Yuri on ice RPG

un forum de RPG basé sur l'animé Yuri on ice !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Story of my life

Aller en bas 
AuteurMessage
Thomas Ackerman
France
France
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Story of my life    Mar 27 Déc - 22:09

Ackerman Thomas
© Eren Jaeger - Shingeki No Kyojin




Id card
PRÉNOM • Thomas
NOM • Ackerman
SEXE • Masculin
ÂGE • 15 ans
GROUPE • Patineur
ORIENTATION SEXUELLE • Indéterminé, il a d'autres choses à penser pour le moment.
PROFESSION • Lycéen


Capacités & faiblesses
~> En tant que patineur Thomas possède une certaine grâce, ses mouvements sont fluides et bien dessinés. Pourtant, sa croissance et les douleurs musculaires qui l'accompagne le rendent parfois maladroit, lui faisant rater des mouvements qu'il a pourtant acquis depuis bien longtemps.

~> S'il n'a pas de problème avec les sauts de base, Thomas est encore incapable d'exécuter un quadruple saut correctement.

~> Il ne manque pas de motivation et ce qui pourrait être un atout se révèle parfois être sa plus grande faiblesse. Il ne sait pas s'arrêter, et si on ne l'en empêche pas il dépasse ses propres limites jusqu'à littéralement tomber d'épuisement. Dans son désir de devenir le meilleur, il en oublie souvent de prendre soin de lui même.

Physique


Thomas est un adolescent tout à fait ordinaire. D'une taille normale de 1m70, il est dans la moyenne pour son âge, contrairement à son frère, mais ça c'est un autre sujet qu'il vaut mieux ne pas aborder. Question de survie. Comme tout adolescent en pleine croissance Thomas a un peu de mal avec son poids. Il n'a jamais été gros, pas depuis la période poupon dodu en tout cas, et parfois il se retrouve en sous poids, ce qu'il essaye de cacher. Ce n'est pas qu'il ne mange pas à sa faim, mais à son âge les calories brûlent plus vite, surtout lorsque l'on fait du sport de manière régulière et intensive. Et comme il n'est pas du genre à réclamer plus, il se contente parfaitement de ce qu'on lui donne à manger.

Thomas pratique le patinage artistique depuis ses sept ans, donc forcément sa carrure en est le reflet. Il est fin, gracieux -plus que les adolescents dégingandés de son âge en tout cas- mais pas dépourvu de muscles. Oh les siens ne sont pas des plus apparents, il n'est pas bodybuilder après tout, mais ils sont assez présent pour lui permettre d'exécuter ses figures sur la glace.

Son visage n'a rien d'exceptionnel non plus, enfin d'après ses dires. Il n'est pas moche, mais ne se trouve pas spécialement beau non plus. Certes ses traits sont assez fins et ses sourcils ne sont pas une masse broussailleuse mais deux fines lignes qui s'étendent au dessus de ses yeux alors qu'il ne les entretient absolument pas. Son nez, qui se dresse à sa place logique au milieu du visage n'est ni trop gros ni trop petit. Ses lèvres fines sont parfois un peu pâles jusqu'à ce qu'elles reprennent de la couleur lorsqu'il les mordille sous l'effet du stress. Des cheveux bruns aux longueurs variables encadrent ce visage.

En somme Thomas est un adolescent parmi tant d'autres qui a juste hérité de bons gênes familiaux. Enfin ça c'est ce que l'adolescent vous dirait. Car malgré ses dires, il possède une particularité. Ses yeux. Des yeux d'un doré si brillant qu'ils en feraient pâlir de jalousie n'importe quel félin au monde. Une anomalie génétique, pas très grave en soit, lui a donné ces yeux qu'il ne supporte pas. Non seulement la couleur n'est pas normale pour un être humain, mais de plus cette couleur si particulière le rend sensible à la lumière, lui provoquant des maux de crânes intempestifs. Alors plutôt que de subir les moqueries et les regards curieux des autres, Thomas préfère cacher ses pupilles sous des lentilles vertes et parfois même des lunettes lorsque le besoin s'en fait sentir.


Caractère


Thomas est quelqu'un de simple, tant dans sa façon de penser que d'agir. S'il aime quelque chose il le fera savoir, mais l'inverse est aussi vrai. Heureusement pour lui il a toute de même plus de diplomatie que son frère, mais s'il n'aime pas quelque chose il le fera comprendre. Enfin, si on ne le pousse pas à bout. Car oui, si l'adolescent est diplomate, il n'en est pas moins têtu. S'il vous dit non une fois, n'essayez pas de le convaincre pendant des heures juste parce qu'il a été gentil dans sa réponse. Car sa prochaine réponse risque d'être beaucoup moins appréciée. Son côté borné fait qu'il ne revient que rarement sur ses décisions, et encore il faut vraiment lui montrer qu'il a tort. Ou être son frère. Il n'y a que Hans qui peut faire changer d'avis Thomas, mais même cela ne fonctionne pas toujours. Après tout, il reste un adolescent, il est normal pour lui d'avoir parfois de petites crises de rébellion.

Thomas est quelqu'un d'impulsif. Il réfléchit rarement aux conséquences de ses actions. S'il voit un gamin en train de se faire tourmenter il ne va pas y penser à deux fois avant de voler à son secours, et peu importe si cela lui retombe sur le coin du nez après. Si ceux qui le peuvent ne font rien, qui le fera alors ? Le jeune homme possède un sens de la justice assez prononcé et ne supporte pas ceux qui l'enfreigne. Oh bien sûr, il sait que tout n'est pas tout noir ou tout blanc, que les zones d'ombres sont nombreuses. Ainsi il pardonnera sans problème à celui qui volera à manger dans un magasin pour nourrir sa famille, mais n'acceptera pas que quelqu'un vole par simple plaisir. Il ne supporte pas les gens qui enfreignent les règles juste pour s'amuser ou par vice.

Si l'adolescent a bien des connaissances au lycée, il n'y a personne qu'il considère véritablement comme ses amis. Il n'aime pas parler de lui, ou de sa famille; si bien qu'il peut paraître renfermé. C'est juste que suite au décès de ses parents, le garçon a peur de perdre un être cher, alors plutôt que de souffrir à nouveau, il préfère rester seul. Il n'empêche pas les gens de l'approcher, il peut même se montrer jovial et intéressé, mais ne vous attendez pas à entrer dans sa coquille.

Il n'y a qu'une personne qui compte pour Thomas et c'est son frère, Hans. Il lui est reconnaissant de l'avoir élevé, d'avoir sacrifié sa vie pour garder le petit garçon que Thomas était auprès de lui. Il sait que son frère a fait et fait encore de nombreux sacrifices pour qu'ils restent ensemble et que Thomas continue le patinage. Alors Thomas s'est promis qu'un jour il serait le meilleur, qu'il rendrait fier son frère et qu'il lui offrirait enfin tout ce qu'il n'avait pu avoir à cause de Thomas. Un jour c'est lui qui s'occuperait de son frère.

Hans est la personne que Thomas respecte le plus au monde. Il prend ses avis et conseils très au sérieux, et même si celui-ci n'est pas son coach, il accordera plus d'attention à ses remarques qu'à celle du professionnel. Hans est la seule famille qui lui reste et il ne peut imaginer sa vie sans lui. Certains trouvent que l'aîné est trop protecteur, mais cela ne dérange absolument pas Thomas qui se sent ainsi plus en sécurité. Lorsqu'il n'a pas de nouvelles de son frère pendant trop longtemps, Thomas devient anxieux, craignant qu'il ne lui soit arrivé quelque chose. Une fois Thomas s'est fait confisquer son téléphone à l'école primaire car ils étaient interdit en classe, et il n'a donc pas pu recevoir de messages de son frère. Il a fait une telle crise d'angoisse qu'il a dut être conduit à l'hôpital et mis sous calmants.

Pour beaucoup, la relation entre les frères n'est pas saine, l'aîné étant trop protecteur et le cadet trop dépendant. Et pourtant, pour Thomas c'est la seule chose qui lui permet de tenir le coup. Car même si le patinage est la passion de Thomas, même s'il rêve d'être un jour reconnu parmi les meilleurs, si son frère le lui demandait il arrêterait tout sans la moindre hésitation. S'il devait choisir entre son frère ou le patinage, Thomas choisirait Hans sans l'ombre d'une hésitation.

Cela n'empêche pas l'adolescent d'être un vrai compétiteur qui déteste perdre. Il patine dans l'optique le meilleur et même s'il sait qu'il a encore énormément de progrès à faire pour arriver au niveau de certains garçons de son âge, il refuse de baisser les bras. Les prodiges comme Yuri Plisetsky ne sont pas légion, et Thomas admire autant qu'il jalouse le jeune blond. Quelques semaines les séparent et pourtant leurs niveaux sont bien différents. Mais maintenant que le blond est passé chez les adultes, Thomas a grand espoir de prendre sa place sur les hauts des podiums.


Histoire


Lorsque l'on vous raconte une histoire, il n'y a toujours qu'une version, contée du point de vue d'un narrateur omniscient, tout puissant, qui connait tous les détails de votre vie ainsi que de celle des gens qui vous entourent. Mais lorsque l'on vous demande votre histoire, vous ne pouvez raconter que ce que vous en savez, ce qui vous concerne directement. Comment pourriez-vous expliquer des événements qui ne vous concernent pas ? Ou dont vous n'avez pas été témoin ? La réalité d'une scène est bien souvent subjective, soumise au point de vue de son conteur.

« Rah j'en ai marre de ces devoirs ! »

L'adolescent soupire, s'étirant de tout son long sur sa chaise. Il jette un œil à son frère, assis à côté de lui, en train de faire des papiers. Un peu de soutien fraternel, ce n'est pas trop demander non ?

« T'as de la chance de pouvoir aller à l'école ! T'en as toujours marre de tes devoirs Thomas, t'es chiant c'est toujours la même histoire ... »

Et bien on repassera pour la compassion familiale... Sale traître.

« Montre... je peux peut être t'aider ? »

Bon d'accord, Hans n'est pas si méchant en fait. Même s'il aboie beaucoup il ne mord jamais. Pas Thomas en tout cas, les autres c'est une autre histoire.

« Nan t'inquiète, ça va aller. C'est juste que c'est long. Et chiant. »

Et avec un sourire envers son frère, Thomas replonge dans sa dissertation pour sa chère et tendre professeur de français. Même s'il se plaint régulièrement de ses devoirs, comme tout bon adolescent, il ne viendrait pas à l'idée de Thomas de ne pas rendre un devoir en temps et en heure. Il est conscient des sacrifices que fait son frère et il refuse de gâcher la chance qui lui est offerte. Alors même si oui, il n'est pas le meilleur élève de sa classe, il reste dans la moyenne et fait toujours de son mieux en cours.

Après quelques longues minutes d'écriture, il relève la tête de nouveau, cherchant du regard le paquet de bonbons posé sur la table. Hans n'achète que rarement des bonbons, préférant économiser leurs ressources, ce que Thomas comprend parfaitement. Il n'est pas de ces ados pourris gâtés qui réclament sans cesse de nouvelles choses. Thomas n'a ni consoles de jeu, ni équipement High Tech, mais il a le patinage et Hans, et cela lui suffit amplement. Il a un toit, de quoi manger et un frère génial, que pourrait-il demander de plus ? Alors quand les bonbons font leurs rares apparitions dans leur appartement, Thomas les savoure et fait en sorte d'en faire partager son frère.

Hans croit être le plus intelligent des deux, mais Thomas voit clair dans son jeu. L'aîné pense pouvoir tromper Thomas quand il dit ne pas aimer les bonbons, mais son frère a depuis longtemps compris que c'était faux. Alors il fait semblant de ne pas en aimer certains, tout en sachant que son frère qui déteste le gaspillage les mangera à sa place. Thomas pourrait lui dire clairement qu'il n'est pas dupe, mais ça serait beaucoup moins amusant.

« Mince, orange. Tiens Hans, cadeau ! » Et il lance le bonbon à la tête de son frère, un grand sourire innocent aux lèvres.

~~~~~~~~~~

« Hé Thomas, pourquoi tu cours toujours après les cours ? Tu vas voir une fille ou quoi ? Tu pourrais au moins nous raconter mec ! »

Thomas tourne la tête vers ses camarades de classe qui ricanent. Jérôme, leader du groupe est celui qui a pris la parole. Il n'est pas méchant, ni lui les autres d'ailleurs, mais Thomas et eux n'ont rien en commun en dehors des cours. Oh bien sûr, souvent ils mangent ensemble, ils rient tous ensemble de choses et d'autres, mais ils ne savent rien de Thomas. Le hérisson qu'il est ne laisse personne entrer dans sa bulle, et donc il ne peut les considérer que comme des connaissances, des camarades de classe, mais jamais des amis.

« Arrête tes conneries, comme si t'avais besoin de moi. On sait tous que tu mates Youporn quand tes parents ont le dos tourné.  »

Éclat de rire général et Jérôme, pas du tout embarrassé, rigole aussi fort -voir même plus- que les autres. Les adolescents ont le don de rire de tout et de rien. Mais ils ont aussi le don de se montrer des plus cruels, et c'est pour cela que Thomas n'a jamais annoncé qu'il pratique le patinage. Il n'en a pas honte loin de la, mais la dernière fois que son frère a entendu que quelqu'un se moquait de lui pour avoir choisi ce sport ça a failli tourner en bagarre générale. Thomas n'avait alors que 10 ans et le père du gosse qui l'avait insulté était aussi idiot que son fils, mais bon, il préfère que la situation ne se reproduise pas. Et puis ce n'est pas comme si des ados d'un lycée de quartier public allait soudainement se découvrir une passion pour le patinage et le reconnaitre à la télévision...

Une fois dans le bus pour se rendre à la patinoire, Thomas repense à la première fois où il a chaussé des patins. Il avait sept ans et la sortie scolaire avait été une initiation au patinage. Si la plupart des enfants avaient détesté le froid et le fait de se retrouver sur les fesses la plus grande partie du temps, Thomas avait adoré. Il se souvient encore de l'excitation qui l'avait habité à ce moment, de la joie qu'il avait ressentie et il avait bien évidemment passé le reste de la soirée à raconter ses exploits à son grand frère. Dans toute sa candeur enfantine il avait demandé à son frère s'il pourrait y retourner. Leur moniteur du jour l'avait trouvé assez doué -comprenez par là qu'il passait moins de temps sur les fesses que les autres et qu'il avait même réussi à avancer tout seul sur quelques mètres- et lui avait donné un flyer de leur cours de patinage, encourageant le petit à en parler avec ses parents. Il était donc tout à fait normal pour le petit de demander à son frère de l'inscrire à ces cours, sans se rendre compte de l'aspect financier des choses. Maintenant qu'il a grandit Thomas comprend bien que son frère a du sacrifier -et sacrifie encore- énormément pour lui payer ses cours, le matériel et toutes les dépenses associées. Mais lorsque Thomas sera sur le haut du podium, il sait qu'il n'oubliera jamais ce que son frère a fait pour lui et qu'il le lui rendra au centuple.

Quand Thomas pense à son frère il ne peut que lui être reconnaissant. Il ne peut que l'aimer et l'admirer. Il sait que sans l'acharnement de l'aîné à vouloir le garder auprès de lui, il serait sans aucun doute dans une famille d'accueil ou dans un orphelinat. Il avait 5 ans et Hans 16 lorsque leurs parents sont morts. N'importe quel adolescent aurait sombré sous le poids de la tristesse, des responsabilités, mais Hans avait tenu bon et avait tout mis en œuvre pour qu'ils restent ensemble. À l'époque Thomas n'avait pas conscience de la bataille juridique, des papiers à fournir, tout ce qu'il savait c'était qu'il voulait rester avec son frère. Ils étaient seul désormais, ils n'avaient personne d'autre au monde. Alors Thomas s'était accroché à Hans comme un naufragé à son radeau, l'aîné représentant l'unique chose qui empêchait Thomas de se noyer. Très vite l'enfant était devenu totalement dépendant de son frère, refusant toute aide extérieure, s'enfonçant toujours un peu plus dans sa carapace. Les murs qu'il avait construit autour de lui étaient si haut que personne ne pouvait les franchir, personne à l'exception de son frère.

C'est à cette époque que Thomas a développé cette peur de l'abandon qui ne l'a toujours pas quitté. Aujourd'hui encore il se réveille parfois la nuit, tremblant et en sueur, craignant que son frère décide soudainement qu'il en a assez de lui et qu'il l'abandonne à son sort. Au fond de lui il sait que cela n'a rien de rationnel, que Hans serait incapable de faire une chose pareille, mais comme toute terreur la logique ne s'applique pas, et parfois cette boule qu'il a dans le ventre prend le dessus. Lorsqu'il se réveille ainsi, il n'est pas rare de le retrouver se faufilant dans le lit de son frère, frissonnant, la peur de se faire rejeter omniprésente. Mais malgré son âge, jamais Hans ne le repousse, lui laissant une place dans son lit trop petit pour deux.

Thomas sait bien que sa dépendance à Hans n'a rien de sain, mais il s'en fiche. Les autres peuvent bien dire ce qu'ils veulent, sans son frère Thomas n'est rien, c'est aussi simple que ça. Les deux frères s'échangent régulièrement des textos, juste pour montrer à l'autre que tout va bien. Thomas ne saurait dire qui en a eu le plus besoin au départ, mais l'habitude s'étant installée les frère ont continué, tout simplement. Thomas se sent toujours plus rassuré lorsqu'il reçoit un message de son frère, car il sait alors qu'il n'est pas seul, qu'il y a toujours quelqu'un auprès de lui. Il n'ose imaginer ce qui se passera lorsqu'il sera majeur et sera en mesure de s'occuper de lui-même. Est-ce que Hans lui dira de quitter le nid, de faire sa propre vie ? Il ne sait pas s'il en aura la force. Ce n'est pas qu'il a l'intention de vivre toute sa vie aux crochets de son frère, mais rien que d'imaginer une possible séparation lui glace les sangs.

Une secousse extirpe Thomas de ses pensées. Le bus s'est arrêté. Ah non il redémarre. L'adolescent regarde autour de lui. Mais c'était son arrêt !

« Scheiss ! Monsieur arrêtez le bus ! C'était mon arrêt, désolé ! »

~~~~~~~~~~

« Dis, tu t'es jamais demandé ce que serait ta vie si tes parents étaient encore en vie ? »

La question, innocente et curieuse s'échappe des lèvres de son camarade de TD.

« Et toi tu t'es jamais demandé ce que serait ta vie si t'étais pas aussi con ! »

Thomas ne prend pas la peine de baisser la voix, laissant transparaître sa colère. On n'a pas idée d'être aussi con quand même ! De où ce crétin se permet de lui poser ce genre de question ?! Sans même attendre de réponse Thomas ramasse son sac et sort de la bibliothèque, cet idiot peut bien finir le rapport tout seul !

L'adolescent ne se rend pas compte qu'il tremble avant que son portable, récupéré de sa poche, ne lui échappe des mains, s'écrasant au sol en plein milieu du couloir. Heureusement il n'y a pas de casse. Il faut qu'il se calme. Hans va bien, il n'est pas seul. Ses yeux se brouillent. Pas de raison de s'inquiéter, Hans est à la maison. Sa respiration se saccade. À quand remonte son dernier message ? Quelques heures ? Il doit tout simplement se reposer, pas d'inquiétude à avoir.
Ses mains s'accrochent au téléphone. Hein ? Comment l'a-t-il atteint ? Ah oui c'est vrai il est à genoux. Mais il n'était pas debout ? Peu importe, il faut prendre des nouvelles d'Hans ! Il ne voit rien, il lui faut frotter toute cette eau de ses yeux. Pourquoi de l'eau d'ailleurs ? Il pleut ? Non il est dans un couloir. Plus tard pour les détails, Hans d'abord ! Le numéro se compose seul, ses doigts pianotant sans que son cerveau n'y prenne part. Quelqu'un lui parle, il n'y prête pas attention. Hans. Hans mérite toute son attention. La sonnerie retentit, une fois, deux fois... Il lui est arrivé quelque chose ! Les accidents ménagers se produisent tous les jours ! Peut-être que la cuisine a pris feu ? Peut-être qu'il est tombé dans les escaliers ? Tant de manières stupides de mourir sont possible. Mais non, Thomas ne veut pas être seul, il ne peut pas, il ne sait pas comment vivre sans son frère. Une voix résonne dans l'appareil. Hans ? Il va bien ? Les larmes coulent de plus belle, de soulagement cette fois.

« Hans ? Vient me chercher s'il te plait. »

Que serait sa vie si ses parents étaient en vie ? Il n'en sait rien. Mais ce qu'il sait avec certitude, c'est que sans son frère, il ne serait absolument rien.

~~~~~~~~~~

« Il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux ~ »

Les paroles de la chanson de Baloo s'élèvent dans l'appartement, chantées avec entrain par un Thomas joyeux. Il n'y a pas de raison spéciale à sa bonne humeur, c'est juste qu'il a passé une bonne journée. Son devoir de math lui a valu un 18, son entrainement c'est bien passé et il a même réussi tous ses sauts. En bref, il n'a aucune raison de ne pas être heureux en ce jour. Alors une fois rentré chez lui, sachant que Hans ne rentrerait que tard il a pris sa douche et n'a enfilé qu'un simple caleçon et un T-shirt. Il a allumé la télé et est tombé sur l'un de ses Disney préféré. Il a beau avoir presque 14 ans, il regarde encore des dessins animés, et quiconque dira du mal de Disney s'attirera ses foudres.

L'ado ne prête pas attention au temps qui passe, et le voila bientôt se trémoussant entre la cuisine et le salon après avoir été chercher quelque chose à grignoter. Les figures de patinages s'enchainent avec de simples remuements de fesses, au rythme du Roi Louis et de son swing enflammé.

« Je suis le roi de la danse
Oh, la jungle est à mes pieds ~ »


Et alors qu'il se retourne, il a l'horrible surprise de découvrir son frère derrière lui. Il se fige sur place, les yeux écarquillé.

« Hans ! C'est pas c'que tu crois ! »

~~~~~~~~~~~~

Les larmes coulent sur son visage sans qu'il puisse les arrêter. Il est en public, il le sait mais il ne peut s'en empêcher. En dehors de ses crises d'angoisse, qu'il n'arrive absolument pas à maitriser, il n'a pas pleuré ainsi depuis la mort de ses parents. Depuis ce triste jour il avait décidé de faire des efforts pour son frère, de se montrer fort et courageux, de ne pas lui imposer sa tristesse en plus de tout le reste. Alors il s'était refusé de pleurer, spécialement en public, - l'intimité de sa chambre ne compte pas, surtout s'il n'y a personne pour l'entendre- mais aujourd'hui il ne peut se retenir.

Il a tout donné, il s'est entrainé sans relâche pour ce jour. Il voulait rendre son frère fier de lui, il voulait que Hans voit à quel point ses sacrifices avaient été utiles. Thomas a passé les derniers mois à préparer son programme, il a écouté attentivement chaque remarque, mis en application chaque conseil reçu et il a pensé naïvement, candidement que cela serait suffisant. La déception est grande, la colère l'est tout autant. Il a 12 ans, il participe enfin, à sa première grosse compétition et au lieu de montrer à son frère que tout ce qu'il fait n'est pas en vain, il s'est lamentablement écrasé. Au sens propre comme figuré. Il a loupé son saut en deuxième partie et est tombé au sol, se relevant avec difficulté. Il a tout gâché et il ne peut que s'en vouloir.

Il les voit rire autour de lui, tous se félicitant de leur performance. Il les a entendu se moquer de lui, le gamin qui reste dans son coin. Avec ses patins usés, son costume bon marché, son manque de coach. Il sait qu'il n'a pas leur classe, mais il pensait au moins pouvoir prouver qu'il a leur talent. Mais non, même pas. Il ne prend pas en considération qu'il n'a pas de véritable entraineur, qu'il a crée son programme seul, qu'il ne peut compter que sur le soutien de son frère et sa propre persévérance. Non tout ça n'entre pas en ligne de jeu. Seul le résultat compte et aujourd'hui il a terminé dernier.  

Mais s'il est humilié au plus haut point, s'il est incapable de stopper les larmes, il refuse pour autant de s'avouer vaincu. Il va s'entrainer encore plus, il va prouver au monde qu'il n'est pas qu'un perdant. Il leur montrera son talent, et ils n'auront d'autre choix que de le reconnaitre.

~~~~~~~~~~~~

« Scheiss ! »

« Thomas parle français merde ! On comprend rien ! Et pourquoi tu parles allemand ? T'es né en France non ? »

Thomas n'a jamais questionné le fait de parler Français et Allemand. D'après Hans c'est pour ne pas perdre leurs racines allemandes et Thomas trouve ça logique. Hans est né en Allemagne, il y a grandit, et même si leur mère lui a appris le français dès son plus jeune âge, l'allemand reste sa langue maternelle. A l'inverse Thomas est né en France, il a grandit en parlant la langue de Molière et pourtant l'allemand lui semble souvent plus familier, plus naturel. Enfin, ce n'est pas important au final. Qu'il soit Allemand, Français, Portugais ou autre, ce qui compte c'est qu'il soit avec son frère.

« Toi aussi t'es né en France, ça t'empêche pas de parler français comme une vache espagnole, et pourtant on te dit rien non ? Alors laisse moi tranquille avec mon allemand. En plus ça permet de dire un tas de conneries sans que les profs captent.  »

~~~~~~~~~~~~

Il est sur l'ordinateur de l'école, prétextant avoir un devoir à faire. En réalité il surfe sur le net en attendant que l'heure de permanence se termine. Il clique sur ses sites favoris concernant le patinage artistique. Oh un nouvel article ! Il clique, la page se charge à la vitesse d'un escargot estropié. Finalement l'article prend forme, une galerie de photos l'accompagnant. Un nouveau centre sportif spécialisé dans les sports de glace à Chicago ? Intéressant. Il lit les détails. Plus grand, avec plusieurs patinoires, de meilleures infrastructures que le centre de Détroit. Thomas doit bien avouer que les photos font rêver. S'il était là bas, il aurait très certainement un meilleur environnement que son petit club local. Oh il n'a pas à se plaindre des gens de la patinoire, mais aucun n'est un professionnel. Et même s'il apprécie leur aide en toute circonstance, s'il veut devenir pro et passer dans la catégorie supérieure il aura besoin d'un meilleur cadre. Mais les États Unis ? Ce n'est absolument pas dans leurs moyens. Sans une aide financière, sans bourse d'étude sportive Hans ne pourra pas subvenir à leurs besoins.

Peut-être que s'il gagne l'or cette année ils pourront envisager la chose ? Avec Yuri Plisetsky passé chez les Seniors, le plus gros concurrent de Thomas est parti, il a donc de meilleures chances. Oh il ne sous-estime absolument pas les autres patineurs de son âge, mais Yuri est un génie, un patineur hors pair. Thomas l'admire autant qu'il le jalouse. Le russe effectue des quadruples sauts comme si de rien n'était, alors que Thomas peine à en produire un correct. Il arrive à sauter, à faire le nombre de rotations, mais au niveau de la réception c'est loin d'être ça. Et il est pleinement conscient que pour passer chez les adultes, s'il n'est pas capable de faire des quads, il n'a aucune chance. Et c'est ce qui le retient chez les Juniors pour le moment. Puis il n'a que 15 ans, il a encore un peu le temps de grandir et de s'améliorer non ?

~~~~~~~~~~~~

« Thomas ! »

Le garçon relève la tête, portant son regard sur l'adulte qui lui fait face.

« Oui ? »

« On va avoir un soucis si tu veux continuer les compétitions à un plus haut niveau. Tu ne peux pas faire partie de la fédération française, tu as la nationalité allemande...  »

Les mots passent au dessus de la tête du garçon de 12 ans.

« Quoi ? Ça veut dire que je dois arrêter les compétitions ? »

Il ne comprend pas ce qui se passe. On ne lui a jamais parlé de ça avant. Est-ce qu'être allemand est un problème ? Il est né en France pourtant, ça ne compte pas ?

« T'en fais pas bonhomme, c'est juste de la paperasse administrative, il faudrait que je vois ton frère. C'est lui qui vient te chercher ce soir ?  »

Le garçon hoche la tête, acquiesçant silencieusement. Il ne veut pas qu'on lui dise que tout ça n'a servi à rien. Il veut continuer à patiner, il veut faire des compétitions. Il veut que son frère le voit sur la première marche des podiums.

~~~~~~~~~~~~

« Dis Hans t'as déjà eu une amoureuse ? »

La question, curieuse et innocente fuse des lèvres de l'enfant. À 9 ans, les réalités de la vie ne sont que chimères, mais les enfants, comme les adultes peuvent aimer. Mais l'amour des enfants de cet âge n'a rien à voir avec celui de leurs aînés. 'Amoureuse', un terme bien enfantin qui n'engage pas vraiment à grand chose, et qui pourtant est pris avec le plus grand sérieux à cet âge. Ah, les douceurs de l'enfance.

L'aîné se fige, un peu décontenancé par la question inattendue du plus jeune.

« Une amoureuse ? .... Dans un cœur il n'y a pas assez de place pour deux personnes. Et j'ai déjà un petit frère génial à aimer alors... J'ai pas besoin d'amoureuse »

Thomas regarde son frère, un petit air sérieux sur le visage puis hoche la tête, satisfait de la réponse. Han a raison, pas besoin d'amoureuse quand on a un frère comme lui. Mais il a le patinage aussi dans son cœur. Est-ce que ça compte ? Non, ce n'est pas une personne, ça ne compte pas.

« Je vais dire à Madeleine que je veux pas être son amoureux alors ! En plus elle m'a embrassé sans me demander et elle dit qu'on doit se tenir la main. Beurk. Tout ça parce qu'elle aime bien mes yeux. C'est stupide non ?  »

Thomas attire l'attention par son regard unique, mais cela commence à vraiment le déranger. Certains se moquent, certains aiment ses pupilles dorées, mais au final il n'a que faire de ce que pensent les autres. Leur avis n'importe pas. Mais les maux de têtes lorsque le soleil brille trop fort, la sensibilité à la lumière, tout cela devient gênant. Il n'a pas envie d'embêter son frère avec ça, mais il a entendu un de ses camarades parler de lentilles de contact, il pourrait peut-être essayer lui aussi ?

« Dis, je peux mettre des lentilles ? J'en ai marre de mes yeux bizarres... »

~~~~~~~~~~~~

Il a gagné... Il a la médaille d'or autour du cou. Il n'en revient toujours pas. Depuis l'annonce des scores il est sur un nuage et il ne sait pas prêt d'en redescendre. Il a 15 ans, il a lutté pendant des semaines, et le voici maintenant sur la plus haute marche du podium. Il cherche du regard son frère parmi la foule et le trouve. Il peut lire la fierté sur le visage de Hans, et ça, plus que la médaille d'or lui fait monter les larmes aux yeux. Ils l'ont fait ! Ils ont prouvé au monde qu'il avait du talent, ils l'ont fait ensemble. Certes, c'est Thomas qui patine, mais sans le soutien de son frère il ne serait pas où il en est aujourd'hui. Tout ça, il le doit à son frère et il ne l'oubliera jamais.

Depuis les Nationales et sa qualification au Grand Prix Junior, les choses se sont enchaînées si rapidement pour Thomas. D'abord le Trophée de France, où il a terminé premier, puis la Chine où il a fini second et décroché sa place en finale. Puis la finale à Barcelone... C'est dans cette même ville que l'année précédente il avait terminé second derrière un Yuri Plisetsky au top de sa forme. Mais maintenant, il n'est plus dans l'ombre du russe, il peut enfin briller de mille feux. Il peut montrer au monde ce qu'il vaut, leur montrer qu'il peut aller encore plus haut.

Les larmes coulent sur ses joues et pour une fois se sont des larmes de bonheur. Il salue la foule, larmes et sourire se mélangeant, célébrant ce qui est très certainement le plus beau moment de sa vie. Un dernier tour de piste, un dernier signe au public et le voila qui se précipite vers son frère. Il fond dans ses bras tendus comme un enfant, enfouissant son visage dans son cou.

« On l'a fait ! On l'a fait Hans ! On a gagné ! »

Il rit, il pleure. Il est heureux. Et pour peut-être la première fois de sa vie, il est fier de lui.






Derrière l'écran
PSEUDO • Yu-chan c'est bien ♥ ( Ou porcelet si on est un ado émo russe...)
SEXE • Toujours pas au premier rencard...
ÂGE • S'quoi cet obsession sur l'âge des gens >.<

DOUBLE COMPTE ? • Oui. Ici Yuri Katsuki o/
PRÉSENCE SUR LE FORUM • Souvent, très très souvent xD
COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM ? • En suivant le lien ~
AUTRE • Vikturi forever ♥ (Et un jour je ferais des persos heureux...)

© renako_dream
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Ackerman
France
France
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: Re: Story of my life    Mer 28 Déc - 10:13

Hey Thomas

Courage pour la suite et fin de ta fiche. Je vais tâcher de finir la mienne rapidement pour que l'on se retrouve enfin réunis

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Castiel Hotchner
Etats-Unis
Etats-Unis
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 07/12/2016

MessageSujet: Re: Story of my life    Mer 28 Déc - 17:48

Bienvenue parmi nous ♥
Tu es un rapide toi xD ! (oups, apparemment, tu n'as pas totalement fini *se cache*)
Les deux frères sont réunis, ça va faire de beaux RP, je le sens :)
Bonne validation ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Ackerman
France
France
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 27/12/2016

MessageSujet: Re: Story of my life    Jeu 29 Déc - 0:06

Grand frère !! ♥
Je me dépêche aussi !

Merci Castiel ! J'aimerai bien avoir fini mais non, ça va être une histoire un peu longue je crois... Ca fait juste plus d'une semaine que je suis dessus XD

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuri Katsuki
Japon
Japon
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 30/11/2016

MessageSujet: Re: Story of my life    Jeu 29 Déc - 20:16

Mein Gott... J'ai enfin terminé !

Franchement si vous lisez pas tout, je comprendrais parfaitement XD
Mais si vous lisez, allez aussi lire celle de Hans, nos fiches se complètent et donne l'histoire entière =)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makkachin

avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 30/11/2016

MessageSujet: Re: Story of my life    Ven 30 Déc - 1:03





Tu es validé(e) !




Avis de Viktor
validation
Franchement, seulement 8 pages ? Tu aurais pu faire un effort. Je suis assez déçu de cette fiche pour laquelle nous avons passé tant de temps ensemble.... Enfin... ouais... oauis ton Thomas est attachant. Ouais il est mignon. Ouais il est triste et tellement adorable avec Hans... Sérieusement je serai un cœur de pierre si je ne te validais pas.... bah... allez.... je le fais pour Thomas, pas pour toi et tes seulement huits pages, espèce de feignasse !!!!

Tu es validé, avec tout mon amour ( fraternel ) <3




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Story of my life    

Revenir en haut Aller en bas
 
Story of my life
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Review : Ricky Steamboat - The life story of the Dragon
» Toy Story
» Toy Story 3
» Belleville Story de Malherbe et Perriot
» Unordinary Life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuri on ice RPG  :: Administratif :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: