…. Des sentiments qui animent ma vie depuis que Thomas m’a été pris. Mes nuits blanches me plongent dans tout un tas de scénarios plus horribles les uns que les autres. Le peu d’heures où le sommeil arrive enfin à m’envelopper, je me réveille en sursaut, le corps tremblant et des cauchemars plein la tête pour me faire revenir à la réalité.

J’essaie pourtant de me reprendre en main et de ne plus me laisser aller. J’ai trouvé en Cristina un soutient inespéré. Elle sait quel est mon projet. Elle sait ce que je suis en train de faire et je n’ai pas honte de l’impliquer dans mes affaires sordides qui pourraient pourtant lui valoir un allé simple pour la prison. Je veux récupérer Thomas et fuguer avec lui loin, dans un pays éloigné là où Olaf ne viendra pas nous rechercher. Voilà…

Aujourd’hui, Cristina s’est barrée faire je ne sais quoi. Elle m’a laissé son téléphone portable pour que je puisse aller sur internet avec. J’ai beau avoir horreur des nouvelles technologies et du monde connecté via la toile internet, je reconnais malgré tout une certaine utilité à ce genre de chose maintenant… C’est devenu comme un rituel. Chaque jour, je vais sur les réseaux sociaux et je tape le nom de Thomas Ackerman pour voir s’il y aurait quelque chose qui pourrait me donner un indice quant à l’endroit où a été emmené mon frère. Je retombe constamment sur les mêmes pages, les mêmes photos… Les plus récentes dates de la finale du Grand Prix…

Je continu sans perdre espoir, inlassablement. Dans quelques jours ça sera Noel… Le tout premier que je vais passer sans mon frère… Je sais que malgré son âge, Thomas a toujours aimé cette fête… Il disait que c’était une période un peu magique. Si c’était vraiment le cas, je prie tout ce que je peux pour qu’un soupçon de magie vienne me redonner l’espoir de le retrouver un jour.

Comme si ma prière silencieuse venait d’être exhaussée, je vois une nouvelle page s’afficher dans les recherches Google. Il s’agit d’un webzine allemand exclusivement réservé au patinage artistique. Mes yeux s’élargissent et ma main clique sur le lien. Mon cœur bondit dans ma poitrine en lisant le titre inscrit en capital d’imprimerie «  Le retour du champion en Allemagne »

Je ne prends même pas la peine de lire les lignes, mes yeux sautent directement vers les photos sur lesquelles on peut voir Thomas sur la glace. Mes mains se figent sur le téléphone de Cristina et je me mords l’intérieur de la joue pour le pas hurler ma colère et ma tristesse.

Thomas….. Sur les photos, son regard doré est éteint… Il ne porte pas ses lentilles vertes alors que je sais qu’il a une sainte horreur de la couleur de ses yeux qu’il cherche à dissimuler à tous. Son regard est triste… Il a une mine sombre tout comme les cernes qui ont pris place sous ses yeux, lui donnant un air ténébreux que je ne lui avais encore jamais vu. Pas de sourire sur ses lèvres… Son visage parait creusé par la fatigue…. Thomas…. Qu’est ce que tu as vécu pour être dans cet état ?

Sur l’un des clichés j’aperçois des personnes en arrière-plan. Je rapproche le téléphone de mes yeux tout en essayant de zoomer. Ca pixélise encore plus la photo mais je n’ai aucun mal à reconnaitre la tête de con de mon oncle qui donne l’oppression de veiller jalousement sur son fils adoré. L’enfoiré ! Le connard ! Le salaud…. Si je le revois je crois que je suis capable de tout… même du pire.

Maintenant je sais où se trouve Thomas. Il est à Munich, en Allemagne. Cristina avait raison…. Est-ce pour cela qu’il ne peut pas me contacter ? Ou bien est-ce par ce que son adorable père fait en sorte qu’il ne puisse pas le faire ? Il me faut pourtant trouver un moyen d’entrer en contact avec Thomas. Je ne peux pas prendre le premier train pour aller à Munich… Ce n’est pas l’envie qui manque, oh que non, mais si je fais ça, je risque de foutre en l’air la suite de mon projet de fuite à Chicago alors que je viens tout juste de retrouver l’espoir de pouvoir le réaliser

Je réfléchis… j’essaie d’être le plus calme et le plus lucide possible mais dans ma tête c’est un merdier complet. Les photos sont créditées. Ca veut dire que la personne les ayant prise est potentiellement en contact avec Thomas ? Je clique sur le lien qui me renvoie vers l’adresse mail du photographe. Il s’appelle Narcisse Käsner. Je lance une recherche sur Google et sur Facebook… Je vois le portait d’un mec blond, assez jeune, plus que moi sans doute, qui n’a pas l’air d’être trop con…

J’hésite…. Je sais que ce que je vais faire est à double tranchant. Soit ça passe…. Soit ca casse…. Mais ai-je vraiment le choix ? C’est un coup de poker…

Je ne sais pas trop pourquoi Cristina a voulu me créer une adresse email. Il parait que maintenant les gens communiquent comme ça…. Avec la mise en vente de l’appartement, elle pense que j’aurai peut-être plus de contact de futurs acheteurs souhaitant me contacter via ce moyen là… Pour le moment je n’ai reçu qu’une seule visite, un couple, qui semblait visiblement intéressé… L’avantage c’est que grâce à cette adresse, je peux envoyer un message au photographe blondinet.

De : hans.ackerman@gmail.com
A : Käsner.Fotograf@gmail.com
Objet : Photos de Thomas Ackerman


Bonjour,

Je suis tombé aujourd’hui sur l’article et les photos de Thomas Ackerman publiés dans votre webzine. Je vous contact pour quelque chose d’extrêmement important et confidentiel. Je n’ai aucune idée de savoir si je peux vous faire confiance ou non. J’espère que c’est le cas…

Thomas Ackerman est mon frère. Je m’appelle Hans, j’habitais à Paris avec Thomas jusqu’à notre retour de Barcelone après le Grand Prix. De sordides histoires familiales font que Thomas m’a été enlevé. Ça fait onze jour que je recherchais sa trace avant de voir vos photos. Son père ( le mec qu’on voit en arrière-plan sur la troisième photo, mais peut être l’avait vous déjà rencontré ) n’est pas du genre affectueux et compréhensif…

Je vous demande votre aide. Je vous supplie de m’aider à pouvoir entrer en contact avec Thomas, par n’importe quel moyen possible. Il va sans dire que tout cela doit rester entre vous, Thomas et moi… Si son père vient à apprendre que je cherche à me rapprocher de lui, ça risque de déraper pour tout le monde, pour Thomas en premier. Je suis conscient de vous entrainer dans des histoires qui ne vous concernent pas. Je comprendrai aussi que vous refusiez. Mais Thomas est toute ma vie ! J’ai besoin de lui autant qu’il a besoin de moi. Aidez-nous, s’il vous plait….

H.A


Je relis le mail. J’ai été poli et courtois…. Tout ce que je ne suis pas dans la vraie vie. Mais ce n’est pas en beuglant comme un boeuf sur ce photographe que je vais obtenir son aide alors bon… un minimum de savoir-vivre s’impose.

J’hésite encore… Je suis stressé comme jamais… C’est avec quelques tremblements que mon doigt appui sur la petite icone «  envoyer »…. Voilà… les jeux sont fait… Le reste ne m’appartient plus et si ce Narcisse Käsner refuse de m’aider et bien… je me demerderai tout seul pour aller rechercher mon frère.



Kuroko's Basket RPG

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Ackerman
France
France
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: No way back [PV Hans & Thomas]   Jeu 2 Fév - 0:48


► No way back ◄
feat. Hans & Narcisse



« Patine. »

Il avait refusé. Une gifle. Pas assez forte pour laisser une trace durable, mais assez forte pour lui faire tourner la tête.

« Patine ou Hans aura des problèmes. »

Alors il avait accepté. Et c'était pourquoi il se retrouvait aujourd'hui à patiner dans une compétition dont il ne connaissait même pas le nom. Il s'en fichait. Il se fichait de tout. De tout sauf de Hans. Son frère... Il lui avait menti. Pendant plus de 10 ans il avait vécu en croyant que ses parents étaient morts dans un accident. En croyant que son frère était la seule famille qui lui restait. Mais c'était loin de la vérité. Quand Olaf -il refusait d'appeler cet homme papa, peu importe ce qu'il pouvait dire ou faire-  avait débarqué chez eux juste après leur retour de Barcelone, il n'avait rien compris. Cet inconnu se déclarait son père et Hans ne niait rien. Hans avait été furieux du retour de cet homme dont Thomas ignorait même l'existence. La situation avait très vite dégénéré et au final, Thomas avait été contraint de suivre son géniteur et d'abandonner la seule personne qui comptait pour lui. Entre cris et coups, il avait bien compris que Hans détestait cet homme, et il avait rapidement réalisé pourquoi.

À peine Olaf l'avait-il ramené de force en Allemagne que la situation lui était expliqué. Olaf était son géniteur, mais ce n'était pas un élan paternel qui l'avait poussé à venir réclamé son unique fils. Non, ce n'était que l'appat du gain. L'homme avait compris qu'un vainqueur de championnat rapporterait de l'argent, et il avait misé dessus. Mais cela n'était valable que si Thomas continuait de gagner des médailles et en notoriété. Car le patinage était un sport onéreux, entre les déplacements, l'équipement, les cours... Mais Olaf semblait avoir déjà pensé à tout, et Thomas avait rapidement entendu parler des magouilles de son géniteur. L'homme n'avait même pas attendu d'être rentré en Allemagne pour commencer à négocier son propre fils. Entre les fédérations allemande et française qui feraient tout pour avoir un vainqueur de Grand Prix dans leur rang, et les contrats publicitaires qui commençaient à se faire plus nombreux, Olaf avait fort à faire. L'homme voyait déjà les billets s'accumuler alors qu'il n'avait rien fait pour le mériter. Au départ Thomas avait protesté, cet argent revenait à son frère, à celui qui avait sacrifié ses journées au travail pour payer à son frère les cours et le matériel dont il avait besoin. Mais très vite, Thomas avait compris que l'allemand n'était pas homme à contrarier. Olaf savait où frapper pour laisser le moins de traces possible et il ne touchait son visage que très rarement. Et si les coups n'étaient pas suffisant, il lui suffisait alors de menacer Hans. Il savait bien que Thomas ne laisserait rien arriver à celui qu'il considérait toujours comme son frère.

Au début, Thomas avait été en colère que Hans lui ait menti, mais il avait très vite réalisé qu'il n'en avait aucun droit. Hans aurait très bien pu l'abandonner à la mort de ses parents. Thomas n'était que son cousin au final, il n'avait pas d'obligation envers lui. Et pourtant il l'avait gardé près de lui, il l'avait élevé, il l'avait aimé. Et si cela ne faisait pas de lui son frère, sa famille, alors rien ne le ferait. Thomas ne pouvait en vouloir à Hans et il l'aimait encore plus de savoir que Hans avait fait tout ça pour lui. Il aurait voulu pouvoir dire à Hans qu'il ne lui en voulait pas, qu'il l'aimait toujours autant, mais cela lui était impossible. Olaf n'avait aucune confiance en lui. Il lui avait pris son téléphone et ne le laissait jamais sans surveillance. Thomas n'allait même pas à l'école, Olaf l'avait inscrit à des cours à la maison, ce qui lui permettait de le surveiller pleinement. Le reste de son temps il le passait à la patinoire à s'entrainer sous les yeux intransigeant de son géniteur. Chaque erreur se faisait payer une fois rentré dans leur appartement minable.

Thomas, qui avait toujours aimé le patinage commençait à détester ce sport. S'il n'avait pas patiné, Olaf ne les auraient jamais retrouvé, il ne l'aurait jamais arraché à Hans... Mais il n'avait plus le choix. Il devait patiner, même si le cœur n'y était absolument plus.

Jour de compétition. Il avait arrêté de prêter attention aux magouilles de cet homme qui clamait haut et fort qu'il était le père d'un champion. Il n'avait su sous quel drapeau il allait concourir qu'au moment d'enfiler son survêtement aux couleurs de l'Allemagne. Ah, c'était donc l'Allemagne qui avait déboursé la plus grosse somme. Tant mieux pour eux. Pour Thomas ça ne changeait rien. France ou Allemagne, il n'avait aucune envie d'être là. Il aurait tout donné pour se nicher dans les bras de son frère devant un bon vieux disney dans leur canapé.

Il ne prêtait aucune attention aux journalistes autour de lui. Son regard était bas, refusant tout contact visuel. Olaf lui avait interdit les lentilles, déclarant que ses yeux dorés feraient bien plus parler que des yeux verts communs. Thomas, encore une fois, n'avait pas eu son mot à dire.

Le moment venu, il patina. À défaut d'y mettre son cœur, il avait au moins la grâce d'un patineur confirmé. Il rata son triple axel, et su directement, sans avoir besoin de jeter un œil à Olaf, que cela se payerait le soir même. Il espérait juste être bien classé. Par pour lui même, il s'en fichait à vrai dire. Mais il n'avait pas spécialement envie de s'attirer encore plus la colère de son géniteur.






_________________


Dernière édition par Thomas Ackerman le Dim 19 Fév - 17:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse Käsner
Allemagne
Allemagne
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 16/01/2017

MessageSujet: Re: No way back [PV Hans & Thomas]   Mer 8 Fév - 22:52

No way back



Sa journée suivait son cours. Narcisse était de nouveau chez lui, visiblement déçu de na pas avoir fait plus de clichés que ça. Il n'avait pas  eut assez de temps, de plus, quelque chose manquait.
Le blond regardait de nouveau les photos qu'il avait publié ou celles qui se trouvaient encore à l'abris des regards, dans la carte mémoire de son appareil photo, n'étaient pas affichées.
Le blond chercha à occuper sa journée, peut être avait-il oublié une photo bonne à publier? Une énième fois, il alla vérifier ses clichés. Le blond observait ses compositions. Quelque chose manquait dans cette compétition. Impossible de dire quoi exactement, il sentait qu'il n'y avait pas...qu'il manquait quoi au juste? Un quelque chose qui fait d'avantage brillé ses articles.
A trop y penser, cela lui prit la tête. Avant de s'énerver pour rien, il rangea son appareil photo, avant de prendre son téléphone portable pour y faire quelques jeux. C'est à cet instant qu'il reçu une notification, indiquant qu'il avait reçu un nouveau mail.
Effectivement, tout ses appareils ou presque étaient connecté. Le jeune journaliste voulait être au courant de tout, le moindre petit détail qui pouvait apporter un plus à sa carrière, tout en restant humble.
Le mot d'ordre chez lui, c'était le respect. Jamais il ne sera l'un de ces journalistes peu scrupuleux qui étalent la vie des autres et qui cassent la beauté de leur personne. Il voulait élever ces personnes qu'il suivait, pas les faire tomber. Narcisse ne voulait qu'une chose, afficher la beauté de ses athlètes. C'était peut être une obsession légère chez lui d'ailleurs, mais ça ne dérivait jamais. Il voulait se servir de son art, la photographie, pour sublimer l'art du patinage.

Bref. Le message, ne l'oublions pas. Qu'est-ce que cela pouvait bien vouloir signifier? Si c'était une blague de mauvais goût ou la strict réalité? Pas besoin de se poser trop de questions, il devait en avoir le cœur net, en répondant à ce messages, pour le moins...troublant.
Il était devant sa page blanche. Il voulait répondre, non, il devait répondre. Mais comment? Que dire et par où pouvait-il bien commencer? Tentons de rester simple. Autant que possible.

De : Käsner.Fotograf@gmail.com
A: hans.ackerman@gmail.com
Objet : RE: Photos de Thomas Ackerman

Bonjour,

Veuillez me pardonner, mais si c'est une quelconque plaisanterie, elle est mauvaise.
Je reçois parfois des messages douteux, veuillez m'excuser si je me montre méfiant.

Sachez cependant que si ce que vous affirmez et bien réel, je ne peux rester indifférent à votre détresse.
Il est bien entendu inutile d'ébruiter tout cela, car agir de la sorte ne porterai rien de bon, pour aucun d'entre nous.
Je suis prêt à vous porter mon aide. J'ai bien aperçu le père du jeune Thomas, je n'ai jamais approché cet homme cependant et ne le connait pas.
Il semble toujours surveiller les faits et gestes de Thomas, ainsi, pour porter une aide sans encombre, il faudrait que je porte l'attention de cet homme ailleurs. Je doute que prétendre donner un interview soit suffisant pour qu'il laisse son fils seul. Corrigez moi si je me trompe.
Je ne peux me jeter dans l'affaire tête baisser au risque de ne rien pouvoir vous apporter.
Je me propose cependant à fournir dès que possible un moyen de communication à Thomas, un téléphone me semble adéquat, pour pouvoir vous mettre en contact avec lui.

Me contactez vous avec une idée précise des événements? Le contacter est une chose, l'éloigner d'un homme que je ne connait point en est une autre.

Cordialement.

Narcisse Käsner


Il envoya le message, espérant ne pas passer pour un abrutit avec ce genre de réponse.Et puis, que répondre dans de pareilles conditions? Il est contacté, comme ça, pour une affaire de famille, sans connaître la vie des personnes concernées. Vouloir aider était généreux de sa part, mais il ne voulait pas qu'un faux pas de sa part puisse pourrir trois vies si facilement.
Il faisait face à la pression, espérant que tout ça soit une mauvaise blague d'un coté, de l'autre, un sens léger de "justice" voulait à tout prix porter réconfort à cette famille qui ne semblait pas avoir une vie facile.
Il se lançait à l'aveugle dans cette histoire, à se demander si il était fou ou juste désireux d'aider. Un peu des deux peut être.

Käsner.Fotograf@gmail.com
Facebook Und Twitter Käsner Narcisse/@NarcisseFotografen
© 2981 12289 0

_________________
Rain start falling… Will my heart keep on beating?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Ackerman
France
France
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: Re: No way back [PV Hans & Thomas]   Lun 13 Fév - 12:24


►No way back◄
feat. Narcisse & Thomas


L’espoir s’est embrasé… depuis que j’ai vu ces photos de Thomas publiées par un webzine allemand je n’ai cessé de réquisitionner le portable de Cristina pour voir s’il y avait pas de nouvelles photos mise en ligne. Regarder le visage de mon frère, même sur un vulgaire écran, me donne l’impression d’être un peu plus proche de lui. Je sais, c’est nul comme ressentiment… il est toujours à des centaines de kilomètres de moi et j’ai peur de ne jamais plus pouvoir le serrer dans mes bras.

Parallèlement, depuis que j’ai vu ces photos, mon angoisse a monté d’un niveau. Cet enfoiré d’Olaf le maltraite, je le sais, je le ressens…. Il n’y a pas de trace de coups sur le visage de mon petit frère mais j’ai ce pressentiment qu’il ne se gêne par pour lui en filer une dés que l’occasion se présente. Je connais Thomas… je sais qu’il est capable de se rebeller et de s’opposer à Olaf. Je sais aussi qu’il ne fera pas le poids… Je ne peux qu’espérer du plus profond de mon cœur que Thomas saura se montrer raisonnable et ne tentera pas le diable avec son père… Ca serait une très mauvaise idée.

Je n’arrête pas de me demander si j’ai fait le bon choix en contactant ce journaliste. Je l’ai fait, comme je le sentais. Je me suis fié à son apparence plutôt sérieuse et loyale pour décider si je pouvais lui faire confiance sans pourtant le connaitre.

Grace à lui, j’ai pu enfin localiser Thomas. En Allemagne, à Munich. Mon projet prend soudainement tout son intérêt. Il devient concrétisable. Je vais pouvoir le réaliser et je vais tout faire pour accélérer les choses afin de sortir Thomas de l’enfer dans lequel il est plongé. Rien ne pourrait m’arrêter et je ne reculerai devant aucun obstacle pour y parvenir… Je suis prêt à courir le risque de me faire poursuivre pour kidnapping. Je m’en fiche pas mal au point où j’en suis….

Dés que Cristina revient je me rue sur elle pour lui arracher de ses mains parfaitement manucurées son téléphone. Je vais dans ma boite mail et là, je constate que j’ai bien une réponse du journaliste. Il est méfiant. Comment ne pas l’être quand on reçoit un message tel que le mien. Je crois qu’à sa place j’aurai tout aussi mal réagit, si ce n’est encore pire….

Il faut que je le rassure, que je le convainque de ma bonne foi afin qu’il croit à ce que je lui ai raconté. Il est mon seul allié pour sauver Thomas. Il n’y a que lui qui pourra jouer les intermédiaires même si ça m’emmerde de l’impliquer dans cette histoire qui n’est à la base pas la sienne


De : hans.ackerman@gmail.com
A : Käsner.Fotograf@gmail.com
Objet : Photos de Thomas Ackerman

Bonjour,

Je vous remercie beaucoup pour votre réponse.
Malheureusement, ce n’est pas une blague. Thomas est mon cousin. Il a été recueilli par mes parents quand il avait trois ans puis, à leur mort prématurée, je me suis occupé de l’élever jusqu’à ce que son père débarque d’on ne sait où pour venir le récupérer et l’emmener en Allemagne. Il se fiche de Thomas. Il ne cherche que l’argent que Thomas peut lui faire gagner. Si vous vous intéressez à ce sport, vous ne pourrez pas nier que depuis son retard en Allemagne, Thomas n’est plus le même qu’avant sur la glace… Je n’ai pas besoin de le voir patiner pour savoir quel doit être son mal-être. Et c’est pour le sortir de là que j’ai besoin de votre aide.

Vous ne vous trompez pas. Il ne sera pas aisé de faire diversion pour que son père lui lâche la grappe. L’enfoiré a du bien veiller à le couper de toute personne extérieure pour garder un contrôle absolu sur lui. Il faudrait que quelqu’un prenne son père à part (par exemple pour des documents administratifs bidons à remplir ? ) pendant que vous expliquez la situation à Thomas et lui donniez le téléphone. Bien évidement je vous le rembourserai… Pensez-vous que ça pourrait être réalisable ?

Mon projet est le suivant : Je veux venir à Munich récupérer Thomas. On conviendra d’un rendez vous et quand je l’aurai enfin avec moi, nous prendrons un vol pour Chicago pour rejoindre le centre d’entrainement pour patineurs. C’était le rêve de Thomas. Là-bas, nous nous ferons discrets jusqu’à ce que Thomas obtienne sa demande de majorité anticipée et soit donc libéré de son père. Mais pour réaliser tout ça, il me faut de l’argent…  Ça prendra un peu de temps, je n’ai pas le choix. Si vous pouviez donner un téléphone a Thomas, cela me permettrait de le rassurer et qu’il ne pense pas que je l’ai abandonné.

Narcisse…. Le père de Thomas est de nature violente. S’il vous plait, essayez de protéger Thomas… Tenez moi informé si quoique ce soit d’anomal arrive à mon frère. Thomas est un garçon sensible et assez fragile malgré ses apparences. Il fait souvent des crises d’angoisse quand une situation lui est difficile à gérer émotionnellement. J’ai peur que son père ne sache pas les gérer ou pire, qu’il les déclenche ou les empire…
.

Je soupire et passe ma main dans les cheveux. Les crises d’angoisses de Thomas l’ont déjà conduit à l’hôpital et si Olaf ne sait pas comment les gérer j’ai peur de ce qui peut arriver. Pourtant il suffit pas de grand chose pour calmer mon frère. Il suffit de lui passer doucement la main sur son front et dans les cheveux. Ces simples caresses associées à des mots rassurant suffisent à éloigner ses craintes et le ramener parmi nous. C’est pas compliqué mais en même temps si on ne le sait pas….. Et Olaf ne le sait pas vu que cette tête de con ignore tout de son fils. Il ne sait pas ce qui calme les crises de Thomas tout comme il ne sait même pas qu’il est sujet à ce genre de symptôme. Il ne sait pas quel est le rêve de Tomas. Il ne sait pas ce qu’il voulait être quand il était petit. Il ne sait pas que son plat préféré est le pates carbonara, qu’il a horreur du poisson, peur des araignées, qu’il adore les dessin animé Disney et que les Harry Potter sont ses livres préférés. Il ne sait rien ! Rien du tout ! Il ne sait que lui taper dessus… Belle conception de l’amour paternel… Ca me fou en rogne…. J’ai une furieuse envie de me venger mais au lieu de ça je reprends la rédaction du mail.

Je vous remercie par avance de tout ce que vous pourrez faire pour nous. Vous n’avez pas idée à quel point c’est important.

H.A

PS : Pour vous prouver ma bonne foi, vous trouverez ci-joint deux photos de Thomas et moi afin de vous montrer que je ne vous mène pas en bateau.


Spoiler:
 

Spoiler:
 

J’ai dû fouiller dans mon téléphone pour retrouver les deux photos en question. La première était un selfi que Thomas avait fait alors qu’on attendait dans l’avion qui nous conduisait pour la finale du Grand Prix. Il avait beau être stressé de l’enjeu de la compétition, ça ne m’avait pas empêché de faire le con. Et comme j’avais rien de mieux à faire que de m’emmerder, j’ai fait le con avec lui pour passer le temps.  La seconde quant à elle datait du tout dernier entrainement, la veille du Grand Prix. Une photo prise à notre insu par un journaliste et sur laquelle j’étais tombé que récemment en parcourant toutes les pages internet pour essayer de retrouver une trace de mon petit frère

J’espère que tout ça suffira à convaincre Narcisse de nous aider. Parce qu’il s’il ne le fait pas j’en ai rien à foutre j’irai moi-même à Munich chercher Thomas sur le champ… Je ne sais pas comment, mais j’irai, je ne peux pas le laisser moisir la bas.


Kuroko's Basket RPG

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Ackerman
France
France
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: No way back [PV Hans & Thomas]   Dim 19 Fév - 17:42


► No way back ◄
feat. Hans & Narcisse



Il avait patiné parce qu'Olaf l'avait forcé mais il n'y avait pris aucun plaisir. La seule chose qui lui avait toujours procuré du plaisir même lorsqu'il devait suer sang et eaux pour atteindre son but. La seule chose qui l'avait toujours motivé à avancer. La seule chose, autre que Hans, qui comptait dans sa vie, était maintenant devenu une corvée, un calvaire. C'était la première fois de sa vie que Thomas participait à une compétition en trainant des pieds. La première fois où il aurait tout donné pour ne pas se trouver dans une patinoire mais bien confortablement au chaud dans son salon. En fait même s'il s'était retrouvé sous un pont, dans le froid ça ne l'aurait pas dérangé, tant qu'il était avec Hans.

Sa présentation n'avait pas été catastrophique mais il n'avait pas été au mieux non plus. Ses gestes d'habitudes guidés par la musique avaient été mécaniques, raides. Sa note de présentation s'en était ressentie. Louper son axel n'avait pas aidé non plus sa note technique. Au final il ne s'en était pas trop mal sorti et avait terminé troisième. Plus que satisfaisant lorsque l'on savait qu'il ne s'était pas donné à fond. Mais loin d'être assez pour son nouvellement acquis géniteur. Il voulait un champion, quelqu'un qui lui ferait gagner de l'argent. Et plus haute était la place, plus importante était la récompense. À son niveau de compétition les récompenses était assez conséquentes, mais loin d'égaler celles des adultes. Pour gagner de plus grandes sommes Olaf prévoyait déjà de le faire passer au niveau supérieur. Thomas avait surpris la conservation entre Olaf et l'un de ses sponsors... Sauf que le jeune allemand savait qu'en l'état actuel il ne ferait jamais le poids face à ses concurrents. Il se ferait manger comme l'agneau devant le loup affamé et sa troisième place à ce concours le prouvait amplement.

Troisième place qui ne plaisait que très peu à son géniteur. Dès l'annonce des scores Thomas avait compris qu'il allait prendre. Il n'avait pas eu besoin d'attendre le classement pour savoir cela. Non, la seule chose que changerait le classement serait la dureté de sa correction. Et une troisième place c'était loin d'être suffisant. Dès la porte de l'appartement minable qu'ils occupaient passée, il s'était pris une baffe derrière la tête qui l'avait fait trébuché. Il s'y était attendu pourtant, mais pas directement dès l'entrée alors qu'il n'avait pas encore eu le temps de poser ses affaires. Enfin donc, la correction qu'il s'était pris lui avait laissé quelques bleus sur le corps dont il se serait bien passé. Cela n'avait en rien aidé les entrainements suivant non plus. Mais il ne se plaignait pas, ne se rebellait pas, de peur des conséquences que cela pourrait avoir sur Hans. Son frère lui manquait plus que tout, mais il ne pouvait même pas prononcer son nom sans se prendre une baffe et des déclencher les critiques d'Olaf.

L'ivrogne ne s'était pas fait prier pour dénigrer toute son éducation. D'après lui Hans l'avait transformé en chochotte, mais lorsqu'il s'agissait de lui faire gagner de l'argent cela ne le gênait pas que son fils soit une fiotte. Il se comportait devant les médias et autres comme un père attentionné et prévenant, mais dès qu'ils étaient seuls c'était tout l'inverse. Thomas en était venu à aimer la solitude. Lui qui avant allait toujours se coller à son frère dès qu'ils étaient ensemble, se retrouvait maintenant retranché dans sa chambre dès qu'il en avait l'occasion. Il ne supportait pas la vue de cet homme, de ses remarques sur Hans, sur lui, sur son éducation, son patinage. Même son moment d'évasion favori, le patinage était contaminé par la présence de cet homme. Jamais il ne le laissait en paix. Ses entrainements se passaient sous l'œil sévère d'Olaf qui lui en demandait toujours plus. Lui qui n'avait pas encore réussi de quadruple saut devait s'entraîner à ces sauts tous les jours en plus de ses chorégraphies de base. Olaf, sous les conseils mal avisés d'un membre de la fédération, avait décidé que son fil sortirait un quad avant la fin de la saison. Et le plus tôt serait le mieux.

Même si la vie sans Hans était triste, Thomas devait tenir bon. Il ne perdait pas espoir que son frère revienne le chercher un jour. Il trouverait bien un moyen de faire tomber ce crétin d'Olaf et ses magouilles. Et dans le pire des cas, Thomas se mettrait à foirer ses compétitions. S'il ne se classait plus, Olaf ne voudrait surement plus de lui. Il ne voulait pas vraiment en arriver la, mais si c'était le seul moyen, Thomas le ferait. Si d'ici la prochaine grande compétition d'Europe il n'avait pas de nouvelles de son frère, il prendrait les choses en main lui même.






_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: No way back [PV Hans & Thomas]   

Revenir en haut Aller en bas
 
No way back [PV Hans & Thomas]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Thomas Mann (Allemagne)
» Les illustrations de Thomas Nast
» Thomas Mann
» INGLORIOUS BASTERDS - COL. HANS LANDA (MMS134)
» Bleach - 99 - Turn Back The Pendulum 10

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuri on ice RPG  :: We were born to make history :: Europe :: Autres endroits-
Sauter vers: