Yuri on ice RPG

un forum de RPG basé sur l'animé Yuri on ice !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 { Flash Back } Let it snow [ PV Thomas ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Hans Ackerman
France
France
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: { Flash Back } Let it snow [ PV Thomas ]   Dim 1 Jan - 23:36


► { FlashBack } Let it snow ◄
feat. Thomas Ackerman



Le mois de décembre….

Son froid polaire qui pénètre mes fringues et vient me congeler jusqu’à la moelle. Je ne suis pas du genre frileux pourtant mais là, je me les pèle sévère !

Ses flocons de neige d’une blancheur pure et innocente… Qui se transforme rapidement en espèce de bouillasse marron comme la chiasse qui colle aux godasses et qui fout de la merde partout sur le sol de l’appartement !

Sa magie de Noël…. Qui n’a en réalité de magique que le nom. Ça serait quoi cette putain de magie ? Avoir l’esprit de solidarité et de fraternité ? Je l’ai déjà tous les autres mois de l’année pour Thomas ! Et puis les cadeaux à gogo, la bouffe de riches et les illuminations à la con… tout ça me file la gerbe.

Je n’aime pas les fêtes de fin d’années. Je n’aime pas tous ces gens en liesse qui ne pensent qu’à fêter leur réveillon de n’importe quelle façon. On leur annoncerait une troisième guerre mondiale ou une bombe atomique qu’ils en auraient rien à foutre du moment qu’ils peuvent bouffer leur dinde aux marrons !

Les boutiques exhibent leurs plus belles décorations et leurs marchandises les plus luxueuses. Les enfants bavent devant les spots publicitaires qui n’en finissent plus de passer sur les écrans de télévision. Tout est fait pour donner envie de dépenser sans avoir l’air de s’en rendre compte. C’est quand même bien fait hein, le marketing. Et il y a un million de pigeons pour tomber dans le panneau… Les cons.

Pourtant je ne peux pas entièrement détester le mois de décembre non plus. Parce qu’il existe une raison particulière qui arrive malgré tout à me faire apprécier les fêtes de fin d’année. Cette raison a sept ans et elle porte le prénom de Thomas. Mon petit frère.

Comme tous les enfants de son âge, Thomas n’est pas encore blasé par l’aspect commercial de Noël. Il ne voit que tout ce qui est féérique sans se soucier du revers de la médaille. Il croit encore au Père Noel, il s’émerveille devant les guirlandes lumineuses qui éclairent le quartier, ses papilles frétillent devant les chalets en bois vendant des croustillons tout chauds…. J’imagine qu’à son âge je ne devais pas être bien différent…. Parfois même, je me demande ce que je serai si mes parents étaient toujours là. Est-ce que je serai à ce point aigri ? Peut être que moi aussi j’aurai cette tête de con qu’ont tous les adultes abrutis par les décorations de noël….

Mais ça fait deux ans…. Deux ans que mes parents sont décédés dans un accident sur le périph. Deux ans que Thomas et moi sommes livrés à nous-mêmes aux épreuves de la vie. Au départ, on m’a proposé d’aller dans un foyer jusqu’à ce que j’aie la majorité. Compte tenu de son âge, Thomas aurait été placé dans une famille d’accueil où j’aurai pu lui rendre visite deux week end par mois. Et puis quoi encore ? C’est une blague ? Ils croyaient sérieusement que j’allais accepter de laisser Thomas chez une famille d’inconnus dont je ne sais rien du tout ? Hors de question !!! Thomas était encore petit et après avoir perdu ses parents biologiques il venait de perdre sa famille adoptive. Je refusais tout net de l’abandonner à mon tour. C’était même inconcevable ! Et j’m’en branle pas mal d’avoir dû en chier pour nous permettre de rester ensemble !

Deux ans ! Deux années durant lesquelles j’ai fait passer Thomas avant ma propre existence. Et je ne m’en plaindrai jamais ! Je touchais en récompense le plus beau des salaires : ses rires, son sourire, son affection, son amour….

Aujourd’hui nous étions le 24 décembre. Tout le monde était en effervescence. Certains courraient pour acheter le dernier cadeau qu’ils avaient oubliés. D’autres se pressaient dans les supermarchés pour acheter les ingrédients manquants de leur repas de fête. Et moi, du haut de la fenêtre de mon appartement, je les regarde en me fendant la gueule intérieurement. La nuit commençait tout doucement à tomber sur la ville et dans quelques heures les rues seront désertes.

Je relève ma manche et je jette furtivement un coup d’œil à ma montre. 16h30. Parfait ! Après tout, ce n’est pas pace que j’aime pas noël que je dois  gâcher celui de Thomas. Les deux derniers Noël que nous avons passé n’étaient pas particulièrement joyeux. Thomas était bien trop triste à cause de l’absence de nos parents et je n’avais pas vraiment su gérer sa souffrance pour réussi à le consoler et à lui offrir un noël digne de ce nom. Mais cette année c’était différent ! Je me sorts les doigts du cul et je fais tout pour qu’il puisse avoir le meilleur noël de toute sa petite vie !

Je me dirige dans la chambre de Thomas et je frappe doucement à la porte qu’il fermé. Je l’ouvre et passe ma tête par l’entrebâillement. Il relève la tête des petites voitures métalliques avec lesquelles il était en train de s’amuser. Je n’ai vraiment pas à me plaindre. Comme gosse, Thomas est parfait. Il ne chouine pas, ne fait pas de colère ou de caprice, ne hurle pas…. Il est calme…. Solitaire et secret…. Ça m’attriste même. J’aimerai tellement qu’il soit un petit peu plus ouvert afin de s’épanouir davantage.

«  Tu ne devrais pas fermer la porte de ta chambre. Il va faire froid après »

J’entre dans sa chambre et se me met assis en face de lui. Il faut que je fasse attention où je fou mes pieds et mon cul tellement il a sorti de petites voitures ! C’est marrant, quand j’étais gosse j’y jouais aussi. Dire que j’avais plein de jouets que j’ai donnés quand on a emménagé à Paris. Si j’avais su ce que l’avenir nous réserverait, j’aurai tout emporté afin de pouvoir les donner à Thomas et le gâter un peu plus. Depuis que nos parents ne sont plus là, il n’a guère eut l’occasion d’enrichir sa chambre en nouveaux jouets. Je garde mes économies afin de pouvoir le gâter a son anniversaire et à Noel… J’essaie aussi de mettre de côté pour les vacances d’été. On ne peut jamais partir mais si j’arrive à lui offrir quelques activités comme du cinéma et bien… c’est déjà une victoire selon moi.

« Je t’aide à ranger tes voitures et après on va s’habiller ? J’ai pensé que je pourrai t’emmener quelque part aujourd’hui »


Je prends quelques voitures et je les mets dans le baril rond de lessive vide qui sert de coffre à jouets. Pour que ce soit pas trop moche j’ai perdu une heure de mon temps à customiser le bordel. Recouvert d’un papier blanc, Thomas et moi avons fait des dessins dessus pour rendre le tout un peu moins craignos. Le résultat est pas sensas mais ça nous a permis de faire quelque chose en commun et Thomas était content que l’on passe du temps ensemble. Du coup j’étais content aussi. C’est pas plus compliqué que ca

Je continu à ranger quelques voitures. J’aime pas partir en laissant l’appartement en bordel. Et non je ne suis pas maniaque. Et non je ne suis pas psychorigide du nettoyage ou du rangement ! J’aime pas que ce soit dégueu chez moi ! c’est tout ! Et malgré le peu de jouets qu’il a, Thomas et un spécialiste pour mettre sa chambre sans dessus dessous. Limite je me demande comment il fait…. A ce point la ça relève presque de l’exploit !

«  Il faudra bien t’habiller et mettre tes bottes. Il neige dehors, c’est tout blanc…. »

Je me relève et sors de sa chambre après avoir enjambé ce qu’il reste de jouets sur le sol

« Je t’attends dans le hall d’entrée, magne toi ok ? »



Kuroko's Basket RPG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Ackerman
France
France
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: { Flash Back } Let it snow [ PV Thomas ]   Ven 6 Jan - 21:38


► { FlashBack } Let it snow ◄
feat. Hans Ackerman



Aujourd'hui c'est Noël. Enfin non, c'est demain Noël, aujourd'hui c'est le réveillon. Le jour où on mange plein de bonnes choses en attendant que Papa Noël arrive. Mais bon c'est ce soir que le Père Noël dépose les cadeaux. J'ai hâte. Cette année j'ai été sage, alors j'espère vraiment que je vais avoir le cadeau que j'ai demandé. Qu'est-ce que j'ai demandé ? Non je le dis pas. C'est comme les vœux faut pas les dire tout haut sinon ça se réalise pas. Il y a que Hans qui sait ce que j'ai demandé au Père Noël, parce que c'est lui qui m'a aidé à écrire ma lettre. Je sais pas encore le faire moi. Et de toute façon j'ai confiance en Hans, je sais qu'il dira rien.

C'est qui Hans ? C'est mon frère. Il s'occupe de moi tout seul depuis que Papa et Maman sont partis au ciel... Je sais que ça doit pas être facile pour lui. Des fois il doit être triste aussi. Moi je suis triste de plus avoir de parents. Mais je suis content que Hans reste avec moi. Martin dit que si Hans veut plus de moi je vais finir à l'orphelinat. Alors je fais tout pour que Hans me garde. Je reste sage, et je travaille à l'école, et je range mes affaires et je l'embête pas quand il est à la maison. Parce que je veux qu'on reste ensemble toujours. Je veux pas aller à l'orphelinat. Je veux pas être tout seul, et je veux pas que Hans soit tout seul non plus. C'est normal que des frères restent ensemble non ? Hans je l'aime trop pour vouloir le quitter. On va vivre ensemble pour toujours, c'est tout !

C'est les vacances, j'ai pas l'école et Hans non plus. Alors pour pas trainer dans ses jambes je joue dans ma chambre avec mes petites voitures. Je les aime bien mes voitures. Elles sont pas neuves, elles ont des bosses et y a des endroits la peinture est parti. Mais je les aime comme ça. C'est Maman qui me les avait offert. Je me souviens pas bien de Papa et Maman. Des fois ça se mélange un peu dans ma tête, et j'oublie un peu comment c'était de vivre tous ensemble. Mais heureusement il y a plein de photos d'eux dans l'appartement, alors je peux pas oublier leurs visages. Des fois j'aimerais bien que Hans me parle d'eux, mais j'ose pas demander. Je veux pas qu'il pense que je l'aime moins que Papa et Maman. Parce que c'est pas vrai. Je l'aime plus que tout. Plus que mes petites voitures, plus que Noël, plus que le patinage même ! Et pourtant j'adore le patinage ! Le patinage c'est trop bien ! Il fait froid mais c'est pas grave, suffit juste de bien se couvrir. En plus maintenant je tombe presque plus !

En ce moment il fait froid dehors aussi. C'est l'hiver, ça veut dire qu'il fait froid, c'est normal. Et en été il fait chaud. C'est la maîtresse qui nous l'a dit. En hiver il neige, c'est joli. Hans aime pas parce que ça salit tout quand ça fond. Mais moi j'aime bien. On peut faire des bonhommes de neige, et des batailles de boule de neige. Pis on peut faire des dessins dans la neige aussi ! Martin dit que son frère sait écrire son nom dans la neige en faisant pipi. Je trouve ça pas propre du tout, mais lui ça l'amuse. Il est bête Martin.

Je suis en train de jouer dans ma chambre quand Hans arrive. J'aime bien, il frappe toujours avant d'entrer. Comme si j'étais un grand. Martin, ses parents ils rentrent dans sa chambre comme ils veulent, mais pas Hans, il frappe toujours. Il est gentil Hans. je relève la tête de mes voitures, et je lui souris.


« Je t’aide à ranger tes voitures et après on va s’habiller ? J’ai pensé que je pourrai t’emmener quelque part aujourd’hui »

Sortir avec Hans ? Oui ! Je suis tout excité d'un coup !

« On va où ? On va faire quoi ?  »

Je veux tout savoir. On sort des fois avec mon frère, mais pas très souvent. Alors forcément, ça me fait toujours plaisir de sortir avec lui. En fait, ça me fait toujours plaisir d'être avec lui, tout simplement. Mais je veux pas trop le coller. Il est grand, il a plein de trucs de grands à faire et je veux pas le gêner. Mais quand on sort, je peux m'accrocher à lui autant que je veux, il dit jamais rien.

Je range mes voitures à toute vitesse, pressé de voir ce qu'on va faire. Hans m'aide aussi. Il faut dire que j'ai sorti toute la collection aussi. Mais c'était le grand rallye il fallait bien que tout le monde participe, sinon c'est pas juste pour les autres. Je prend les voitures et les met dans le coffre à jouet. Bon en vrai c'était pour la lessive avant. Mais on l'a nettoyé et on l'a décoré avec Hans. Les dessins sont pas forcément super, -surtout les miens en fait - mais on l'a fait rien qu'à deux. On s'était bien amusé ce jour là.


« Il faudra bien t’habiller et mettre tes bottes. Il neige dehors, c’est tout blanc…. »

« De la neige ? Trop bien ! »

« Je t’attends dans le hall d’entrée, magne toi ok ? »

Je ramasse mes jouets mais c'est pas facile d'en prendre beaucoup avec mes petites mains. J'espère que je deviendrai aussi grand que Hans un jour. Et comme ça je pourrais l'aider encore plus !

« Je me dépêche ! J'arrive tout de suite ! »

Quand j'ai enfin tout rangé correctement, je rejoins Hans dans l'entrée. Je me pose par terre pour enfiler mes bottes, et j'attrape mon manteau. J'ai un peu de mal à le mettre mais j'y arrive, et voila je suis prêt ! Ah non il faut mettre les gants aussi. Mais ils sont où ? Ah oui dans ma poche. Je les enfile et tout est bon.

« Voilà je suis prêt !  Dis on pourra faire un-... »

-bonhomme de neige... Je me coupe dans mon élan de moi-même. Hans aime pas la neige, c'est sale. Pis c'est pas un truc de grand de jouer dans la neige. Je vais pas l'embêter avec ça. Je pourrais toujours en faire un à l'école si il y a encore de la neige quand on reprendra.

J'attrape la main de mon frère et tire dessus, sans le faire bouger pour autant. Il est bien plus fort que moi Hans. Mais je mange ma soupe et bois mon lait, alors bientôt je serais aussi fort que lui !


« Allez on y va ! Je veux voir les guirlandes dehors ! La boulangère en bas a dit qu'elle allait faire une jolie décoration pour sa vitrine, je veux voir ça aussi.  »





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Ackerman
France
France
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: Re: { Flash Back } Let it snow [ PV Thomas ]   Sam 7 Jan - 11:42


► { FlashBack } Let it snow◄
feat. Thomas Ackerman



Il faut que tout soit parfait aujourd’hui. Du moins c’est ce que j’aimerai… Les deux noël précédents ont tellement étaient pourris que j’aimerai offrir à Thomas un Noel digne de ce nom. Après tout en entend que ça partout… Noël, Noël, Noël….Et puis Thomas est encore à un âge où tout est fabuleux. Je sais qu’il attend avec impatience l’arrivée du Père Noel. Nous avons même préparé sa petite liste ensemble. Y avait pas grand-chose dessus en fait…. Au moins je n’ai pas eu à me prendre la tête des heures durant pour savoir quoi choisir…. En vérité, il n’a mit que trois choses : Des patins à glace, des cartes à collectionner Pokemon ( parait que c’est la grande mode dans les cours d’école…. A mon époque c’était les Pog et les billes ! J’en avait toute une palanquée ! ) et des chocolats…  

On a préparé le sapin ensemble la semaine dernière. C’est le même sapin depuis des années. Il est artificiel mais les branches ne sont pas trop tordues. La décoration est dans les tons bleus et argentés. Mon petit frère a adoré accrocher les boules dans le sapin. C’est pas très harmonieux parce qu’il a tout concentré au même endroit mais je n’ai rien touché et l’ai laissé faire comme il voulait. Il était tout fier. J’ai du le porter pour qu’il accroche l’étoile dorée au sommet du sapin. Le soir il aime bien quand je laisse l’appartement dans le noir pour l’éclairer uniquement des lumières clignotantes de la guirlande électrique enroulée dans le sapin. Ses yeux dorés brillent d’émerveillement. Il vient me rejoindre dans le canapé et je le prends dans mes bras. On se perd dans la contemplation lumineuse de notre beau sapin alors que Thomas me parler de sa journée à l’école, de ce qu’il a appris ou fait avec Martin, son meilleur copain.

Au magasin en bas de chez nous ils vendaient des calendriers l’avent. Pour la première année j’en ai acheté un à Thomas. Je connais que trop bien son addiction au chocolat. Bah… Je vais pas lui jeter la pierre j’aime plutôt ça aussi. D’un autre coté faut être con pour pas aimer le chocolat ! Alors tous les matins depuis le premier décembre, la première chose qu’il fait en sautant de son lit c’est d’ouvrir la petite porte de son calendrier. Ce matin en revanche, c’est avec ma moue de chien battu qu’il s’est pointé vers moi. Il venait d’ouvrir la toute dernière porte et bien que le chocolat soit énorme comparé aux autres, cela ne faisait qu’une maigre consolation pour le petit gourmand qu’il est… Heureusement que j’ai prévu de glisser un sachet de chocolat sous le sapin….


Je me rends compte que je ne passe peut être pas assez de temps avec Thomas. Je passe mon bac cette année et j’ai pas envie de le foirer. J’essaie de faire de mon mieux pour concilier mes études et mon nouveau statut de frère/papa. Au bahut, personne ne sait que j’élève mon frère. De toute façon j’ai pas d’ami. Je reste dans mon coin au fond de la classe et ça me va bien. Personne pour me faire chier ou me poser des questions auxquelles je n’ai aucune envie de répondre ! Qu’on me foute la paix, c’est tout ce que je demande. Mes notes sont plutôt correctes. Je ne suis pas dans les têtes d’ampoules qui gravitent au sommet du classement des meilleurs élèves. Je ne suis pas un cancre non plus. Je vivote dans le ventre mou de la classe. 12 de moyenne franchement je m’en sors pas trop mal. Je gère en français, en anglais… J’explose tout en allemand. Je me fais même grave chier en classe et la prof est une vieille conne qui pue de la gueule et qui, comme par hasard, se sent obligée de venir coller sa bouche contre son visage à chaque fois qu’elle s’adresse à moi. «  Ackerman, encore en train de rêvasser pendant mon cours ? » C’est bon… ferme là vieille bique ! Je rêvasserai plus quand tu seras capable de m’apprendre quelque chose. En attendant je m’en branle pas mal de ce que tu baves dans un allemand scolaire et pitoyable. J’ai 19 de moyenne, je suis né à Stuttgart et j’y ai grandis onze ans. C’est quand tu veux que je t’apprends l’allemand ! J’ai même réussi à l’apprendre à Thomas ( même si c’est encore un peu brouillon… il mélange les deux langues dans une même phrase )  alors qu’est ce que tu me les casse ?

Enfin, là Thomas est tout excité à l’idée d’aller promener. Faut dire qu’il ne devait pas s’y attendre. Il devait penser qu’on resterait tranquillement à la maison jusqu’à l’heure de passer à table pour le réveillon. Mais non… Pas cette année. Je veux qu’il soit heureux, qu’il sourit, qu’il s’émerveille et qu’il rit. Ça sera mon cadeau de noël à moi.

« On va où ? On va faire quoi ?  »

«  Si je te le dis ça ne sera plus une surprise »

Je l’aide à ranger encore un peu ses voitures en bordel et puis je sort de sa chambre. Comme tous les mioches de son âge il aime la neige. C’est un truc que je comprendrai jamais je crois. Y a pas plus chiant de la neige. Ca colle aux fringues, ça fond et traverse les vêtements, c’est ultra froid et ça fait «  scritch » à chaque fois qu’on marche dedans. Mais Thomas, lui, ça l’éclate…. J’comprend pas.


« Je me dépêche ! J'arrive tout de suite ! »


Je suis sorti de sa chambre en laissant la porte ouverte. Le chauffage s’est déclenché et il souffle son air chaud partout dans l’appartement. Je n’aime pas trop quand Thomas ferme la porte en hiver, j’ai toujours peur qu’après il fasse froid dans sa chambre. Maman me disait la même chose avant…

Je passe par le salon pour me rendre dans le hall d’entrée. Mon regard s’arrête sur un meuble où repose des photos. Ça pince toujours au cœur quand je revois ces clichés. Mon père, ma mère, Thomas et moi…. Je tends ma main et prend le cadre pour l’approcher de mon visage. Il m’arrive d’avoir peur d’oublier comment était mes parents. Le regard gris de ma mère. Les cheveux noirs de mon père. Sur la photo, tout le monde sourit, moi y compris. J’ai l’impression que le gamin que je vois ce n’est pas moi. C’est quelqu’un d’autre. C’est un gosse qui aimait la vie et qui en profitait sans se poser que question. Maintenant… Cette vie je la déteste. Il n’y a qu’une seule et unique chose à laquelle je tiens plus que tout et c’est Thomas.

L’orphelinat ? Et mon cul c’est du canard laqué ! Quand nos parents sont morts l’assistante sociale a essayé de nous séparer. Thomas placé en famille et moi dans un centre d’accueil ? D’la merde ! Jamais je ne me séparerai de mon frère ! Je préfère en chier chaque jour durant et pouvoir l’avoir à mes côtés ! C’est peut être égoïste… j’sais pas. Des fois je me dis que la vie de Thomas serait moins difficile dans une autre famille. Il n’aurait pas à porter de vieux vêtements. Il n’aurait pas de vieux jouets. Il y aurait quelqu’un à la maison quand il sort de l’école. Il aurait une pseudo maman pour lui faire des câlins… parce que moi, les câlins, j’sais pas faire…. Je sais juste les rendre à Thomas quand il m’en demande. Mais je ne sais pas lui en donner… Ouais… Je crois qu’en fais ce n’est pas thomas qui ait besoin de moi. C’est moi qui ait besoin de Thomas. Egoïste….

Mon petit frère arrive dans le hall d’entrée tout emmitouflé. On dirait le bonhomme blanc de chez Michelin ! Il a mis un gros manteau, ses bottes fourrées bien chaudes, un bonnet surmonté de sa capuche et une paire de moufle dans lesquelles cacher ses petites mains.

« Voilà je suis prêt !  Dis on pourra faire un-... »

Je met mon manteau et je me baisse pour lacer mes chaussures. Je relève la tête pour le regarder

« Un bonhomme de neige ? »


Normal qu’il ait envie de ça. Tous les gosses veulent faire des bonhommes dans la neige. Perso je trouve ça super chiant et de se geler les mains à faire rouler les boules pour qu’elles grossissent. Mais comme je suis quand même le frère le plus cool du monde ( fermez vos gueules on vous a pas sonné, vous ! ), je ne peux résister.

« Si tu veux. Mais on fera ça demain plutôt. Là il va faire nuit et si on fait le bonhomme de neige maintenant il sera trop tard pour l’endroit où je voulais t’emmener. Mais demain, on en fera un, promis »


Promis…
C’est un mot sacré entre nous. Un peu comme un code d’honneur ou je sais pas comment le décrire. Mais quand l’un ou l’autre dit «  promis » on sait que c’est quelque chose qu’on ne doit pas trahir. Si je lui ai dit que demain nous ferons un bonhomme et bien, nous le ferons ! De toute façon Evelyne Dhéliat a annoncé de la neige toute la semaine à la météo… j’en pisse de joie…

« Allez on y va ! Je veux voir les guirlandes dehors ! La boulangère en bas a dit qu'elle allait faire une jolie décoration pour sa vitrine, je veux voir ça aussi.  »

Je prends une écharpe et je l’enroule autour du cou de Thomas. J’ouvre la porte de l’appartement et je prends soin de la fermer à clés. C’est bon, j’ai rien oublié. J’ai mon portemonnaie et j’ai été tirer du liquide au cas où.

Je prends la main de Thomas dans la mienne et on sort de l’appartement

« Ouais… je suis passé devant sa vitrine hier. C’est super joli, elle a fait comme un village de noël »


La boulangère est une personne bien. Elle a été touchée d’apprendre la morts de nos parents. Et depuis, elle n’hésite pas à nous donner souvent des gâteaux ou des viennoiseries. Je vais pas m’en plaindre. Non seulement c’est trop bon mais en plus Thomas était heureux comme tout quand elle nous file des trucs au chocolat. Je fais souvent genre de pas aimer pour lui laisser ma part. Le matin quand on part à l’école, elle nous attrape souvent pour nous filer un croissant ou un escargot aux raisins. C’est trop bon ça, les escargots aux raisins… J’en boufferait sur la tête d’un pouilleux !

On arrive devant la boutique en question. Ca clignote, ça brille, c’est beau. Je serre la petite main gantée de Thomas dans la mienne et je le laisse profiter du spectacle qui émerveille son regard. Il n’est pas le seul mioche à s’extasier devant la vitrine de la boulangerie.

«  On y va ? »

J’attends son feu vert pour me remettre en marche. Le froid et tellement piquant que mes joues rougissent davantage. J’aurai peut-être du mettre un bonnet moi aussi…. Quand j’expire, une petite vapeur s’échappe de mes lèvres. Je tourne la tête vers Thomas, j’espère qu’il n’a pas trop froid. Je ne voudrai surtout pas qu’il tombe malade pendant les vacances. Ça serait nul

« Ca va ? T’as pas trop froid ? »

De toute façon je sais que même s’il se les pèle il démentira. Rien que pour continuer un peu plus la balade.

Je l’entraine vers la station de métro. On habite dans le treizième arrondissement de Paris. Ce qui est cool c’est qu’on n’a pas besoin de faire trente-six changements pour rejoindre le centre de la capitale ! A cette heure-ci, les rames de métro sont surchargées. Les gens quittent le travail plus tôt pour rentrer chez eux se préparer. Il faut être tout beau et pomponné pour se faire péter ventre au foie gras et saumon fumé….

Je garde Thomas tout contre moi. Je le protège de mes bras et lui évite de trop être bousculé. Dès qu’un siège libre se libère, je le fait s’assoeir tout en restant à ses côtés. J’ai toujours l’impression que les gens nous regardent bizarrement… Ils regardent Thomas, ses yeux dorés et particuliers. Ca les emmerde que Thomas aient ses yeux là. Parce qu’ils ne sont pas communs. Mais moi, je les trouve magnifiques ses yeux.

«  On descend à la prochaine »

Le train se remet en route pendant encore quelques minutes. A la prochaine station je prends la main de Thomas et je nous fraie un passage pour qu’on sorte de là. J’aime pas le métro ! Trop de gens qui respirent le même oxygène. Trop de microbes aussi ! Les barres métalliques servant à se tenir doivent être encore plus dégueu que la cuvette d’un chiotte public ! Et puis les tunnels des stations de métro ça pue ! et c’est dégueulasse… plein de chewing gum collé par terre, plein de détritus… Je suis bien content de sortir à l’air libre ! Je sors de ma poche une petite fiole de gel hydroalcholique et je m’en verse sur les mains. Faut désinfecter…

Je vois au regard de Thomas qu’il s’interroge. Il ne sait pas où je l’emmène et il regard partout autour de lui à la recherche d’un indice. Une idée me vient soudainement à l’esprit ! Je me place derrière lui et je me penche en avant. Je plaque mes mains sur ses yeux pour l’aveugler

« Avance tout doucement. Laisse-moi de guider ok ? »

On avance, doucement, prudemment. Je garde mes mains sur son visage alors qu’on approche du magnifique marché de Noel situé aux pieds des Champs Elysées. Alors que la nuit est tombée, la plus belle avenue du monde brille de ses plus jolis habits de lumière. Même moi je trouve ça beau… c’est dire. Et puis tout en bas de cette belle avenue se trouve une multitude de chalets en bois recouverts de neige. Il y a de la musique, des guirlandes et la délicieuse odeur sucrée des churros.

Je positionne Thomas à l’entrée du marché de Noel puis soudainement je retire mes mains. Je ne dis rien. Je le laisse profiter de ce qui s’offre sous ses yeux. C’est la première fois qu’il va a un marché de Noel. Je ne sais pas trop si ça lui plaira ou pas. Mais même moi j’ai l’impression de redevenir un peu un gamin face à tant de choses à voir. Le regard pétillant de Thomas est un véritable cadeau pour moi. C’est peut-être ca la magie de noël non ?



Kuroko's Basket RPG

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Ackerman
France
France
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: { Flash Back } Let it snow [ PV Thomas ]   Lun 9 Jan - 19:13


► { FlashBack } Let it snow ◄
feat. Hans Ackerman



Martin dit qu'il a plein de jouets chez lui. C'est bien pour lui. Moi j'en ai peut-être pas beaucoup mais je m'en fiche. De toute façon je préfère passer du temps avec Hans. Et justement on va sortir à deux ! Il veut pas me dire où, c'est une surprise. J'aime bien les surprises, mais des fois elles sont pas toujours bonnes. Mais avec Hans je sais que ça sera forcément bien, rien que parce qu'on sera ensemble déjà. Alors je me dépêche de tout ranger mes jouets. Hans aime pas quand je laisse trainer mes affaires, même si c'est dans ma chambre. Bon des fois j'oublie de ranger, c'est vrai. Mais pas souvent !

Je suis tellement content de sortir que je demande presque à Hans de faire un bonhomme de neige avec moi. Mais il aime pas ça, alors je m'arrête, je veux pas le forcer à faire des trucs qu'il aime pas. Mais Hans des fois on dirait qu'il sait ce que je pense, parce qu'il me dit qu'on en fera un demain. Y a des grand frères, des fois ils disent qu'ils feront quelque chose plus tard, mais le font pas. C'était juste pour se débarrasser de leur petit frère ou sœur. Hans est pas comme ça. En plus quand il promet quelque chose, je sais qu'il va le faire. On se ment jamais tous les deux. Déjà parce que c'est pas bien de mentir -mais bon des fois je le fais avec Marie-Louise, quand elle me colle de trop. La dernière fois je lui ai dit que j'avais des poux pour pas qu'elle s'assoit à côté de moi à la cantine- et aussi parce que la maitresse  dit que dans une famille il faut se faire confiance. Et que si on ment, on peut plus avoir confiance.

« D'accord on fera demain alors ! Un grand bonhomme ! Plus grand que toi et moi ! Et on lui mettra une carotte pour faire son nez !  »

J'imagine déjà la taille du bonhomme, il va être énorme ! Je voudrais déjà être demain, mais aujourd'hui c'est la surprise de Hans. Allez on se dépêche alors ! Ah, j'avais oublié une écharpe, alors Hans me la met avant qu'on sort. On se donne la main en sortant et j'aime bien ça. Martin dit qu'il est trop grand pour donner la main maintenant. Des fois je me dit qu'il est vraiment bête ce garçon. Mais bon, c'est mon copain. Moi j'aime bien quand Hans me donne la main. Déjà parce que ça m'empêche de trébucher et de tomber par terre. Mais aussi parce que du coup je me sens pas tout seul. Je suis sur de pas le perdre comme ça.

«  Un village de Noël ? On en a un à l'école. Mais il est pas très beau. Et il sent bizarre aussi. La maitresse a trouvé une capote dedans, je l'ai entendu le dire au directeur. C'est quoi une capote ?  »

Une fois sorti du bâtiment on se retrouve directement devant la boulangerie. J'ouvre tout grand les yeux.

« C'est trop beau... »

Il y a le village, il y a des lumières qui clignotent, il y a des petits bonhommes et des faux flocons de neige. C'est beaucoup mieux que celle de l'école, c'est certain. Je reste en admiration devant la vitrine, sans faire attention aux gens autour. Si j'avais pas la main dans celle de Hans j'aurais surement été coller mon nez sur la vitre comme les autres enfants. Mais c'est pas bien de faire ça, surtout que c'est pas moi qui la nettoie cette vitre, enfin c'est surement ce que Hans dirait. Je ne sais pas combien de temps on reste là, à regarder les lumières, mais Hans me tire de ma rêverie. C'est vrai, on doit aller voir sa surprise !

« Allez, on va à la surprise ! Tu veux toujours pas dire c'est quoi ?  Dis où c'est au moins ? »

On marche, mais je sais pas où on va. J'aime pas ne pas savoir où aller. Enfin si je suis avec Hans je m'inquiète pas.

« Non j'ai pas froid, ça réchauffe de marcher ! Et toi, ça va ? T'as même pas mis de gants ! »

Quand on arrive au métro je fais une grimace. J'aime pas le métro, le bus non plus, mais le métro c'est pire. Les adultes font pas attention à moi et des fois je me prend des coups de sac dans la figure. En plus ça sent pas bon. La dernière fois y avait un monsieur qui sentait vraiment pas bon j'ai cru que j'allais vomir. Hans non plus aime pas trop le métro, même si lui il est plus grand que moi. Mais je l'entend tout le temps râler à cause des microbes.

Pendant tout le trajet, je me colle contre mon frère pour éviter les autres gens. Hans fait toujours de son mieux pour me protéger, c'est vraiment le meilleur grand frère du monde. Heureusement le trajet ne dure pas trop trop longtemps et on est bientôt arrivé. Je ne sais pas où on est, je reconnais pas cette station de métro. C'est pas celle qu'on prend d'habitude. Alors forcément quand on sort je regarde partout pour trouver la surprise de Hans. Mais il me cache les yeux ! Je ris un peu, c'est marrant. J'ai pas peur de tomber si je suis avec Hans, je sais qu'il va faire attention. Je m'accroche quand même à ses poignets pour être sur. Et puis il enlève enfin ses mains et je peux ouvrir les yeux.


« Wow... »

C'est grand. C'est beau. Ça scintille. Je sais pas quoi dire. Je me tourne vers Hans, des étoiles plein les yeux.

« C'est ça ma surprise ? On va la ? »

Je me jette dans les bras de mon frère. Il a fait trop fort Hans.

« Merci ! Merci Hans !  »

J'ai tellement hâte d'aller voir tout ce qu'il y a sous nos yeux.

« On dirait un village magique ! Tu crois qu'on va voir le Père Noël ? Ou des lutins ? »

Je suis tellement excité que j'arrête plus de parler. Je fais pas exprès mais des fois quand je suis trop content je m'arrête plus. Hans dit que je peux être une pipelette des fois.
Je veux tout voir ! Vite ! Et puis ça sent bon, pas comme dans le métro. Sans faire attention aux gens autour, je m'élance vers l'entrée... Et je me prend les fesses de quelqu'un en plein visage.


« Aie ! »

C'est pas facile la vie quand on est petit. Vivement que je grandisse !








_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Ackerman
France
France
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: Re: { Flash Back } Let it snow [ PV Thomas ]   Jeu 12 Jan - 15:09


► { FlashBack } Let it snow◄
feat. Thomas Ackerman



J’aime pas l’instit de Thomas. Mademoiselle Legrand qu’elle s’appelle. Et non, aucun rapport avec un supposé complexe d’infériorité en rapport avec ma petite taille. Déjà je suis pas petit. C’est le monde qui est trop grand. Et puis, Melle Legrand est un titan ! Un vrai ! Du haut de son mètre soixante-quinze, elle me toise déjà quand elle est avec ses chaussures plates. Mais quand en plus elle se sent obligée de mettre des talons aiguilles pour que mon regard arrive pile au niveau de ses boobs joliment dévoilés par son décolleté…. Ça fait gerber !!! Je suis sure qu’elle le fait exprès ! Avec ses cheveux blonds et son petit minois de première de l’école toute fraichement diplômée, je mets ma main à couper qu’elle essaie de me pécho. Mais je suis pas intéressé. Je l’aime pas. Elle me fait chier. Et je déteste le patchouli dont elle empeste toute l’école dès qu’elle traverse un couloir…. J’aimerai bien qu’elle se torde la cheville un jour pour voir tiens !

En fait, si je l’aime pas, c’est surtout parce qu’elle ne peut s’empêcher de me faire des leçons de moral ou de me dispenser des conseils bateaux sur la façon avec laquelle je dois élever Thomas. « Hans, vous devriez faire attention à votre langage. Thomas dit des gros mots à ses petits copains vous savez… » Ouais je sais connasse et alors ? Non en vrai… Elle a raison. J’essaie de faire attention quand il est dans le coin mais dès que je suis trop énervé j’ai du mal à me contrôler…

Elle me dit tellement d’autres choses qui ne me plaisent pas. Comme, par exemple, que Thomas est attardé sur le plan émotionnel. Elle le trouve pas assez ouvert aux autres, trop exclusif et dépendant de moi. Au niveau des jeux et de ses centres d’intérêt, de son vocabulaire et de sa sociabilisation… En gros, si je l’écoutais, rien ne va chez mon petit frère et j’en serai la principale cause. Parce que je l’étouffe, parce que je ne sais pas le laisser faire ses propres découvertes et expériences, parce que je ne lui offre pas le milieu familial dont il a besoin… Ca m’énerve ça ! Sous prétexte que je suis jeune j’en prends plein la gueule ! Je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour rendre Tomas heureux ! Mais c’est tellement sympa de la part de cette instit de me faire comprendre que mes effort sont vains et inefficaces… J’m’en fou pas mal moi, que Thomas soit un peu en retard par rapport à ses copains, je l’aime tel qu’il est ! Et je l’aimerai toujours de cette manière-là

«  Un village de Noël ? On en a un à l'école. Mais il est pas très beau. Et il sent bizarre aussi. La maitresse a trouvé une capote dedans, je l'ai entendu le dire au directeur. C'est quoi une capote ?  »

Mes yeux s’écarquillent en regardant Thomas. Est-ce que j’ai bien entendu ? Une capote ? HA BAH PUTAIN ELLE EST BELLE L’EDUCATION NATIONALE !!!!! Haaaa ! Je suis choqué !! Et après on me fait des remarques sur la façon avec laquelle j’éduque Thomas ? En attendant moi je laisse pas trainer mes capotes partout !!! T’facon j’en utilise pas… enfin je veux dire…. J’en ai pas encore eut l’utilité….enfin…oh pis merde

Bon je ne peux décemment pas expliquer le sens réel d’une « capote »… Il a de trop chastes oreilles…

« Euh…. C’est… Tu vois les voitures sans toit ? Et bien voilà, le toit qui se plie et se déplie, c’est une capote ! C’est pour ça qu’on appelle ce genre de voiture des décapotables »

Ne jamais mentir à un gosse… Mademoiselle Legrand devrait être fière de ma petite explication biaisée. J’espère juste que Thomas va bien croire à la possibilité d’une capote de voiture dans le village de noël. D’un autre coté il croit au père noël et a ses rennes volants alors j’ai bon espoir….

« Allez, on va à la surprise ! Tu veux toujours pas dire c'est quoi ?  Dis où c'est au moins ? »

Thomas a toujours été un enfant curieux. Et ça me faire sourire de voir qu’il cherche a tout prix de savoir où j’ai prévu de le conduire. Ca me colle aussi un peu la pression. Si ca se trouve le marché de Noel n’est pas une bonne idée. Il s’attends peut être à quelque chose de grandiose genre… Disneyland ! Je sais qu’il rêve d’y aller…. Il me l’a déjà dit. Je me suis renseigné sur le prix des places et c’est loin d’être donné ! Sans compter qu’il faut compter les extras une fois à l’intérieur… Mais je me suis fait la promesse de l’y amener l’année prochaine ! Je ne serai plus à l’école, je bosse comme un fou pour avoir une bonne note au bac et trouver un bon job après le lycée. Entre mon salaire et les subventions qu’on touche, je pourrai sans doute lui offrir ça !

«  Non je ne dirai rien. Tu veux vraiment savoir où c’est ? C’est à Paris ! »

Tu parles d’un indice …. On habite Paris et la capitale est tellement grande qu’elle regorge de pleins de choses à voir. Mais rien qu’en lui fournissant ce maigre élément je sais que ça va un peu calmer sa curiosité. Il va arrêter de me demander toutes les deux secondes où on va pour se concentrer sur des recherches dans sa petite tête brune.

Le froid est un peu plus piquant que ce que j’avais pensé. Je regarde si Thomas est assez couvert et emmitouflé. Je crains vraiment qu’il prenne froid. Il ne tombe pas souvent malade mais lorsque ca arrive c’est toujours assez costaud. Fièvre tellement forte qu’il lui arrive de délirer, toux, pleurs… J’ai horreur de le voir ainsi. Je me sens impuissant et misérable de ne pas pouvoir l’empêcher de souffrir. Je tomberai malade à sa place si c’était possible

« Non j'ai pas froid, ça réchauffe de marcher ! Et toi, ça va ? T'as même pas mis de gants ! »

C’est vrai, je n’ai pas pensé à prendre des gants. Mais je n’ai pas froid aux mains pour le moment. C’est davantage aux pieds que ça caille. Contrairement à Thomas qui a mis une bonne paire de bottes fourrées, je n’ai que mes chaussures montantes ordinaires pour marcher dans la neige.

« T’en fais pas, je n’ai pas froid du tout »

Il semble un peu rassuré. On va prendre le métro et même si c’est nauséabonde la dedans ça nous coupe un peu du froid. Mes oreilles ont le temps de se réchauffer les petits flocons de neiges blancs qui tombaient dans mes cheveux noirs ont le temps de fondre. Le suis bien content que le temps en métro passe rapidement. Pas de changement à faire et Thomas a trouvé une place pour s’assoir. Que demander de plus hein ?

Et bien j’aurai pu demander qu’il neige pas ! Ça aurait évité aux mecs de la ville de rependre du sel partout et donc de faire fondre la neige en une espèce de masse dégueulasse et brune qui colle à mes godasse et qui éclabousse le bas de mon jeans…. Ça va faire des petits points blancs qui vont être chiants à lessiver. Super.

Mais nous sommes enfin arrivés ! Et je dois avouer que sans la neige la magie n’aurait pas été complète. Là, c’est parfait. Vraiment ! La petite musique de noël qui résonnent des hauts parleurs disséminés aux quatre coins du marché de noël donnent une ambiance presque féérique. J’ai caché les yeux de Thomas parce que je voulais le surprendre. Je voulais qu’il se croie soudainement arrivé dans un autre monde, un autre pays. Je vois à son regard pétillant de malice et de joie que je suis parvenu à mes fins. Il n’y a rien qui me fasse plus plaisir à cet instant que le sourire de ce gamin. Quand il se jette dans mes bras j’ai la confirmation qu’il est content. Et une petite partie de moi est soulagée et fière. J’ai réussi ! J’ai réussi à lui faire plaisir et à le faire sourire un soir de Noel là où les deux précédentes années c’était plutôt des larmes qui coulaient de ses yeux. Finalement, en dépits de tout ce que disent les gens, je suis peut-être pas si nul que ça pour élever Thomas… peut être un peu maladroit par moment. Et peu démonstratif souvent…

« On dirait un village magique ! Tu crois qu'on va voir le Père Noël ? Ou des lutins ? »

Thomas n’arrête pas de parler, il gigote, il ne tient plus en place. Il est toujours comme ça quand il est excité. Je ne peux pas lui en vouloir, je me sens un peu euphorique aussi. Je m’applique simplement à ne pas le monter.

« C’est possible ouais… Un village magique sans Père Noël, c’est pas vraiment un village magique tu crois pas ? Mais ces lutins ne seront sans doute pas là…. Ils ont du boulot pour livrer tout le monde ! »

Le baisse la tête et le regarde alors que nous avançons vers l’entrée du marché de Noel

« Tu crois que nos cadeaux sont prêts ? »

L’année dernière, au pied de notre sapin, il n’y avait que des cadeaux pour Thomas. Je ne m’étais rien pris pace que je n’en avais aucune envie ni utilité. Mais je n’avais pas songé à un petit détail : la sensibilité de Thomas. En voyant qu’il n’y avait que des cadeaux pour lui et rien pour moi, il s’était mis à pleurer. Il ne comprenait pas que le Père Noel m’ait oublié. Il m’a répété que j’avais été sage et que ce n’était pas normal.

Sincèrement…. Ça m’a bouleversé. Je n’avais pas songé une seule seconde qu’il pourrait réagir ainsi. Je pensais que, comme tous les enfants, il penserait à ses jouets tout nouveaux. Et non pas à son grand frère qui avait passé l’âge de croire aux contes de Noel. Mais non, loin d’être égoïste, Thomas m’a offert sa boite de chocolats pour ne pas que j’ai aucun cadeau… Pourtant il aime ça les chocolats. Je crois que c’est le cadeau de noël le plus beau que j’ai reçu. J’ai eu beau vouloir partager avec lui, il a refusé catégoriquement en décrétant que c’était mes chocolats à moi tout seul… Et après on ose me dire qu’il est pas assez mature pour son âge ? Vous en connaissez beaucoup vous des mioches qui ferez ça ?

Cette année j’ai pas fait le con. J’ai prévu un truc pour moi sous le sapin plus pour éviter la crise de larmes qu’autres chose. Je me suis quand même fait un peu plaisir à l’occasion. J’ai flashé sur une jolie veste de la marque Kaporal. J’aimais sa couleur vert foncé, la coupe, le style. Alors je l’ai acheté, emballée, et elle rejoindra les paquets prévus pour Thomas et qui dorment tout en haut de mon armoire dans un coffre recouvert d’un draps

Perdu dans mes souvenir je ne réalise que trop tard que Thomas m’a lâché la main pour courir vers les premiers chalets. J’ai horreur quand il fait ça ! Il peut tomber ou se perdre…. Ou être kidnappé !

« Thomas !! »

Se me précipite à sa suite et je le vois s’emplafonner dans un mec. Je lui saisis immédiatement la main et l’entraine un peu à l’écart

« Hey ! Tu restes avec moi et tu me donnes la main. Il y a plein de monde et j’ai pas envie de te perdre. Si tu veux voir un truc il te suffit de demander et j’y emmenerai. Mais ne cours pas comme ça »

Je calle bien sa main dans la mienne. Il y a tellement de choses à voir ! Les étales sont assez hautes et j’ai bien conscience qu’avec sa taille de moucheron Thomas ne doit pas voir grand-chose de ce qui est exposé. Je lui lâche la main et je me met accroupi devant lui

« Allez grimpe microbe ! Je te porte pour que tu vois un peu »

J’attends qu’il passe ses jambes autour de ma taille et ses bras autour de mes épaules. Je le soutiens pas dessous ses cuisses pour pas qu’il glisse. Voilà, comme ça il peut pleinement profiter ! On avance doucement et je suis chacune de ses directives. On regarde les grosses boules de noël énormes et peintes à la main. Des jouets en bois, des trains électriques, des suspensions lumineuses, des bougies, des serviettes brodées, des bijoux….. Et tellement de bonnes choses à manger ! Les odeurs alléchantes nous arrivent de partout ! Des gaufres au sucre perlé, des churros, des petits beignets ronds qu’ils appellent croustillons, des chocolats chauds, des marrons…. Des stands de guimauve, de nougats, de bonbons….. Je mentirai si je disais que je n’ai pas l’eau à la bouche…

Finalement, je m’arrête devant un chalet. Je tourne la tête sur le côté pour regarder en biais mon petit frère

« Tu veux manger quelque chose ? Tu n’as pas gouté avant de partir… »



Kuroko's Basket RPG

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Ackerman
France
France
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: { Flash Back } Let it snow [ PV Thomas ]   Mer 18 Jan - 17:28


► { FlashBack } Let it snow ◄
feat. Hans Ackerman




J'aime bien Noël. Les gens font des efforts pour mettre des lumières, des guirlandes et tout plein de décorations. Bon des fois c'est un peu raté, mais la plupart du temps c'est super beau. Et dans la catégorie raté, on a le village de noël de l'école. Ça se voit qu'il est vieux, le petit jésus a perdu sa tête, mais quelqu'un lui a recollé. Le mouton blanc est plus très blanc non plus. Mais au moins on a quelque chose à mettre pour noël, c'est déjà ça. Quand je demande à Hans ce que c'est une capote il a l'air surpris. Et quand il m'explique c'est à mon tour d'être surpris.

« Qu'est-ce que ça faisait dans le village alors ? Il y avait pas de voiture à cette époque... »

C'était peut-être quelqu'un qui l'avait mal rangé. Bizarre. Mais bon, j'ai d'autres choses à penser. Comme la surprise qui m'attend ! J'aime bien les surprises, pas comme Hans. En fait Hans et moi, on aime pas souvent les mêmes choses... Des fois je me demande comment ça se fait qu'on soit si différent puisqu'on est frère. Mais c'est pas grave, même si on aime pas les mêmes choses, Hans je l'aime comme il est. C'est le meilleur grand frère qu'on peut avoir !
J'ai beau demandé où on va, il veut rien me dire. Paris...


« Mais Paris c'est trop grand ça !  »

Je risque pas de trouver où on va avec ce genre d'indice. Je crois que c'est le but en fait. Je fais semblant de ronchonner un moment, mais en vrai je suis trop excité. J'ai tellement hâte que je sens même pas le froid. Pis je suis bien couvert contrairement à mon frère. Il fait toujours attention à moi, à ce que j'ai mes gants, mon bonnet, mon écharpe, mais lui il fait souvent le contraire. Je sais qu'il a des gants, mais il les a même pas pris. J'espère qu'il va pas attraper froid, ça serait dommage quand même. Je peux même pas lui prêter mes gants vu la taille de ses mains.

Quand on arrive enfin devant ma surprise, j'ai juste envie de pousser des cris tellement je suis content. Je le fais pas parce que c'est pas poli et que je veux pas faire honte à mon frère, mais je crois que ça se voit quand même. Un vrai village de noël ! Peut-être même qu'on verra le père noël ! Ça serait tellement bien ! Je sais qu'il a surement plein de travail pour ce soir, mais je l'ai jamais vu en vrai encore. Je peux pas m'empêcher de poser la question à Hans, peut-être que lui il sait si le père noël ou ses lutins seront la, vu que c'est lui qui m'a amené ici.


« C’est possible ouais… Un village magique sans Père Noël, c’est pas vraiment un village magique tu crois pas ? Mais ces lutins ne seront sans doute pas là…. Ils ont du boulot pour livrer tout le monde ! »

Je regarde Hans, comme s'il venait de dire la plus grosse bêtise au monde. C'est pas loin de ça en fait.

« Mais c'est pas les lutins qui livrent les cadeaux ! C'est le père noël ! Avec son traineau magique, et ses rennes magiques ! Les lutins ils fabriquent les cadeaux seulement.  »

Le pauvre, s'il sait même pas ça, je sais pas comment il fait pour s'en sortir à l'école.

« Tu crois que nos cadeaux sont prêts ? »

Je saute un peu sur place, je peux pas m'en empêcher cette fois.

« J'espère oui ! J'espère que cette année le père noël oubliera pas ton cadeau... T'as bien été sage hein ! Toi aussi tu dois avoir un cadeau. Sinon moi non plus j'en veux pas !  »

L'année dernière Hans a pas eu de cadeau. Pourtant il avait été sage toute l'année, alors j'ai pas compris. J'étais tellement triste pour lui, je lui ai donné mes chocolats. C'était pas grand chose, mais ça lui a fait plaisir quand même. Si cette année il a toujours pas de cadeau j'irai voir le père noël pour avoir des explications, parce que c'est pas normal. Martin est même pas sage et il a toujours pleins de cadeaux à Noël alors y a pas de raison que Hans reçoit rien.

Je suis trop pressé de voir le village alors je lâche la main de Hans et court vers l'entrée, sauf que mon nez rencontre un obstacle en chemin. Un jour je serai grand et c'est les autres qui se prendront mes fesses. Du coup Hans me rejoint et je grimace, j'ai pas envie de me faire crier dessus. J'ai été bête, j'aurais pas du le lâcher.


« Hey ! Tu restes avec moi et tu me donnes la main. Il y a plein de monde et j’ai pas envie de te perdre. Si tu veux voir un truc il te suffit de demander et j’y emmènerai. Mais ne cours pas comme ça »

Je baisse un peu la tête, tout penaud.

« Désolé, je recommencerai plus. Promis. »

Je laisse Hans me reprendre la main sans broncher, j'ai pas envie qu'il décide de rentrer parce que je suis pas sage. Mais avec tous les gens autour c'est pas facile. Les grands font pas attention aux petits autour d'eux, c'est trop embêtant. Et pis je vois pas grand chose non plus à part des jambes et des fesses... Mais heureusement pour moi j'ai le meilleur grand frère au monde !

« Allez grimpe microbe ! Je te porte pour que tu vois un peu »

« Ouais ! Super ! »

Avec un petit cri de joie je grimpe sur le dos de Hans et je lui fait un gros bisou dans le cou. Je le serre pas trop fort pour pas lui faire mal, mais assez quand même pour lui faire un câlin. Maintenant je vois bien tout ce qu'il y a autour de moi et c'est encore plus beau. Il y a plein de cabanes avec des gens qui vendent des choses, des lumières qui brillent, et de la musique aussi. Je suis tellement content que Hans nous a fait venir ici. En plus c'est moi qui décide ce qu'on fait ! Quand je lui montre du doigt un endroit, il y va, et on peut regarder de plus près les décorations et les petites cabanes. Il y a tellement de choses à voir, je sais plus où donner de la tête. Et au bout d'un moment on s'arrête devant une cabane remplie de choses à manger. Je bave presque en voyant tout ça.

« Tu veux manger quelque chose ? Tu n’as pas gouté avant de partir… »

Je bave presque devant toutes les possibilités qui sont devant moi. Je sais pas quoi choisir en fait...

« Toi non plus t'as pas gouté. Tu vas prendre quelque chose ? On partage ? Martin a mangé des croustillons l'autre jour, il dit que c'est trop bon. On prend ça ? Mais si tu veux pas on peut prendre autre chose hein, c'est pas obligé. »

Comme d'habitude je me met à parler à toute allure, et au final je suis même pas sur que Hans comprend tout ce que je raconte... Bon il doit comprendre un peu quand même parce qu'il prend des croustillons. C'est chaud, je dois attendre un peu avant de pouvoir manger. La dame du stand me donne une petite fourchette pour planter dans les grosses boules et je lui fait un petit sourire en la remerciant.
En attendant de pouvoir gouter aux croustillons, j'enfonce mon nez dans le cou de mon frère.


« Dis Hans. Ce soir on pourra laisser un verre de lait et des gâteaux pour le père noël ? J'ai vu ça à la télé l'autre jour. Peut-être que le père noël sera content et oubliera plus tes cadeaux comme ça ? Pis il travaille tellement, il doit avoir faim aussi le pauvre. Il nous ramène plein de cadeaux, mais on lui donne rien, c'est pas très gentil ça. Tu crois qu'on devrait lui faire un cadeau aussi ? Mais j'ai pas d'idée. T'as une idée toi ?  »


Parce que le père noël, il offre des cadeaux à tout le monde, mais qui lui en offre à lui ? La mère noël peut-être ? Ou les lutins.







_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Ackerman
France
France
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: Re: { Flash Back } Let it snow [ PV Thomas ]   Mer 18 Jan - 22:54


► { FlashBack } Let it snow◄
feat. Thomas Ackerman



« Qu'est-ce que ça faisait dans le village alors ? Il y avait pas de voiture à cette époque... »

Décidément Thomas a toujours été un gamin perspicace. Il était même drôle de constater à quel point il était facile de le berner sur des choses stupides comme l’existence du Père Noel, et à contrario, de voir quelle méfiance il pouvait émettre sur des sujets plus abstraits comme la présence d’une capote de voiture dans une crèche de noël…

Je ne relève pas. J’ai pas envie de me perdre dans des explications compliquées sur la théorie possible d’une capote en plein Jérusalem miniaturisé. Mais la maitresse aura intérêt de m’expliquer ! Parce que je vais aller te la gauler après les vacances celle-là ! Et elle doit avoir une sacrée bonne explication ! Je ne lâcherai pas l’affaire, ça c’est clair !!

Durant une partie du trajet j’entends Thomas marmonner et bouder. Il veut que je lui donne des indices mais je serai inflexible ! Je ne tiens absolument pas à ce que le plaisir de la découverte de «  sa surprise » soit gâché par un grand frère trop bavard. Alors je me tais et je jette des coup d’œil dans sa direction pour le voir râler et bouder. Ses joues gonflées me donnent envie d’appuyer dessus ! Et Je ne sais pas de qui il tient cet air renfrogné aux sourcils froncés… non… j’ai beau chercher… j’vois pas !

Il s’émerveille de tout ! Sa curiosité m’épatera toujours. Tout comme sa crédulité et sa candeur. C’est marrant ! On parle du marché de noël et sa remarque me surprend tout autant que sa réaction. Il me regarde comme si je venais de dire la plus grosse connerie du monde. Et il a l’air convaincu de ce qu’il dit en plus ! Il y croit dur comme fer à son histoire de lutins qui préparent les cadeaux pendant que le Père Noel s’occupe de la livraison. Du coup, étouffant un petit sourire, je lève les yeux au ciel et prends mon air le plus désolé possible. Bah oui Hans voyons, espèce de triple andouille, les lutins ils ne font que la fabrication ! Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d’alu….

« Ha oui… c’est vrai tu as raison… J’avais oublié… »

Méa culpa réussi à la perfection. L’affaire et déjà classée et Thomas est parti sur un autre sujet de conversation à savoir : ses cadeaux.

« J'espère oui ! J'espère que cette année le père noël oubliera pas ton cadeau... T'as bien été sage hein ! Toi aussi tu dois avoir un cadeau. Sinon moi non plus j'en veux pas !  »

Non mais…. Le voila qu’il remet ça ! Vraiment j’ai été con l’année dernière. Je ne pensais pas une seule seconde qu’il serait traumatisé par son grand frère oublié du Père Noel. Du coup je suis quand même assez content de ne pas avoir refait la même connerie. On dit que la magie de noël rend la fête particulière et que quand les gosses n’y croit plus ce n’est plus du tout pareil. Thomas est encore qu’un mioche. C’est à moi de faire en sorte qu’il conserve cette petite part de magie en lui. Il a eu une vie tellement pourrie jusqu’ici que lui offrir un chouïa d’espoir et de bonheur au mois de décembre est la seule et unique chose que je puise faire…

«  Tu crois vraiment que j’ai été sage ? Si ça se trouve tu n’es pas au courant et j’ai embêté les filles à l’école en leur mettant des araignées dans les cheveux ! J’ai peut-être même mangé la dernière part de gâteau au chocolat qui restait pour toi dans le frigo ! »

Je m’amuse de l’expression horrifiée de son visage avant de rire un peu. Je lui passe la main sur la tête, ébouriffant légèrement son bonnet dans une caresse affectueuse

« J’déconne. J’ai rien fais de tout ca. J’ai éré super sage comme un nuage ! »

La découverte du marché de Noel l’extasie immédiatement ! Je ne peux que être fier d’avoir réussi à le surprendre. Je vois à son regard pétillant qu’il meurs d’envie de tout découvrir là tout de suite maintenant, sans attendre. Il échappe une fraction de seconde à ma surveillance et il n’en faut pas plus pour que mon sang ne fasse qu’un tour ! Je l’appelle et je le récupère avec  peut être un peu trop de virulence parce qu’immédiatement il prend une mince coupable que je déteste chez lui. Les yeux rivés sur ses bottes fourrées et le regard fuyant, je suis obligé de m’agenouiller à sa hauteur pour l’entendre bredouiller une excuse penaude

« Désolé, je recommencerai plus. Promis. »

Tch !

J’aime pas du tout quand je suis obligé de le reprendre. Non… Ce n’est pas ca. J’aime pas qu’il me fasse cette tronche là ! Parce qu’inévitablement derrière j’ai envie de m’excuser de l’avoir effrayé ou de lui avoir gueulé dessus. Mais il faut bien qu’il comprenne aussi que je ne veux pas qu’il lui arrive une bricole. Un accident est vite arrivé de nos jours…. J’ai bien conscience d’être surprotecteur avec lui – on me le rabâche souvent et j’en ai strictement rien à foutre – ca ne m’empêchera pas de continuer à l’être encore longtemps. Je préfère être trop protecteur plutôt qu’être du genre à le laisser faire n’importe quoi dans l’indifférence générale !

Je prends Thomas sur mon dos. C’est plus pratique ainsi et je profite encore que je puisse le faire. Dans une paires d’années, quand il aura grandit et qu’il m’aura dépassé ( parce que ca arrivera… je suis pas con j’ai bien compris qu’a 18 piges ma taille de nain sera celle que je garderai a vie ) ca sera presque lui qui devra me porter… Ca serait marrant ca tient. Mais s’il s’avise a me le proposer je lui botte le cul sans résister !

Je souris en sentant le baiser qu’il glisse dans mon cou. Je sens ses bras autour de ma nuque et je tourne la tête pour lui demander la direction. Quelque fois je suis obligé de m’arrêter et de le remonter correctement sur mon dos pour l’empêcher de glisser. Je commence par ressentir des crampes dans le bas dos et dans les bras mais je n’en laisse rien paraitre et on continu notre petite balade tranquillement jusqu’à ce qu’on arrive au stand délicieux qui embaume à des kilomètres à la ronde. Ca sent bon ! Ca sent le sucré ! Que ce soit Thomas ou moi, nous sommes plutôt sucrés que salé. Et je mentirais si je disais ne pas avoir l’eau à la bouche en voyant tout ce qu’ils proposent. Le petit morpion sur mon dos doit aussi avoir l’estomac bien titillé ! Alors comme on est parti à l’arrache sans qu’il prenne son gouter ( c’était un peu beaucoup fait exprès… ), je lui propose s’il veut quelque chose en sachant très bien quelle serait sa réponse

« Toi non plus t'as pas gouté. Tu vas prendre quelque chose ? On partage ? Martin a mangé des croustillons l'autre jour, il dit que c'est trop bon. On prend ça ? Mais si tu veux pas on peut prendre autre chose hein, c'est pas obligé. »

J’hausse les épaules. Les croustillons ça me fait penser à ces gros beignets énormes que Maman m’achetait quand on allait à la foire de Stuttgart quand j’étais petit. Il y en avait des nature baignant dans le sucre ou bien fourrés à la pomme, à la framboise ou au chocolat ! Je prenais toujours celui au sucre. Maman celui à la framboise et Papa au chocolat… Je me souviens que le sucre collait partout sur mes doigts et me faisait une sorte de petite moustache blanche tout autour de ma bouche. On général, on achetait les beignets avant de partir on allait les manger sur le banc d’un parc qui jouxtait la foire. Comme on avait chacun un beignet différent, on se faisait gouter et on élisait quel était le meilleur. Papa faisait toujours semblant de ne plus avoir faim pour que je finisse son beignet…  Mon cœur se serre un peu en repensant à tout ça… Je tourne la tête légèrement vers Thomas et je lui fait un petit signe d’approbation

« Va pour des croustillons… bonne idée, on partagera »

Je dépose Thomas sur ses pieds le temps d’aller commander. Je prends le paquet du milieu. Comme ça il y en aura assez pour nous deux et pas de trop pour qu’on ait encore faim ce soir. J’ai pas prévu de faire un repas de malade qui nous donnera une crise de foie. Mais j’ai prévu que des choses que Thomas aime bien !

La bonne femme lui tend son cornet et des petites fourchettes en plastoc plantées dedans. Je le reprends sur mon dos et il tient bien fort son cornet pour pas le renverser. Je scrute un peu autour de nous pour trouver un endroit où se poser. Ça sera plus sympa de manger ça sur un banc qu’on va squatter plutôt que debout avec des gros cons qui vont bousculer Thomas sans même prendre le temps ou la politesse de s’excuser ! C’est un truc que je ne supporte pas ca ! Une fois je me suis engueulé méchamment avec un vieux bourgeois snobinard qui a bousculé tellement fort Thomas qu’il en est tombé. Et l’autre con il pensait continuer sa route sans même s’excuser ! Je suis allé te le chopper ! Après quelques belles minutes où le ton est monté il a finalement présenté des excuses. A moi… Mais connard !C’est auprès de Thomas qu’il faut t’excuser, pas auprès de moi ! Tch ! il a rien pigé celui-là !

Finalement on trouve un banc un peu un peu à l’écart, pas très loin du Jardin des tuileries. J’ai toujours adoré cet endroit, peu importe la saison. Mais en hivers c’est beau. Les statuts ne coulent plus mais il y a toujours ces longues chaises un peu partout et les arbres sont merveilleusement bien décorés et scintillants. Au loin, a travers les branches dénudés des arbres, on voit le sommet de la Tour Eiffel qui scintille de mille feux !

Je dépose doucement Thomas sur le banc et je m’étire en faisant craquer mon dos et mes épaules. Je squatte juste à côté de lui

« Dis Hans. Ce soir on pourra laisser un verre de lait et des gâteaux pour le père noël ? J'ai vu ça à la télé l'autre jour. Peut-être que le père noël sera content et oubliera plus tes cadeaux comme ça ? Pis il travaille tellement, il doit avoir faim aussi le pauvre. Il nous ramène plein de cadeaux, mais on lui donne rien, c'est pas très gentil ça. Tu crois qu'on devrait lui faire un cadeau aussi ? Mais j'ai pas d'idée. T'as une idée toi ?  »


….

Non mais…. Si mon petit frère est pas le garçon le plus adorable de la planète alors là je comprends pas ! Il pense à faire un cadeau au père noël et il demande même à ce qu’on lui prépare un gouter au cas où il ait fait ! Sérieux quand j’étais minot j’ai jamais pensé à ça moi ! Si… le verre de lait et la clémentine on le faisait ! Mais pas le cadeau…

Je suis un peu perdu et je met un peu de temps à répondre. Je le vois me regarder avec appréhension, ses deux mains serrant son cornet de croustillons et ses yeux dorés cherchant les miens. Je hausse les épaules

« Si tu veux oui… on mettra un verre de lait et on verra des biscuits… on pourrait faire ceux en forme de bonhomme, tu sais, comme on voit dans les dessins animés ? »

Je lui fais un signe de la tête pour l’inciter à commencer à manger ses trucs dans le cornet. Après ça va refroidir si ça risque d’être moins bon.

« Vas-y… mange… et attends-moi là je reviens tout de suite »

Je me lève et je fais quelques pas avant de me retourner

« Tu bouges pas de là hein ? »

Je m’éloigne après avoir eu son accord. Je vais pas loin, juste à une petite guitoune qui est ouverte et de laquelle je peux garder un œil sur Thomas. Je commande deux chocolats  bien chauds qu’elle me sert dans des gobelet en plastique avec un petit couvercle troué

Je reviens en tenant une boisson dans chaque main et je les pose sur le banc en reprenant place auprès de Thomas. Ça c’est un gouter digne de Noel ! Croustillon bien chaud et chocolat onctueux ! Le tout dans un célèbre parc parisien enneigé. Pour le moment c’est peut être un des plus joli noël que dont je me rappel. Espérons que ça va durer

« Alors, c’est bon les croustillons ? Je peux t’en piquer un ? »

J’attends qu’il me le tende et le croque dedans. Je ne me suis pas trompé, ça a le même gout que les gros beignets d’autrefois. Ça fait du bien ! c’est sucré, ça réchauffe et c’est extrêmement agréable…même si ça réveil une certaine nostalgie douloureuse

« C’est trop bon en fait ! Et j’ai été chercher des chocolats. Ça va nous réchauffer ! Parce que la surprise est pas finie… si tu n’es pas trop fatigué je t’emmène ailleurs après ! »

Il me retend un croustillon et je tourne la tête de gauche à droite pour refuser. Il peut tout manger, je lui laisse

« Ca t’embête pas trop si on reprends un peu le métro ? Tu verras c’est pas très loin… Mais avant on doit aller voir le Père Noël. On ira dès que tu as finis de gouter, ça te va ? »  



Kuroko's Basket RPG

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Ackerman
France
France
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: { Flash Back } Let it snow [ PV Thomas ]   Jeu 2 Fév - 0:25


► { FlashBack } Let it snow ◄
feat. Hans Ackerman



Des fois Hans il est super intelligent, surtout quand il faut m'expliquer un mot que je comprend pas, comme les capotes. Mais des fois... Les lutins qui livre les cadeaux ? Il raconte n'importe quoi ! C'est pas étonnant que le père noël oublie ses cadeaux s'il sait même pas que c'est lui qui les livre. Mais bon, c'est pas une raison quand même. Si Hans a pas de cadeau cette année non plus, je fais grève du père noël. J'irai même jusqu'au pole nord le voir s'il faut. Parce que Hans est le meilleur grand frère du monde, je suis sur qu'il est toujours sage, même quand je suis pas avec lui. Je lui pose quand même la question pour être sur et la... Ce qu'il me répond...

« C'est pas possible ! C'est pas gentil ça ! »

Je suis choqué comme jamais. Des araignées dans les cheveux des filles ? Et quelle part de gâteau au chocolat ? On a eu du gâteau ? Je savais pas ! Non je vais pas pleurer. Je suis trop grand pour pleurer après un gâteau...

Je sais pas quelle tête je fais, mais ça fait rire Hans en tout cas. Tant mieux pour lui s'il trouve ça drôle mais pas moi ! Avec ça, c'est normal que le père noël vient pas pour lui ! Ah non, c'était juste une blague. Quel idiot celui-là ! Il m'a fait trop peur avec ses histoires.


« Comme une image, pas un nuage ! Même moi je le sais ! »

Je commence à me demander si Hans est si intelligent que ça en fait... Même moi je connais cette expression alors que j'ai que 7 ans. Lui c'est un grand, il devrait savoir aussi.

« Et pourquoi on dit une image ? Comment ça peut être sage une image ? Mais bon tu dois pas savoir non plus, vu que tu croyais que c'était un nuage. »

Et on peut pas dire que je suis sage comme une image en arrivant au village de noël. Lâcher Hans pour aller plus vite c'était pas une bonne idée. Pas du tout. J'ai peur de me faire crier dessus et surtout de devoir rentrer à la maison, mais Hans se fâche pas trop. Il me rouspète un peu, c'est normal, il a du avoir peur de me perdre. Il est pas grand non plus, il aura surement du mal à me retrouver si je me perd au milieu des gens.

On visite le village, moi sur le dos de Hans comme quand on joue au cheval à la maison. J'aime bien, c'est moi qui décide où on va et c'est lui qui me porte. Il est vachement fort Hans pour me porter pendant longtemps. Peut-être que quand je serai plus grand je pourrai le porter aussi, comme ça il verra aussi ce que ça fait.

AU bout d'un moment, Hans propose de manger quelque chose et on se met d'accord sur des croustillons. Martin m'en a parlé, mais j'ai jamais gouter. J'ai trop hâte ! Mais quand la dame me donne le paquet, c'est trop chaud pour manger tout de suite, alors on attend un peu. En attendant que ça refroidit Hans nous conduit jusqu'à un banc. C'est vrai que ça sera plus pratique pour manger. Il a vraiment de bonnes idées mon frère.

D'avoir ces croustillons devant moi, ça me fait me demander ce que le père noël va manger ce soir. Il va être trop occuper à livrer les cadeaux pour avoir le temps de manger. Il faudrait peut-être lui laisser quelque chose à manger ? Et les cadeaux, il lui en faut un aussi non ? Parce qu'il est très gentil avec nous, à nous donner des cadeaux, on devrait faire pareil. j'ai peur que Hans trouve mon idée bête. Martin dit que des fois je raconte des bêtises, je veux pas que Hans pense que je suis stupide. Hans il me parle jamais comme si j'étais idiot, pas comme les autre adultes. Souvent parce que je suis petit, on me parle comme si je comprenais rien. Même la maitresse des fois, elle me parle comme si j'étais un bébé. Tout ça parce que je parle pas comme les autres de la classe. Mais Hans, jamais il me traite comme un bébé. Enfin jamais sérieusement, seulement pour jouer des fois. Heureusement, Hans trouve pas mon idée bête du tout, et on va même faire des biscuits pour le père noël ! Et un peu pour nous aussi...


« Oui trop bien ! J'ai jamais fais des bonhommes en gâteau ! Ça va être marrant ! T'en as déjà fait toi ? On pourra demander à la voisine d'en bas si tu sais pas. Des fois elle me donne des biscuits, elle doit savoir faire.  »

Hans se lève du banc et me dit de commencer à manger et pas bouger. Mais je voulais gouter avec lui moi.

« Je bouge pas, promis ! »

Je risque pas de désobéir cette fois. Je le vois aller chercher des boissons dans une petite cabane. J'espère qu'il m'a pris un chocolat. C'est ce que je préfère. Quand il revient et pose les gobelets, je vois qu'il c'est pas trompé, il a bien pris du chocolat. C'est vraiment le meilleur grand frère. Quand il me demande si les croustillons sont bons, je tends le paquet vers lui.

« Je voulais pas gouter sans toi. Je t'ai attendu. »

Maintenant qu'il est là, je prend la petite fourchette et je croque dans la boule. Le sucre tombe un peu partout, et je dois surement en avoir autour de la bouche. Mais c'est pas grave parce que...

« C'est trop bon ! »

Je fais un grand sourire plein de sucre à mon frère avant d'avaler le reste du croustillon. J'espère qu'on pourra en remanger, parce que maintenant que j'y ai gouté je trouve ça trop bien. Je plante ma petite fourchette dans le paquet et j'en attrape un autre que je fourre tout entier dans ma bouche. Oups, mauvaise idée. C'est pas facile de mâcher comme ça. Je tend le paquet à Hans pour qu'il en reprend mais il veut pas. Je peux rien dire, j'ai la bouche pleine, mais hors de question de tout manger tout seul. Il a pas eu son gouter non plus, il faut qu'il mange !

Mais j'oublie toute idée de manger quand il prononce les mots clés. Le père noël. On va voir le père noël. On va voir...


« ON VA VOIR LE PERE NOËL ! »

Je saute sur le banc pour être au bon niveau et je lui attrape le manteau, collant presque mon visage au sien.

« Quand ? Ou ça ? Il est où ? Oh mon dieu. Le père noël ! Qu'est-ce que je vais lui dire ?! »

Je m'écarte en me frottant la bouche, le manteau, partout. Je peux pas aller voir le père noël en étant tout sale quand même.

« Ça va, j'ai plus de sucre ? Je suis présentable ? Je veux pas que le père noël me prend pour un pas propre ! »

Je tremble tellement je suis excité. J'ai jamais vu le père noël en vrai ! Seulement à la télé. Et s'il trouve que je suis bête ? Ou je que je sens pas bon ? Ou...

« Et s'il trouve que je suis bizarre à cause de mes yeux ? »

Je lance un regard tout chagriné à mon frère. J'aime pas que les gens voient mes yeux. Ils ont une couleur bizarre, du coup les gens me regardent drôle des fois. Et y en a qui parlent sur moi à l'école, à cause de mes yeux.

« Tu crois que je pourrais lui demander de changer mes yeux ? Je sais que c'est pas un vrai cadeau ça, mais avec sa magie il peut le faire non ?  »




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Ackerman
France
France
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: Re: { Flash Back } Let it snow [ PV Thomas ]   Jeu 2 Fév - 23:45


► { FlashBack } Let it snow◄
feat. Thomas Ackerman



J’ai toujours trouvé que la naïveté de mon frère était la chose la plus adorable au monde. Je suis parfaitement conscient que pour son âge, Thomas est moins dégourdi que ce qu’il devrait. Sa chieuse de maitresse n’arrête pas de me le reprocher. Et j’ai envie de lui tendre mon doigt bien haut en guise de réponse. Je m’en balek moi, que mon frère soit un peu plus «  bébé » que les autres mioches de son âge. Qu’est-ce que ça veut dire d’abord ? Il faut que tout le monde entre dans le même moule ? On a pas le doit d’être différent ? Alors moi, parce que je suis plus petit que les autres mecs de 18 ans je ne suis pas normal non plus ? C’est avec des réflexions à la con de ce genre là qu’on finit avec des Hitler qui veulent que des jolis blonds aux yeux bleus ! Thomas est Thomas ! Et pour rien au monde je ne laisserais quelqu’un le critiquer ou le faire passer pour un gamin attardé !

Il met quelques secondes à comprendre que je le taquine. Je le rassure en glissant ma main sur son bonnet à défaut de pouvoir la passer dans ses cheveux. Je n’ai jamais été mettre des araignées dans les cheveux des filles même si quelque fois l’envie est immense ! Et je n’ai pas mangé la dernière part de gâteau au chocolat ! Elle attend sagement Thomas en guise de dessert pour ce soir !

Oh le p’tit con ! Du haut de ses sept piges il ose me faire la morale quand je me trompe dans une expression débile… C’est bon quoi. Sage comme une image ou comme un nuage ça se ressemble il va pas m’en chier une caisse. Mais comme souvent avec Thomas, c’est ce genre de petits détails qui attirent sa curiosité. Il ne peut s’empêcher de me demander des explications.

« Et pourquoi on dit une image ? Comment ça peut être sage une image ? Mais bon tu dois pas savoir non plus, vu que tu croyais que c'était un nuage. »

Je tourne la tête pour le regarder avec un air blasé. C’est qu’il me prendrait presque de haut le morpion ! Je lui donne un léger coup de coude. Pas assez fort pour lui faire mal mais juste assez pour attirer son attention

« Dis donc toi ! Tu serai pas en train de me faire passer pour un inculte ? »

Ne jamais laisser la question d’un enfant sans réponse. J’ai vu ça une fois à la télé dans une émission craignos sur la psychologie enfantine. J’étais tombé devant en zappant et je me suis endormi avant la fin. Je pensais pouvoir avoir quelques conseils avisés à utiliser pour Thomas mais ce que les spécialistes baragouinaient n’était qu’un amoncellement de théories fumeuses qui n’avaient fait que m’énerver au plus haut point. Toutefois, j’essaie de trouver une explication pour satisfaire la curiosité de mon frère

« J’imagine que c’est parce qu’une image ça ne bouge pas. C’est fixe… immobile. Donc forcément, les personnages qui sont dessus sont sages »

Ouep… Ma théorie se tient. J’suis fier de mon explication. Toutefois… et parce que je sais qu’il ne va pas tarder à me le sortir, je prends les devants et j’ajoute

« Sauf si on est dans l’univers de Harry Potter. On peut pas dire qu’on est « sage comme une image » »

Harry Potter. On a regardé le premier film qui est passé à la télé il y a deux jours. Je ne savais pas si Thomas allait aimer mais visiblement il a été conquis par l’univers du petit sorcier abandonné. Installé dans notre canapé, Thomas allongé dans mes bras, je l’ai entendu s’extasier sur tout ce qu’il voyait à l’écran. Les balais volants, les échecs vivantes, les sortilèges… La semaines prochaine le second film doit être diffusé et je lui ai promis qu’on regarderait. Peut-être que j’essayerai de lui trouver les livres…. Il aimerait peut être et puis ça le forcerait à s’entrainer à lire.

L’idée de fabrication de biscuits de Noel en forme de gugusse a l’air de plaire à Thomas. Tant mieux. Parce que je n’avais pas trop d’autres idées pour faire un cadeau au Père Noel et je suppose, têtu comme je le connais, que Thomas n’aurait rien démordu de son idée. Il est déjà impatient et il s’extasie de cet atelier cuisine qu’on va faire ensemble. Demander des conseils à la Mamie du dessous ? Pourquoi pas, mais je pense être assez calé en cuisine pour qu’on s’en sorte que tous les deux

Elle est sympa la Mamie du premier. C’est une thaïlandaise. Elle a été touchée quand elle a appris pour la mort de nos parents. Depuis, elle veille un peu sur nous à sa façon. Quand elle entend Thomas rentrer de l’école, elle ouvre la porte pour lui offrir des gâteaux ou des bonbons. Elle ne manque jamais de venir lui souhaiter son anniversaire ou de nous apporter un saladier quand elle fait des bons petits plats de son pays d’origine. Son porc au caramel est à se taper le cul par terre !

«  J’en faisais quand j’avais ton âge. Avec Maman. Tu sais, en Allemane la fête de Noel est super importante. Il y a plein de marchés comme celui-ci, Et il y a des gâteaux qu’on ne fabrique que durant le mois de décembre. Tu étais peut être trop petit pour t’en souvenir mais Maman faisait un stollen tous les ans. C’est un gâteau avec de la pâte d’amande. On le mangeait pour St Nicolas… Si tu veux j’essayerai de retrouver la recette »

C’est vrai ça tient ! St Nicolas. Avant la mort des parents nous le fêtions encore même ici en France. Maman faisait son gâteau et c’était le jour où on commençait à décorer l’intérieur pour les fêtes. On montait le sapin et on allumait la première bougie sur la couronne de l’an. J’avais oublié tout ca….. C’était complétement passé à la trappe. Ca me rend soudainement bien triste d’être enseveli par ces souvenirs enfuis au plus profond de ma mémoire. Je ressens d’un seul coup un énorme vide. Maman et Papa me manquent…. Tellement….

Le petit poids de Thomas sur mon dos me ramène à la réalité. Tenant fermement son cornet de beignets dans les mains, on va s’installé sur un banc du parc des Tuileries situé un peu plus loin. Avec des gros gobelets de chocolats chauds on a là un gouter des plus parfaits ! Thomas est ravi alors du coup moi aussi. Comme quoi… il en faut peu pour être heureux, comme dirait l’un des ours dans un Disney que Thomas aime tant regarder.

Mes mains tiennent mon gobelet de chocolat bien chaud, ça me réchauffe. Vu que Thomas ne semble pas décidé à manger seul la fin du cornet de croustillons, j’en prend un dernier et je croque dedans en essayant de pas me foutre du sucre partout.

« Cette fois je t’assure, j’ai plus faim, mange le reste »

Je le laisse profiter de son gouter tout en lui expliquant la suite du programme. Mais visiblement j’ai dû prononcer un mot magique parce que les yeux de Thomas se mirent à pétiller avant qu’il ne s’égosille sans que je comprenne pourquoi

« ON VA VOIR LE PERE NOËL ! »

Il saute du banc pour se ressuyer et être tout propre. Je vois pas en quoi c’est si surprenant que ca d’aller voir le Pére Noel. Ca me paraissait d’une logique implacable qu’en venant ici, au marché de Noel, on ne repartirait pas sans qu’il puisse voir le vieux barbu. Mais je réalise après coup que cette logique ne valait que pour moi, habitué de ce genre d’endroit. Pour Thomas c’était la toute première fois. Il ne devait même pas savoir que le Père Noel était là, dans un chalet à attendre les mioches pour des photos. J’suis con des fois.

« Quand ? Ou ça ? Il est où ? Oh mon dieu. Le père noël ! Qu'est-ce que je vais lui dire ?! »

Je dois avoir l’air parfaitement débile parce que je ne peux pas m’empêcher de sourire en voyant l’attitude de mon petit frère. Il est carrément adorable. Voilà… pour moi c’est ça la magie de Noel. Voir son sourire radieux, ses yeux remplis d’envie et de curiosité, entendre son rire et voir le bout de son rougir malgré les épaisseurs sous lesquelles je l’ai camouflé. Je crois que cette année ça sera notre plus merveilleux noël. J’en suis certain…

« Ça va, j'ai plus de sucre ? Je suis présentable ? Je veux pas que le père noël me prend pour un pas propre ! »

« Me prenne…. » je le corrige et rajoute « Tu en as encore un peu »

Je vérifie qu’il a tout mangé les croustillons et qu’il a fini son chocolat. Je lui prends sa main et l’attire à moi. Avec la petite serviette que nous a donné la vendeuse, je lui ressui la bouche et le menton sur lesquels perle encore quelques grain de sucre

« On va y aller maintenant. Il est dans un des chalets. Le plus grand et le plus joli du marché »

Je prends nos gobelets vides et le sachet tout gras et rempli de sucre. Je les fous dans une poubelle avant de prendre la main de Thomas. Nous reprenons la route du marché de Noel après cette petite pause sucrée fort agréable

« J’sais pas moi…. Tu peux lui dire que tu as été gentil… Tu peux lui dire qu’il y aura une surprise pour lui au pied du sapin... Tu peux le remercier pour les cadeaux ou lui souhaiter bon courage pour son dur travail de cette nuit »

On était en train de remonter l’avenue des Champs Elysées quand la voix de Thomas, devenue aussi faible qu’un murmure, attire mon attention. Je tourne la tête vers lui et je croise son regard rempli de chagrin. Ça me fait mal de le voir se rendre malade pour ses yeux…. Tout ça, une fois encore, parce qu’il n’est pas comme les autres. Je hais la discrimination ! Je ne supporte pas l’intolérance ! C’est à cause de ce genre de mentalité de merde que Thomas fait un tel complexe sur la couleur de ses yeux. Ils sont pourtant magnifiques, les yeux de mon frère ! On dirait de l’or ! Deux petites pépites d’or brillants. Il n’avait vraiment pas de quoi en avoir honte.

« Tu crois que je pourrais lui demander de changer mes yeux ? Je sais que c'est pas un vrai cadeau ça, mais avec sa magie il peut le faire non ?  »

«  Thomas…. »

Je me mets en face de lui et je m’agenouille pour être à sa hauteur. Je glisse mon index sous son menton pour lui relever doucement la tête afin qu’il me regarde

« Je suis certain que le Père Noël trouvera tes yeux fabuleux. Tu sais, il voit tellement d’enfants partout dans le monde. Des grands, des petits, des blancs, des noirs, des gros, des maigres….. Des yeux verts, bleus, bruns, noirs, dorés….. Certaines personnes ont même des yeux de couleur différente. Chaque personne est unique… Toi, tu as des yeux dorés merveilleux. Il y a juste les abrutis pour ne pas s’en rendre compte. »

Je reste devant lui et mes yeux gris cherchent les siens. J’y vois de la tristesse… du chagrin…. De la peur aussi… Je comprends que Thomas souffre vraiment de la bêtise humaine qui se moque encore et encore de lui et de la couleur de son regard. Comment lui faire comprendre que la magie n’existe pas ? Thomas vit dans son petit univers, dans sa bulle remplie d’innocence et de croyances enfantines. La magie ? Il y croit dur comme fer. Que ce soit celle du Pére-Noel, celle de Harry Potter ou celles de certains contes de Disney…. Me v’la bien emmerdé.

« Le Père-Noël ne pourra pas changer la couleur de tes yeux. Même la magie à ses limites. Mais…. Si tu es si malheureux… je peux t’emmener voir un ophtalmo pour que tu puisses portes des lentilles. Ce sont des toutes petites sphères qu’on pose sur les yeux. Certaines sont transparentes mais d’autres sont colorées…. Tu pourrais avoir la couleur que tu veux…. »

Je ne sais pas si la solution que je lui propose lui convient. Je sais aussi qu’à son âge ça va pas être simple à mettre en place. Mais si Thomas souffre à ce point de sa différence c’est la moindre des choses que je puisse faire pour essayer d’apaiser son mal être.

Je me remets debout et reprends sa main gantée dans la mienne

« Allez, on y va ! »

On marche encore un peu et puis voilà ! On y est ! Le chalet du père noël, tout en beauté, joliment décoré de rouge et de vert. La neige rend le décor encore plus magique. Je jette un coup d’œil furtif à Thomas. Je sais qu’il est déjà envouté. L’avantage c’est qu’à cette heure avancée du 24 décembre, il n’y a plus personne. Il faut dire que le marché va commencer à fermer dans peu de temps. Thomas doit être un des derniers gosses à avoir l’immense privilège de pouvoir rencontrer le père noël…

Je lui lâche la main pour l’encourager un peu

« Bah alors ? T’es timide ? Me dis pas que tu as peur quand même….Tu vas pas faire dans ton froc hein ? »

Après tout c’est la première fois qu’il se retrouve devant lui, peut-être qu’il sera impressionné …. Qu’est-ce que ça sera le jour où je vais l’emmener à Disneyland ? Il faut que je me grouille à nous trouver de la thune pour aller là-bas. Thomas est encore petit et ça sera d’autant plus magique pour lui à cet âge-là que si j’attends qu’il grandisse. Cet été, promis, je l’emmène chez mickey !

Je le pousse un peu et je sors de ma poche mon téléphone portable. Faut immortaliser ça quand même ! Si elle est réussie je la ferai développer. Maman avait commencé une sorte de petit livre dans lequel elle mettait les moments important de la vie de Thomas tout le long de son enfance. Je l’ai continué, ce livre. Je le donnerai à Thomas quand il sera plus grand. Maman avait fait la même chose pour moi jusqu’à ce qu’elle parte…. Je me dis que ça ferait peut être plaisir à Thomas… Dedans, il y a toutes ses premières fois… S’il veut continuer le patinage, je pourrais peut-être y mettre les photos de ses premières victoires… Mais avant ça, place au Père Noel ! Je me demande ce que Thomas va lui dire finalement….



Kuroko's Basket RPG

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Ackerman
France
France
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: { Flash Back } Let it snow [ PV Thomas ]   Mar 21 Fév - 0:42


► { FlashBack } Let it snow ◄
feat. Hans Ackerman



Des fois je comprend pas les expressions des grands. 'Sage comme une image', 'PD comme un phoque' je comprend pas le rapport. C'est quoi un pd déjà ? J'ose pas demander à Hans parce qu'une fois un garçon de la classe a dit ce mot et la maitresse l'a envoyé chez le directeur. Du coup je sais que c'est un gros mot. Mais je sais pas ce que ça veut dire... Comme le mot que vient d'utiliser Hans, je sais pas ce qu'il veut dire non plus...

« C'est quoi un nain culte ? C'est comme les nains de Blanche neige ? T'es trop grand pour être un nain, même si t'es plus petit que le grand frère de Marie. Il est venu la chercher l'autre jour, on aurait dit un géant ! »

L'explication sur les images tient la route. Il a peut-être raison. Et avant que j'en parle il me dit bien que ça marche pas pour Harry Potter. Il me connait trop bien Hans, il savait que j'allais lui faire la remarque. Dans Harry Potter les images bougent, c'est trop bien ! Ça serait tellement cool si c'était pareil pour nous aussi. Mais la magie c'est pas pour tout le monde, sinon ça serait trop dangereux. Il y a toujours des gens pour faire du mal avec la magie, alors c'est normal que ça reste secret. Je suis pas bête je sais bien que Harry Potter c'est un film -et un livre- mais si le Père Noel a de la magie, il doit pas être le seul ! Peut-être même qu'il y a des animaux magiques qui se cachent quelque part. J'aimerai bien trouver une licorne un jour !

On parle des gâteaux qu'on va faire pour le Père Noel et Hans me parle de ceux qu'il faisait avec maman.


« Je m'en souviens pas non... Dis, un jour on ira en Allemagne ? J'aimerai bien voir comment c'est là où tu es né. »

Et puis c'est la bas que papa et maman ont grandit aussi. Y a que moi qui suit né en France, alors des fois ça me fait un peu bizarre de me dire qu'on n'est pas né dans le même pays Hans et moi. C'est pas ça qui est important je sais, même si on est pas du même pays on est frère c'est ça qui compte. Mais j'aimerai bien voir quand même une fois. Quand je serai un peu plus grand.

On visite le village de Noël et y a plein de jolies choses. Les guirlandes, les lumières, les stands. Tout est beau. En plus comme je suis sur le dos d'Hans je peux tout voir bien comme il faut. C'est pas drôle d'être petit. Avec ma taille je me retrouve souvent au niveau des fesses des gens, la vue est pas super et les odeurs encore moins. Mais sur le dos d'Hans je suis bien !

Pour le gouter on va s'assoir sur un banc pour manger des croustillons et boire un chocolat chaud. Ça réchauffe. Et c'est super de partager ça avec Hans. Je suis super content, mais quand il me dit qu'on va aller voir le Père Noël je suis encore plus content ! Le Père Noel, pour de vrai, devant moi ! C'est trop trop bien ! Martin va être trop jaloux que j'ai vu la Père Noel. Il l'a jamais vu pour de vrai lui ! Toute façon vu comme il est pas sage, je me demande comment il fait pour avoir quand même des cadeaux à chaque fois.

Je me débarbouille du sucre que j'ai sur la figure en me demandant ce que je vais bien pouvoir dire au Père Noel. Il faut pas que je passe pour un bébé non plus.


« Ça va, j'ai plus de sucre ? Je suis présentable ? Je veux pas que le père noël me prend pour un pas propre ! »

« Me prenne…. »

Je relève la tête vers Hans « Meuprene ? C'est quoi ? »

« Tu en as encore un peu »

Je laisse Hans essuyer le sucre restant avec la serviette. Hans aime bien quand tout est propre, que ça soit la maison ou les gens. Des fois c'est embêtant, surtout quand je rentre plein de boue de l'école, parce que je dois retirer mes habits dans l'entrée avant de pouvoir traverser l'appartement en culotte et T-shirt pour aller dans la salle de bain. Une fois j'en parlais avec Martin à la récré et la maitresse nous a entendu. Elle dit que Hans a surement des tocs. J'ai pas bien compris ce que c'était, mais je crois pas que c'était très gentil. J'ose pas le dire à Hans, je veux pas qu'il se fâche.

Sur le chemin pour aller au chalet du Père Noel, Hans me donne des idées pour parler avec lui comme je sais pas vraiment quoi lui dire. Ses idées sont bonnes, je vais faire ce qu'il dit ! Mais j'ai une autre chose en tête... Peut-être que le Père Noel peut changer mes yeux aussi ? Comme ça je serai normal, comme les autres enfants. J'en ai marre que les gens me regardent bizarre et parlent sur moi. Mais Hans il me trouve pas bizarre lui. C'est bien le seul en fait. D'après lui le Père Noel pourra pas changer mes yeux, mais les lentilles pourront.


« Je veux bien essayer les lentilles. » Avec ma petite voix Hans m'entend quand même j'espère. « Ça fait pas mal des lentilles ? Et on pourra vraiment choisir la couleur qu'on veut ? Je te laisse choisir ! Je suis sur que tu prendras une jolie couleur. »

J'ai confiance en Hans, je sais qu'il prendra pas une couleur bizarre ou moche. De toute façon, moi je saurais pas quoi choisir. Du coup c'est avec un peu plus d'entrain qu'on continue jusqu'au chalet du Père Noel. Je pensais qu'il y aurait plein de monde mais non. Du coup c'est tout de suite à moi d'y aller, mais j'ose pas avancer. Je regarde Hans, mais lui il me pousse vers le Père Noel en se moquant de moi.

« Je suis pas un bébé ! Je fais plus dans ma culotte depuis très longtemps ! »

Et avec une baffe sur sa jambe, j'avance d'un pas décidé vers le Père Noel. Il a l'air gentil, il me fait un grand sourire et m'attrape pour me mettre sur ses genoux. Je sais pas si je suis tout rouge ou pas, mais en tout cas, j'ai chaud aux joues, je sais pas pourquoi. Le Père Noel me demande ce que je veux pour Noel et toutes mes idées s'en vont quand je regarde Hans qui est avec son téléphone pas loin.

« Pour Noel je voudrais que Hans soit toujours heureux ! » Je pointe du doigt mon frère pour pas que le Père Noel se trompe de personne. « Hans c'est mon frère et il s'occupe de moi depuis que papa et maman sont au ciel. L'année dernière il a pas eu de cadeau et c'était pas gentil parce qu'il est toujours sage. Alors cette année j'espère qu'il aura son cadeau. Mais moi si j'ai rien c'est pas grave tant que Hans est content. Parce que des fois il fait comme si tout va bien même si c'est pas vrai. Alors je voudrais qu'il a plus jamais de problème. Voila ! Tu peux faire ça Papa Noël ? »

Le Père Noël m'assure qu'il fera ce qu'il peut, mais que ça risque de ne pas être facile. Il doit sentir que je suis pas vraiment content de sa réponse parce qu'il me dit de sourire pour la photo. Ah mais je veux pas être tout seul pour la photo !

« Avec Hans ! Hans vient faire la photo avec nous ! Il a le droit, ah oui Papa Noel ?! Il est pas trop grand encore ! »

Les adultes ont du mal avec le Père Noel de ce que j'ai vu, mais Hans a bien le droit de faire une photo avec nous, non ? Je vois bien que Hans est pas très motivé, alors je saute des genoux du Père Noel et je coure jusqu'à mon frère pour lui attraper la main. Je le tire vers le Père Noel avec un grand sourire.

« Bon tu peux pas aller sur les genoux du Père Noel parce que c'est moi. Mais tu peux aller à côté ! Monsieur le lutin peut prendre la photo ? »

Ah j'ai une idée !

« Hans tu veux pas mettre un chapeau de lutin ?! Comme ça on pourra dire que tu travailles pour le Père Noel. Tu fais la même taille que le lutin, c'est super ! »




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: { Flash Back } Let it snow [ PV Thomas ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
{ Flash Back } Let it snow [ PV Thomas ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» The big bang theory
» Académie de Mahou [Flash-Back]
» Flashback Rambo IV
» Luciole - Losing You [Reborn!]
» One Piece : Chapitre 552

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuri on ice RPG  :: We were born to make history :: Europe :: France :: Paris-
Sauter vers: