Yuri on ice RPG

un forum de RPG basé sur l'animé Yuri on ice !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On se retrouve enfin ! [Castiel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Huang Yue
Canada
Canada
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 12/12/2016

MessageSujet: On se retrouve enfin ! [Castiel]   Lun 19 Déc - 16:56

« Les vrais amis, même s’ils sont à des kilomètres l’un de l’autre, restent toujours proches, car ils sont connectés au coeur.»



New York….

Tu n'entends ni les voix, ni le son des pas des voyageurs et employés de l'aéroport. Comme tu le pensais, les gens sont pressés. Personne ne fait attention à toi. Tu essaies de converser à l’écrit en anglais, mais aucune âme charitable ne semble t’avoir remarqué. Ou peut-être, préfèrent t'ils faire tout comme. Tu es donc là, les bras ballants et regardes les passants et commerçants ambulants converser entre eux. Seulement, ne visualisant pas leurs lèvres, tu te retrouves dans l’incapacité de les comprendre. Parfois, tu aimerais être « sourd » littéralement. Il ne faut pas croire, mais ceux qui ne possèdent plus ce « sens », n’apprécient pas vraiment les malentendants. Tu as dû apprendre le langage des signes en compagnie de seulement deux enfants qui étaient comme toi. Même entre vous, vous faites des différences. C’est épuisant de vouloir se faire comprendre et d'être accepté. D’où la raison qui te pousse à ne plus user de ta voix depuis de nombreuses années. Tu utilises plusieurs logiciels sur tablette, smart phone et portable afin que la machine parle pour toi. Parfois, tu prêtes même ta tablette pour qu’on puisse te répondre sans les obliger de hausser la voix.

Cependant, cela ne répond pas à la question du : « Qu’est-ce que tu fais dans cette grande ville ? ». C’est un projet complètement « fou » de t'être déplacé ici. Toutefois, quand tu as revu ton premier coach et ton ami d’enfance : Aaron, tu t’es senti rassuré. Il ne semble pas avoir changé si ce n’est qu’il était plus ouvert, plein d’assurance contrairement à votre première rencontre. Cette rencontre, n’a pas levé tous tes doutes, tes inquiétudes, mais tu as décidé que ce serait avec lui que tu partirais décrocher l’or. Ironique quand on sait, que pour toi, tu ne l’as jamais pourchassé. Est-ce que tu seras à la hauteur ? Est-ce que votre amitié « retrouvée » résistera au temps ? Tu n’en sais rien ! Avancer dans l’inconnu est déplaisant. Seulement voilà, désormais, tu ne peux plus faire demi-tour. Ton nouveau chapitre vient de démarrer, il est temps pour toi d’aller jusqu’au bout de cette saison en sa compagnie.

Sauf que voilà, il y avait une autre personne qu’il te fallait revoir à tout prix. Cet autre enfant américain que tu as rencontré il y a plus d'une décennie de cela : Castiel Spencer Hotchner. Aaron, t’avait fait part de sa carrière et de l’évènement tragique qu’il a dû traverser seul. Ce n’est pas comme si tu l’avais oublié. Il y a des rencontres, des gens qui vous marquent dans votre vie, comme « Radio » le fut pour toi. Seulement, vous n’étiez pas du même « monde », du même pays et plus encore, vous êtes devenus de jeunes adultes. Chacun a vécu sa vie comme il l’entendait. Pourtant, tu n’as jamais pu les oublier complètement. Ils ont toujours été dans un coin de ton esprit ! Votre rencontre est gravée quelque part dans ton cœur et ça, ça ne changera pas.

Quand Aaron t’a parlé de « lui », tu t’es subitement senti coupable. Tu es probablement le mieux placé pour comprendre ce qu’il traverse en cet instant. Son histoire t’a touchée. Quel ami minable tu fais. Pourtant, le fait de retrouver Aaron, d’avoir des nouvelles de Castiel, t’a poussé à prendre une décision ! Si ce n’était pas trop tard, bien qu’ils soient tous les deux originaires d’un pays différent, tu veux tenter l’aventure à trois ! Tu ne rattraperas pas ces années d’absences, mais si tu peux faire quelque chose pour Castiel, ne serait-ce que pour cette saison… Ce sera ça de gagné. D'où le fait, que tu te retrouves ici avec ton sac.  Sans craindre la réaction de ton aîné, tu lui as dit que tu comptais prendre aussi votre ami d'enfance en tant qu’élève. Cela risquait d’être folklorique vous trois ensembles. Seulement, dès que tu t’es fixé un « but » à atteindre, tu ne le lâches pas ! Peut-être, est-ce vraiment présomptueux de ta part de te ramener devant lui avec tes grands sabots que maintenant. Pourtant, tes sentiments envers lui, étaient sincères. Toi-même as traversé un moment difficile ces douze derniers mois. Finalement, c’est à se demander si tu fais ça pour lui ou pour toi.

Tu inspires un grand coup, les paupières abaissées. L’heure n’est plus à l’hésitation, tu te poseras les questions quand tu seras devant lui ! Resserrant ta poignée sur la lanière de ton sac, d’un pas décidé, tu prends ton courage à deux mains et te diriges vers l’accueil. Devant le salarié, tu sors ton portable pour écrire rapidement tes questions. Tu ne prêtes pas attention aux regards étranges posés sur ta silhouette, ni à cette pitié. « Ils » ne sont rien. Ils ne peuvent pas t’atteindre, plus maintenant. L’employé de l’aéroport relit plusieurs fois le message tout en te jetant quelques regards. Tu ne réagis pas à ceux-ci. Ton regard scrute le moindre de ses faits et gestes. Tu n’as pas non plus toute la nuit. Tu fronces légèrement les sourcils et, secoue un peu l’écran de ton portable sous son nez. Tu n’as trouvé que cette façon pour lui faire comprendre ton impatience. Il semble réagir, comprendre que tu es incapable de parler, tu le vois tourner la tête.Tu ne comprends pas ce qu’il marmonne, mais il semble appeler quelqu’un. Une jeune femme apparaît et te fixe quelques secondes avec un air étonné puis, sort de sa « zone » de confort afin de te prendre à l’écart. Situation qui ne t’est guère étrangère.

Tu ne changeras pas le monde, il y aura toujours ce fossé entre les personnes saines de corps et d’esprits et les gens comme toi. Elle te sourit, minaude devant toi, mais tu ne lui portes aucun intérêt. Son sourire et son rougissement ne te font ni chaud ni froid. Seul ton ami d’enfance est sur ton esprit, personne d’autre. Elle finit par écrire un message sur ton portable, prend une carte routière et sort un stylo pour te décrire le trajet que tu as besoin de faire pour arriver à la patinoire. Quand tout ceci est terminé, tu prends la carte, ton portable et la remercie d’un simple hochement de tête.

Une fois à l'extérieur, tu lis attentivement tout ce qu’elle t’a marqué pour le mémoriser au mieux ! Il n’y a pas à dire, c’est un véritable parcours du combattant que tu fais. Tu ne comprends pas le prix que le chauffeur de bus t’annonce. Tu le fais répéter deux fois pour saisir ce qu’il te dit, mais cela ne t’a pas échappé le « Non, mais si tu es sourd mon gamin, va t’acheter un appareil auditif ou va te soigner ».

C’est blessant, tu te retiens de lui balancer qu’en effet tu l’es, juste pour voir sa réaction, mais tu es pressé par le temps. Sans parler, que ce serait une perte de temps et d’énergie de gaspiller ta salive pour ce genre de type. Désormais tu es coach, tu n’as donc plus le droit de t’emporter comme tu aurais tendance à le faire. Qui embaucherait un coach violent hein ? Personne. Déjà que ton jeune âge pourrait poser problème auprès de tes confrères. Comparé à ces derniers, tu es un poussin au niveau de l'expérience. C'est ainsi que tu te concentres attentivement sur les arrêts du véhicule pour t’assurer de ne pas manquer le tiens.

Dans le silence le plus complet, sans t’adresser à un étranger pour t’assurer que tu es sur le bon chemin, tu prends le métro. Tu es serré, étouffes et ne supportes pas les différentes odeurs qui chatouillent ton nez. Si New York est une belle ville, tu détestes les grosses foules, être écrasé par cette dernière et plus que tout, être bousculé. Dans ton for intérieur, tu as envie de crier, mais tu as tellement envie de voir Castel, qu’en ce moment tu prends sur toi, encore. Il n’y a pas plus important que ton ami d’enfance. Tes problèmes passent après.

Après une heure et 20 minutes de trajet, tu arrives à te trouver en face de la patinoire de New York. Tu souffles comme un buffle, soulagé d'être enfin arrivé à destination. Ceci dit, il est encore trop tôt pour te reposer. Il est 18 heures. Une question traverse ton esprit :"Est-ce qu'il est encore là ?". De plus, comment dois-tu le saluer ? Est-ce qu'il te reconnaîtra après toutes ces années ? Tu as bien suivi sa carrière, mais la tienne est très peu médiatisée. Sans mentionner le fait, que ce n'est pas comme si tu étais encore sur le circuit. Sans t'en rendre compte, tes mains tremblent légèrement. Tel un mantras, tu essaies de te rassurer avec cette phrase « magique » : « Tout se passera bien » et place, la paume de ta main gauche à l'emplacement de ton coeur. Aux sons des battements de celui-ci, tu es à la limite de te moquer de toi-même. Tu finis par ranger ta carte, sors ton smart phone où est installée l'application « Pure Sound ». Tu ne l'utilises pas tout le temps puisque, cela utilise toute l'ergonomie de l'appareil. De plus, il se coupe si tu reçois un SMS. Raison pour laquelle, tu as un iPhone où tu as l'application Roger Voice et, le smart phone avec Pure Sound. Si le premier te permet de téléphoner avec tes contacts, le second, te permet d'entendre les gens autour de toi. Comment ? En coupant les bruits gênants pour se focaliser essentiellement sur les voix qu'il amplifie. Toutefois, à cause de l'ergonomie, tu ne peux pas l'utiliser plus de deux heures à l'extérieur.

C’est à toi, de choisir à quels moments tu dois l’utiliser. Puisque, tu vas à l’encontre d’inconnus et à la pêche aux informations si jamais, Castiel est absent. Dans ce cas de figure, il est préférable que tu uses de Pure Sound. Tu allumes ton smartphone chargé, ouvres le logiciel avant d’enfiler les écouteurs à tes oreilles ainsi qu’à ton « objet utilitaire ». Une fois la préparation terminée, tu camoufles ce dernier dans l'une de tes poches et, extrais ta tablette où se trouve le logiciel « Vocalyx ». Cette dernière « parle pour toi » grâce à des phrases que tu écris où déjà toutes faites dans le programme.

Les progrès de la technologie te surprendront toujours. Une fois « prêt », tu pénètres dans un des sanctuaires des patineurs de la ville. Tu salues doucement et poliment l’une des hôtesses puis, entames une conversation avec ces dernières à l’aide de ta tablette et de ton smart-phone. Pour prouver tes dires comme quoi tu es coach, tu présentes ta carte d’identité ainsi que ta carte de coach. Elles sont surprises que tu veuilles voir le jeune Hotchner, mais l’une d’entre elle à la gentillesse de te guider vers la patinoire après t’avoir assuré qu’il était présent.

Tu la suis en silence et l’écoute. Tu réponds par des phrases courtes. Comme quoi, Castiel est un ami d’enfance. Du coin de l’œil, tu peux lire à l’expression de son faciès qu’elle se retient de t’en demander plus. Vous arrivez devant la scène glacée, et tu grimaces quand elle se met soudainement à crier pour appeler ton ami… Ami dont tu eus le souffle coupé à sa vision. Il était vraiment devenu bel homme tout comme Aaron. Plus il se rapprochait, plus tu commençais à angoisser. Un simple « salut » ne suffirait sans doute pas. Et puis, pas sûr qu’il te remette. Tu as dû pas mal changer toi aussi à ses yeux. Peut-être-même, qu’il t’a oublié ! Après tout, ce ne serait pas la première fois que tu sois confronté à une déception, mais bien que tu veuilles le surprendre, tu espères qu’il ne t’ait pas supprimé de ses souvenirs.

@ pyphi(lia)

_________________
No Turning Back —
L'humanité est une chose bien trop difficile à définir. Sommes-nous des animaux et rien d'autre? Je suis qui je suis, nous sommes qui nous sommes, et dans ce décor où nous sommes les marionnettes, j'ai décidé d'en faire qu'à ma tête. × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
On se retrouve enfin ! [Castiel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuri on ice RPG  :: We were born to make history :: Etats-Unis :: New-York-
Sauter vers: